Encore un dimanche soir au camp natu

Qu’est-ce que j’ai écrit hier ? Que ma prochaine soirée libertine ne sera que mardi ? Finalement je n’ai pas attendu si longtemps car dimanche matin Vincent m’a proposé de faire une rencontre dans le camp natu. Je n’ai pas dû réfléchir longtemps pour dire oui à une telle proposition alléchante.

C’est Vincent qui trouve toujours nos partenaires de jeu sur Wyylde, et comme d’habitude je ne lui pose pas de questions sur le mec. J’ai confiance en Vincent qui a le feeling de trouver des perles pour moi, et parfois je ne sais même pas si je vais tomber sur un black, un blanc, un métis mais pour moi c’est complètement égal. L’importance est que je m’amuse, et franchement c’est super excitant de ne découvrir l’homme seulement au moment du rendez-vous. Ça fait une sacré surprise.

Fin de l’après-midi, j’ai filé sous la douche, pour ensuite me rendre au camp natu. Nous nous déplaçons en scooter 3-roues depuis quelques semaines. Ainsi, même en pleine saison, nous trouvons toujours une place pour nous garer. Comme j’habite du côté textile du Cap, je suis arrivée avec un petit short, une chemise encore boutonnée et les cheveux en bataille par le casque, mais bon cela ne me dérange finalement pas trop. De toute façon je finis toujours décoiffée après mes rencontres.

Quand j’ai découvert mon hôte, je suis restée bouche bée. Wow, un mec canon, torse bronzé et super musclé. Cela promet. Après quelques échanges, j’ai compris que mon partenaire du soir avait en plus l’habitude de tourner des petits films amateurs. Impatiente comme toujours, j’ai commencé à le toucher – comment résister -, le caresser, l’embrasser, et aussi bientôt de prendre sa queue dans ma bouche, car comme il réside dans le camp natu il n’était vêtu que d’un paréo. À la base nous étions censés boire un verre d’eau sur la terrasse mais vu ma fougue, il a rapidement laissé son verre d’eau pour s’occuper de moi.

Dès que je me suis occupée de sa queue, il m’a pris la tête entre ses mains pour enfoncer sa queue bien dans ma gorge. Il n’allait pas de main douce. Il m’a carrément violé ma gorge. J’avais sa queue entière dans ma bouche. Ma gorge brûlait et je bavais sur lui.

Il m’a tiré ensuite vers l’intérieur, m’a quasiment jeté sur le lit, pour me baiser ma chatte et ensuite le cul. Pendant tout ce temps, il a pris soin de montrer tout ce qu’il faisait à la caméra de Vincent. J’ai vraiment adoré. J’étais droit en train de partir, quand le mec m’a dit tout à coup vouloir faire une pause. Quoi, une pause ? Je me suis dit que c’est trop bizarre, jamais on ne m’a fait une chose pareille. Mais lui, tout calme, était sûr de son coup. Il lui fallait une pause cigarette. Pourquoi pas, finalement. J’ai quand même insisté pour qu’il reprenne vite, car j’avais trop envie de continuer le petit délire.

Mmh, il était vite à nouveau en forme, et la baise était encore plus intense. J’ai adoré qu’il me tire les cheveux, qu’il me tienne par la gorge en me crachant dessus. Et là tout à coup le clic-clac a cédé pour se plier en deux. Je suis restée coincée dans le matelas. Nous avons éclatés de rire et il m’a fallu m’extraire de là. C’était vite repartie et les rires ont fait place à mes gémissements de plaisir.

Mais un peu plus tard, en pleine action, il fallait à nouveau une pause. J’en ai bien rigolé. Finalement j’ai trouvé ça vraiment marrant. Mais comme j’étais chaude comme de la braise, je me suis caressée moi-même, et je me suis mis ma main moi-même dans mon cul. En voyant ça, mon hôte a quand même eu pitié de moi: « Ah, je vois ce que tu veux, attends, je t’aide un peu ». Puis il a remplacé ma main par la sienne. C’était une plus grosse main que celle de dimanche passé. Je lui ai donc demandé de me laisser faire. J’ai cherché ma position pour l’introduire moi-même. J’avais presque l’impression qu’il ne passera pas, mais finalement tout passe chez moi. Le plaisir a fait encore place à un grand éclat de rire quand le clic-clac s’est encore plié en deux. Le mec a réussi à m’extraire sans sortir la main de mon cul. Je pense que les images seront à mourir de rire. Mais je n’ai pas eu le temps de réfléchir au clic-clac, puisqu’il a bougé sa main toujours plus vite pour me faire exploser. C’était super bien, intense, et j’étais complètement k.o. après ce fist anal. Du coup, c’était à moi de demander une pause 😉

Mais j’avais aussi envie de son jus et je lui ai demandé de me gicler sur la langue. Mmh, il m’a tout donné, une bonne grosse portion de jus, que j’ai tout avalé. Que du plaisir.

Je suis rentrée complètement défaite, décoiffée, sans maquillage, mais tellement heureuse. C’était bizarre de se retrouver une demi-heure plus tard à table avec Junior et sa copine, en parlant de toute autre chose. Ces moments me donnent toujours l’impression de mener une sorte de double vie, mais qu’est-ce que ça fait du bien.

Vous trouverez la totalité des images sur la page « Photos ».

2 réflexions au sujet de « Encore un dimanche soir au camp natu »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s