Après-midi entre filles et tatouage d’une soumise

Lundi après-midi, j’ai profité d’avoir le logement rien que pour moi pour un après-midi avec une amie. Nous avons bu des verres de sangrias, nous avons papoté de tout (surtout de mecs, de nos mecs et de tous les mecs en général, hihihi), et ensuite, j’ai monté un studio photo improvisé au salon, à l’aide de rideaux. Cela a donné super bien. Je lui ai prêté des habits sexy, et je l’ai prise en photo, les photos devenant de plus en plus osé, au fil des verres de sangria …

Nous avons également fait des selfies à deux. Elle a commencé avec des robes sexy pour finir ensuite en dessous osés. L’ambiance montait, montait, et… je te laisse deviner la suite, mais nous ne sommes pas restées vraiment sage 🙂

Maintenant je me réjouis de sortir ce soir avec elle dans le camp natu, ouuuuh, je crains que ça soit chaud 🙂

Hier soir, j’ai eu l’honneur de tatouer une soumise de Maître Patrick Lesage. Il a souhaité qu’elle porte son logo dans la nuque, mais très haut, caché dans les cheveux. Elle l’aura dans sa peau ainsi pour toujours. C’était marrant de faire ça, et je suis vraiment honoré qu’il m’ait fait confiance pour cette tâche. Comme nous avions convenu que je fasse le tatouage chez lui, à la fin d’une séance de domination, j’ai amené tout mon matériel. Mais à défaut d’avoir une chaise de tatouage, elle s’est couché sur le divan. C’était assez compliqué de le faire ainsi accroupie, et surtout avec un sujet entièrement en rouge, qui n’est pas évident à réaliser. Ce qui sortait certainement du lot des séances de tatouages classique était le fait que mon modèle était entièrement nue, hihihi. J’espère que le Maître et sa soumise sont contents du résultat.

C’est l’occasion de vous montrer quelques-uns de mes tatouages….

Sinon, vous avez remarqué que j’ai mis en ligne la première de mes nouvelles vidéos, Brownsugar ? Elle vous plait ? Il y en aura bientôt d’autres et aussi d’autres séries de photos, et en plus j’envisage de remettre en ligne mes anciennes vidéos.

À suivre. En tout cas, vous n’allez pas vous ennuyer sur mon blog 😉

Semaine chargée, soirée coquine

J’ai eu une semaine super chargée. À part mardi, je suis sortie tous les soirs ou bien j’avais des invités. Mercredi, nous nous sommes retrouvés avec des amis à La Grande Motte, un petit village super sympa. Ce n’était pas des amis libertins, mais des fêtards de première classe, et ça a parlé cul toute la soirée 😉

Jeudi, un couple d’amis libertins de Suisse, que nous n’avons pas revu depuis longtemps, nous a rendu visite. Nous sommes d’abord sortis en bateau pour prendre l’apéro sur la rivière l’Hérault entre Grau d’Agde et Agde village. C’était sympa et ils avaient du plaisir de découvrir autre chose que le camp naturiste.

Ensuite, c’était petite douche et une bonne paëlla sur la terrasse. La discussion tournait bien évidemment surtout autour de nos histoires coquines, de nos expériences, et … je ne sais plus qui a allumé qui en premier, mais nous avons commencé à coquiner tous les quatre.

Les 2 filles ont d’abord commencé à s’occuper d’un homme, puis c’est vite parti en joyeux mélange entre nous quatre. Nous étions sur notre terrasse sur le port du Cap d’Agde, et on a vite descendu les stores pour ne pas éveiller les passants qui se promenaient sur le port. Bon il y avait quand même quelques bruits qui s’échappaient …

Pendant que le mec du couple me baisait et me fistait le cul afin de me faire gicler avec ses doigts, Vincent s’occupait d’elle de la même manière, car elle est aussi gourmande que moi du cul.

Après de longs moments de baise et de fists, nous nous sommes calmés entre filles, et je l’ai fait jouir encore une fois avec ma langue. Mmmh, les retrouvailles étaient vraiment bien.

Durant la soirée, ils nous ont raconté leur première sortie au Clair obscur, la boîte BDSM du Cap. Du coup, nous avons eu l’idée de leur proposer une rencontre avec notre ami, Patrick le Sage. Elle était d’accord, et nous avons directement contacté PLS pour fixer un rendez-vous le lendemain soir. C’était vraiment super spontané.

Mais Vendredi mon amie a pris peur de rencontrer un maître de l’envergure de PLS et a annulé au dernier moment sa venue pour la soirée.

Du coup, nous avons décidé de nous rendre seuls chez PLS, afin de ne pas devoir annuler toute la soirée. Mais juste avant de me rendre à cette soirée un ami coquin est passé chercher un casque de moto qu’il nous avait prêté. Ce n’était en fait qu’une bonne excuse pour un petit quickie de début de soirée. Il est venu et a directement dit qu’il devait repartir de suite mais qu’il avait juste envie d’une pipe et de me baiser. 5 minutes top chrono entre son entrée dans le logement et l’éjaculation. Cela m’a droit bien mis en condition 😉

La soirée chez PLS est restée plutôt conviviale car il s’était préparé pour une soirée initiation pour mon amie. Le Maître m’avait quand même préparé une surprise. En étant un bricoleur très inventif et doué il fabrique, entre autres, lui-même des vibromasseurs très puissants. Ils sont d’une apparence classe, discrète et ne ressemblent pas du tout à des vibromasseurs communs. Mais comme je suis très sensible au niveau du clitoris, je ne le supporte pas, et je me suis toujours plainte concernant le fait qu’il est trop intense pour moi. PLS a donc bricolé une spéciale édition plus fine rien que pour moi. Et bien sûr, il m’a fait une démonstration directement sur place. Oh là là, je l’adore. Cette version personnalisée est tout simplement top pour moi. J’étais vraiment très touchée par le geste du Maître. Merci encore infiniment.

Aujourd’hui, c’est un retour à la vie normale et je vais devoir ruser ces prochains jours pour trouver le temps pour mes aventures libertines, car la fille de Vincent débarque avec ses trois enfants pour leurs vacances d’été. Ça va changer d’ambiance. Je me ferai certainement coiffer sans cesse par la plus petite qui adore mes cheveux longs, et notre appartement sera un peu plus bruyant et bordélique pendant 2 semaines.

Mais malgré l’invasion familiale dans l’appartement, je compte bien m’évader de la routine familiale et sortir m’amuser entre adultes.

À suivre 🙂

Bateau orgasmique, et plus…

Lundi, nous avons profité avec Vincent du beau temps pour sortir encore une fois en bateau. Très franchement, je préfère me retrouver sur le bateau qu’à la plage car je ne suis pas une adepte de la plage. Je n’ai aucune idée comment les filles font pour être impec, classe et stylée à la plage. Moi, je finis toujours collante de ma crème solaire, salée et sablée, et les cheveux en bataille. Franchement, je n’ai pas encore trouvé le mode d’emploi « plage ». C’est là que tu remarques que je suis du noooooord.

En pleine mer, Vincent m’a tout à coup ouvert mon slip de bain et à commencer à me caresser. Le coquin. Parfois je ne suis pas partante comme ça, sans avertissement, sur commande. Mais là, le soleil et la bonne ambiance et surtout mes souvenirs encore bien présents de mes coquineries de la veille ont fait l’affaire, et j’ai profité de le laisser me caresser jusqu’à l’explosion. Mmmh. C’était marrant, parce que je lui ai demandé de faire durer, et il m’a dit « non » car il y avait un bateau qui s’approchait à vive allure. Il a donc augmenté le rythme pour me faire jouir pile-poil avant que l’autre bateau nous croise de près…

Ensuite, lundi soir nous avons eu la visite à la maison de notre ami Patrick le Sage. Peut-être le nom vous dit quelque chose, c’est un Maître BDSM et un écrivain réputé. Il est venu manger chez nous, et nous avons passé une superbe soirée conviviale à papoter de tout et de rien et surtout de son sujet préféré, le BDSM, et de notre sujet préféré, le libertinage. Du coup, quand nous l’avons accompagné à la maison, il était 3 heures 30 du matin. En route, nous avons même profité pour faire une petite photo coquine dans les ruelles désertes du Cap d’Agde.

Petit coup de gueule …

Je voulais vous demander d’arrêter de m’envoyer des photos de vos queues en message privé sur Instagram. Oui je sais que vous aimez ça, et que vous êtes fiers de vos outils magnifiques, mais … je préfère, si vous voulez m’envoyer des messages, des petits mots personnels. Je suis une fille, et je ne pense quand même pas qu’à vos queues du matin au soir, et du coup quand je suis tranquillement sur mon divan ou que je lis mes messages en route, ça peut être très désagréable ou dérangeant d’ouvrir des photos de queues. Les mecs, n’oubliez pas que nous les filles, on fonctionne autrement que les mecs ;-))

Je suis extrêmement flattée pas le nombre de messages que je reçois, et tous vos messages me font plaisir (sauf les photos de vos queues …). Malheureusement je ne peux pas répondre à tout le monde, et surtout je n’ai pas le temps de tchatter. Merci beaucoup de votre compréhension!

Allez, bonne soirée les loulous et big bisoussss.

Brunch coquin

Ce dimanche matin, j’ai la visite d’un invité coquin. Cela me change des apéros coquins en début de soirée.

Je me suis levée à 8 heures, même si je sais que mon invité ne vient qu’à 11 heures. Mais avant chaque rencontre je suis premièrement toujours très très nerveuse, et deuxièmement il faut du temps pour me préparer. J’ai besoin d’être nickel, et surtout prête pour tous les jeux anals. Il n’y a pas de miracle, mais avec les années j’ai mon petit rituel pour pouvoir m’amuser sans contraintes.

C’est marrant, parce que mon invité m’a même demandé s’il devait amener les croissants. Bien sûr que je ne veux pas de croissants, car tout ce que j’ai envie c’est une bonne baguette, mais pas une à manger, sa baguette 😉

Quand je l’accueille, je suis déjà toute mouillée, car que je viens de regarder les images de l’autre soir quand on m’a fisté le cul. De voir ça, ça m’a trop excité. Je n’étais encore jamais dans cet état dès le début d’une rencontre.

Mon invité est très sympa et me plait beaucoup. Un bel homme black. Je n’ai jamais eu de préférences concernant la couleur de peau de mes invités, pourvu que mes complices soient sympas, assument et assurent. Mais ici au Cap d’Agde, c’est vrai que je rencontre plus de personnes de couleurs qu’en Suisse. Nous avons bavardé pour faire connaissance en buvant un verre de Schweppes, pour garder la forme pour la suite, avant que je ne lui propose de monter à l’étage. À l’étage du bas, ce n’est pas très discret pour mes voisins, vu que la porte d’entrée n’isole pas super bien.

De découvrir une bonne queue qui bande dès qu’on la déballe, c’est toujours un plaisir, et je l’a fait grandir encore plus en la suçant. J’adore prendre les queues bien profondément, jusqu’au bout. Ce sont vraiment des gorges très profondes qui me font baver.

Je me suis assise d’abord sur lui, avant qu’il me baise bien fort à quatre pattes, la chatte et ensuite le cul. Je garde toujours une préférence pour mon cul. Parfois je mouille plus par cette voie, et il m’arrive que j’ai des orgasmes rien qu’en me faisant baiser le cul. Et si encore on caresse le clito en même temps, c’est l’explosion immédiate.

J’ai passé un super moment, une bonne partie de baise comme je les aime mais il me manquait peut-être un peu de folie, un moment vraiment très hard, mais bon, pour un réveil le dimanche matin c’était peut-être droit ce qu’il fallait.

Mais l’image et l’excitation sur le fist de l’autre soir hantent toujours mon esprit. Je lui demandé donc, s’il ne veut pas m’en faire un? Il est tout de suite partant, en m’avouant qu’il n’en a jamais fait par voie anale. Mais il s’exécute, et là je jouis encore une fois intensivement, avec cette main prise dans mon cul bien dilaté, pendant que je me suis caressée.

Cette situation l’a bien excité et il me demande où j’aimerais qu’il jouisse. Je n’ai pas hésité longtemps, car j’adore recevoir le sperme sur ma langue et tout avaler jusqu’à la dernière goutte.

J’ai hâte de vous montrer les images. C’est super excitant à regarder. J’en mouille moi-même et je ne peux pas m’imaginer l’effet sur d’autres personne …

Gruissan et bateau

Pour me remettre des émotions de mes rencontres qui se sont enchaînées ces derniers jours, je suis restée sage jeudi et vendredi.

J’aime bien découvrir la région et je me suis rendue jeudi à Gruissan, un joli petit village pas loin de Narbonne. J’ai découvert un superbe mini-bistrot qui fait aussi épicerie fine dans le vieux Gruissan, pas loin de la tour. Mais il faisait chaud, trop chaud, pour se promener très longtemps. J’ai juste profité pour faire une petite photo sexy au bord du canal, mais, attention, pas trop sexy non plus. Je suis absolument contre tout exhibitionnisme et je n’ai nullement envie de déranger ou choquer quelqu’un, notamment des familles. En tant maman moi-même, je n’aurais pas non plus envie de croiser une paire de seins quand je me promène avec des enfants.

Vendredi, Vincent a enfiiiiin pu récupérer son bateau, qu’il a fait remotoriser. Ah oui, ça fait bientôt 6 semaines que nous nous sommes installés au Cap d’Agde, et nous n’avons encore jamais pu sortir en mer avec notre bateau. C’est un petit bateau de 5m50, mais mignon, et à chaque sortie, nous profitons bien sûr pour faire quelques photos.

Et là, samedi, je sais déjà que j’ai en tout cas un, peut-être voire deux rendez-vous coquin demain, et pour le reste du weekend, je me laisse surprendre par mes envies spontanément. Sortir ou pas sortir, faire encore une rencontre aujourd’hui ou pas? On verra et je vous tiens au courant 🙂

PLS

Hier soir, j’ai revu Patrick le Sage, un Maître bdsm très réputé dans le milieu, mais surtout un ami et superbe organisateur de soirées. Comme il passe tous les étés au Cap, je le vois parfois aussi juste pour un apéro amical, mais hier soir il m’a invité pour une soirée bdsm.

Trop contente, j’étais impatiente toute la journée pour le retrouver. Quoi mettre pour m’y rendre de manière plus ou moins inaperçue? Pour me rendre chez lui, j’ai environ 300 mètres à pieds à parcourir, mais au milieu des gens en vacances, car je n’habite pas dans le camp naturiste, et j’aime la discrétion dans un milieu non libertin.

J’ai donc opté pour des bas couleur chair, des talons hauts et un porte-jarretelles en vinyle noir. Tout cela bien caché sous une robe d’été pour faire le déplacement. Les gens que j’ai croisé en route ont quand même dû se dire que c’est bizarre de porter des bas avec ces températures estivales, hihihi.

Quand on arrive chez PLS, on est tout de suite dans un autre monde. Il a transformé son appartement en un lieu magique, un mélange de boudoir et de grotte fétiche, équipé de tout ce qu’il faut pour passer des moments bdsm inoubliables. L’accueil est chaleureux, un verre de champagne, mais après quelques instants il me bande les yeux, et je sais que le jeu est lancé. C’est incroyable le sentiment quand on est privé de la vue. On s’imagine tout et n’importe quoi. On essaie d’identifier chaque bruit pour savoir ce que ça pourrait être. Chaque touche sur la peau, chaque geste, chaque souffle est ressenti dix fois plus intensivement.

Je me fais attacher à une poutre, suspendue en l’air, les jambes écartées en l’air, et le Maître m’introduit une boule métallique dans la chatte. Elle est grosse et fraîche, trop grosse selon mon goût, mais une fois en place, ça commence à aller. Je sais déjà qu’il va certainement sortir son vibromasseur, un machin ultra puissant que je déteste. Il le sait et fait exprès de l’utiliser. Je suis de tout de façon sa chose. C’est un petit jeu sadique entre nous. La vibration est tellement forte que c’est plus douloureux que jouissif, et je me débats tellement que j’arrache presque les attaches. C’est plus fort que moi, je ne le supporte plus, mais la réaction du Maître est simplement de m’attacher encore plus, avec des chaînes et les mains fixés sur mes cuisses, afin que je sois vraiment complètement livrée à lui, à ses jeux, les jambes très écartées.

Puis il sort et continue avec une fuckmachine, une vraie torture dans la chatte, et ensemble avec le vibromasseur, un supplice. Quand il essaie de me faire introduire un gode encore plus grand dans ma chatte, je le supplie, je crie de le mettre dans mon cul. J’en pleure presque.

J’ai de la chance, car il change la place des outils, et là je commence enfin à apprécier. Mmmh, il me dilate le cul avec différents jouets bien gros, et aussi avec la fuckmachine que je supporte beaucoup mieux dans le cul, mais quand il revient avec son vibromasseur, j’ai de nouveau envie de l’écraser avec mes jambes. En vain. Je suis trop bien attachée contre la poutre. Je finis complètement essoufflée, déchirée entre souffrance et jouissance.

Tout à coup, je l’entends s’éloigner. J’entends des bruits de porte, des gens qui arrivent, des murmures. C’est tellement excitant de ne pas voir, de ne pas savoir. En même temps je suis trop curieuse. Le Maître revient. « Madame, ce soir j’ai envie que vous servez d’objet de plaisir. Ça vous irait? ». Il est toujours si distingué quand il parle. J’en ai des frissons. Mais nous connaissons les deux la réponse, je suis ravie de continuer la soirée en pluralité.

Il me fait donc attendre dans un fauteuil qui me cache des yeux de ses invités. Je les entends arriver dans la chambre. Enfin des pas s’approchent, et le Maître fait tourner le fauteuil. Même sous le bandeau je sens les regards sur mon corps. Est-ce que je leur plais? Le Maître me donne la main pour m’aider à me relever et me guider vers les hommes.

Il me fait m’agenouiller au centre de la chambre. Je sens des corps autour de moi, des queues, des mains, et je commence à sucer à tour de rôle. Combien sont-ils? Quatre, cinq, six? Je ne sais pas exactement. J’ai trop envie de voir ce que je fais, parce qu’en ne voyant rien, ce n’est pas pratique. J’ai l’habitude d’être entreprenante. Je me sens donc un peu handicapée avec le bandeau. Le Maître me donne la permission, et enfin je peux découvrir les invités. Du coup, c’est vraiment partie pour une bonne partie de pluralité hard comme j’adore. Je me fais prendre pendant que je suce. Je me fais baiser la chatte et le cul à tour de rôle, mais surtout le cul. Ils me prennent en double anale, avec encore une troisième queue dans la bouche, pendant que les autres se branlent en nous regardant. C’est chaud. C’est intense. Je me fais traiter de salope et de chienne, et cela me fait grimper au plafond.

Un des participants me demande si j’ai envie d’un fist? J’hésite. Mon cul a déjà pris très cher, mais pourquoi pas? Il s’exécute alors, se prépare avec du gel. Les premiers doigts rentrent facilement, et ensuite je sens que ça bloque un peu. Il a de grandes mains. Je lui demande de me laisser faire et je pousse moi-même. Je sens mon anus s’ouvrir. C’est à la fois un peu douloureux mais tellement délicieux. J’adore ce double sentiment, cela m’excite. Comme je suis tournée contre lui, je peux bien voir la main disparaître en moi. Encore un petit effort, et du coup il a sa main entièrement dans mon cul. Oh là là, c’est trop bien. Tout le monde est autour de moi pour regarder de près, et de voir que ce spectacle les excite également énormément. Je bouge mon cul pour mieux sentir la main. Je crie de plaisir. Quand il se retire, les participants sont tellement excités qu’ils me jouissent tous l’un après l’autre sur ma langue. Une bonne douche de sperme pour le final.

Je suis aux anges. Ça fait un bout de temps que je n’ai plus eu une bonne pluralité masculine intense et je remercie PLS pour cette soirée en 2 parties super réussie.

Début de soirée hot

Ce que j’adore vraiment énormément, ce sont les rencontres en début de soirée pour un apéro très coquin et de me faire plaisir avant de finir la soirée tranquillement, avec ce sentiment de grande satisfaction dans le ventre que j’aime tant.

J’ai donc fait rendez-vous avec une connaissance que je n’avais plus vu depuis longtemps. Je savais par avance que j’allais prendre cher. J’ai décidé de l’accueillir en dessous très très très sexy. Haut en vinyle qui laisse apparaître les seins et aucun string, juste des bas et des talons hauts.

Quand il arrive, je lui propose quand même d’abord quelque chose à boire. Mais nous ne restons pas longtemps bien sagement l’un à côté de l’autre sur le divan. Très vite, nous nous allumons, on se touche, je l’embrasse. Je suis trop contente de revoir ce beau black sur mon divan. Il retire son shirt pour dévoiler son corps magnifique. Comme je sais qu’il aime bien se faire mordiller les tétons, je m’y applique de suite. « Coquine, tu me titilles les tétons. Tu va me faire jouir rien qu’en faisant ça », s’exclame-t-il. Je continue un peu, avant de descendre avec ma bouche direction sa queue, car il vient d’enlever son pantalon. Mmmh, c’est bon de déguster sa bite déjà bien grande et bien dure. Le jeu avec les tétons a fait son effet, hihihi.

Je lui propose de continuer notre petit jeu dans ma chambre à coucher, c’est plus pratique que le divan. Et là, je continue à m’occuper langoureusement de sa queue, de l’avaler jusqu’aux couilles, de la lécher, de lui sucer les couilles aussi, pendant que je lui tripote les tétons avec mes doigts. Je suis trop impatiente de le sentir enfin. Je me tourne donc et me mets à quatre pattes pour lui offrir mes deux trous. Il choisit d’abord la chatte. Comme il est très bien monté, j’ai à nouveau un peu de mal de le faire entrer entièrement dans ma chatte. Franchement, j’ai une chatte de petite fille. Les très gros calibres ont beaucoup plus de place dans mon cul, qui est bien ouvert et qui accueille tout ce qui arrive. Le fist ou un double dans la chatte, on oublie tout de suite, alors que dans le cul. Mmmh, j’en redemande. Je le laisse quand même un peu faire, parce que je sais qu’il doit aimer sentir un vagin si serré. Mais quand je ne le supporte vraiment plus, je le dirige moi-même vers mon cul, et là c’est la libération. Il peut enfin s’enfoncer jusqu’au bout, me baiser bien profondément avec des coups forts. J’adore.

Nous ne nous arrêtons pas, il prend et me donne du plaisir pendant un bon moment, en me baisant dans toutes les positions, jusqu’à me faire exploser intensivement. A la fin, il m’offre son sperme sur la langue que je déguste jusqu’à la dernière goutte.

Une bonne ouverture d’apéro, un petit jus salé avant le rosé frais, qu’est-ce qu’on veut de plus? C’est un peu comme une huître avant le rosé. Non? 😉

Plombier coquin

Au Cap, je connais un plombier vraiment coquin, qui assume ses escapades avec ses clientes. Comme j’ai acheté un frigo américain et qu’il fallait le brancher à l’eau, j’ai tout de suite pensé à lui. Nous avons donc fait rendez-vous, mais il m’a prévenu que s’il venait pour le boulot, c’est le boulot avant tout. Je savais déjà que ça ne sera certainement pas que ça, cet après-midi. 

Je l’ai accueilli dans des dessous, qui ont vite fait leur effet. « Oh là là, ça sera compliqué de rester concentrer sur le travail, Madame, » m’a-t-il dit en souriant et il a commencé à parler de tuyaux, Je me suis vite montrée très intéressée par les tuyaux. « Mmh, des tuyaux, vous dites ? vous en avez de quelles tailles ? Il ne faudrait pas les mesurer avant de les poser ? Vous les mettez où vos tuyaux ? Devant ou derrière ? Ou par les deux voies ? ». Je n’ai pas arrêté de parler manière ambigue.

Est-ce que je ne devrais pas le motiver un peu pour son travail ? Finalement il a craqué très très vite et je l’ai motivé comme je pouvais, en lui faisant une belle pipe langoureuse et profonde. Son tuyau à lui n’a pas cessé de durcir et grandir, et bien évidemment, il a pu donc mesurer le passage enfin toutes les voies que je possède pour être précise. 

C’était super excitant et marrant, parce qu’il a pris son rôle de plombier très au sérieux en continuant à me parler de tuyauteries. 

Après un bon début coquin en position debout devant l’évier et sur l’évier, il a quand même attaqué son vrai boulot de plombier, car il fallait brancher le frigo … mais avec pleins de pauses coquines entre deux coups de pinces. Je lui ai même servi même d’assistante en lui tenant les outils et les tuyaux. Ça aurait été rigolo à regarder, un plombier avec son assistante en dessous et la chatte mouillée par la première partie sur l’évier. 

Je l’ai taquiné en jouant avec son stylo, que j’ai même mis dans ma chatte. Il m’a assuré qu’il ne quitterait plus ce stylo de sa vie.

Le plombier a bel et bien posé le tuyau pour l’eau, mais il a eu pas moins de 3 heures avec toutes les pauses entre les phases sérieuses de travail. 

Je l’ai d’ailleurs remercié comme il se devait à la fin pour son bon travail sur le branchement et sur moi.

Il faudra que je trouve bientôt encore autre chose à brancher ou réparer 😉

Nouvelle vie en France

Je dois l’admettre que ça fait quand même bizarre d’avoir quitté définitivement la Suisse il y a un mois maintenant, de laisser ma famille, de démissionner de mon boulot, de vendre ma maison.

En même temps, c’était le seul moyen de retrouver ma liberté de LIBERTINE qui aime partager ses aventures sur le net. Ça m’a tellement manqué, que je n’ai pas cessé d’être malheureuse pendant ces 5 dernières années. Bien sûr pas que, car j’ai une vie de famille magnifique, un mari et un fils superbe, une belle-fille (la fille de Vincent) et des petits-enfants géniaux, et j’avais retrouvé une très bonne situation professionnelle en Suisse après l’affaire. Mais il me manquait quelque chose…

Maintenant je vais reconstruire mon petit monde érotique petit à petit, et je vous remercie pour votre soutien. Après avoir disparue complètement pendant 5 ans, il faut un énorme coup de bouche à oreille (pas de bouche à bouche, hihihi), pour que tout le monde sache que je suis de nouveau là.

Je dois aussi refaire pleins de photos et de vidéos, afin de les poster. C’est en cours de réalisation, ne vous inquiétez pas.

Sinon, je dois également m’adapter à ma nouvelle vie, prendre mes marques, trouver mon rythme quotidien. J’aimerais profiter de ce changement également pour pouvoir me consacrer plus à ma nouvelle passion, le tatouage. Ha oui, vous ne le saviez pas encore mais j’ai commencé à tatouer, et je compte bien devenir une vraie pro, hihihi. Je vous montrerai prochainement mes petites oeuvres.

Big Kiss et bon mardi !

Pour ma part, j’ai un petit rendez-vous très hot en vue en début de soirée, mmmh 😉 Mais je vous raconterai tout ça bientôt.