Doggydogg

J’ai enfin revu mon fameux ami, Doggy. Quand il s’est trouvé devant moi, c’est comme si je l’avais vu hier. Il n’a pas changé. Toujours ce même sourire radieux et surtout un coooorps de dingue, et une queue énoooooorme.

Nous n’avons pas perdu beaucoup de temps en bavardage, car nous avions les deux envie de passer d’abord aux choses sérieuses, et je me suis vite retrouvée à genoux devant son énorme queue, qui n’entre presque pas dans ma bouche. Mais comme d’habitude, il a insisté en me tenant la tête et en me traitant de salope, jusqu’à ce que je l’avale entièrement, en bavant et en m’étranglant presque. Cela faisait presque 2 ans que l’on ne s’était pas vu et en 5 minutes il avait pris le dessus. J’adore perdre le contrôle d’une façon pareille. « Tu es ma chienne ? , m’a-t-il demandé en me disant de lui répéter que je suis sa pute, sa salope et sa chienne. « Je peux faire tout ce que je veux avec toi ? » Oui oui et oui. Je ne voulais que ça. Il m’a tiré par les cheveux et mis comme une chienne à quatre pattes devant lui. Puis il m’a monté et m’a enculé directement, pendant qu’il me faisait avancer à quatre pattes sur le carrelage. Cette grosse queue directement dans mon cul m’a fait décoller, même si le carrelage me faisait mal aux genoux. Il m’a claqué les fesses et tiré par les cheveux. « Allez, vas-y, fais moi visiter les lieux », m’ordonna-t-il. Est-ce que je me trompe ou est-ce qu’il est devenu encore plus dominant, plus directif que la dernière fois que l’on s’était vu ?

Il m’a poussé ensuite dans la chambre à coucher, où il m’a baisé bien fortement le cul, encore et encore, tellement fort, tellement vite et profondément, qu’il m’a fait crier. C’était un mélange de douleur et de jouissance. Ce mélange que j’adore tant. Il m’a étranglé en même temps et n’a pas arrêter de me donner des fessées, de me tirer les cheveux, et me cracher dessus. Je ne savais pas ce qu’il arrive, il était comme un taureau lâché, une machine incontrôlable. Quand il s’est retiré avec sa queue, il m’a doigté le cul et m’a fait gicler par cette voie. Je savais que j’ai retrouvé Doggy, le fou. Il ne m’a pas lâché. Quand j’ai voulu me débattre, il m’a planté son pied sur la poitrine et m’a coincé avec son autre jambe. J’étais complètement à sa merci, mais qu’est-ce que j’ai adoré ça. Il m’a demandé de le lécher partout. Lèche ton boss, vas-y, m’a-t-il dit. Dans le feu de l’action et du délire, cela m’a excité encore plus. Je voulais vraiment qu’il soit mon boss, et moi sa chienne, et qu’il fasse tout ce qu’il veut avec moi.

là, il m’a encore enculé et doigté le cul, qui était désormais en flamme. Il me dit que dès maintenant il sera encore gentil avec moi. Quoi ? J’ai bien rigolé. Et oui, j’ai laissé ta chatte tranquille ! En effet, maintenant que j’y pense, j’ai dû admettre qu’il avait raison. Sa queue dans ma chatte, c’est très compliqué. donc j’étais contente que ce soir il n’est pas insisté à vouloir me baiser la chatte, mais bon, gentil, c’est peut-être un grand mot pour son comportement directif. Il a continué à me démonter, de me baiser la gorge, de m’ordonner de le lécher et même de lui sucer ses pieds.

Il est revenu avec sa main dans mon cul, mais cette fois-ci pas pour me doigter, mais il a continué d’ouvrir mon cul et de pousser sa main. Oh non, j’ai pensé intérieurement que mon cul a déjà pris trop cher ce soir et que ça sera difficile de le fister. Il a dû deviner mes pensées, puisqu’il m’a demandé de le regarder. Regarde-moi. Je vois que tu es fâchée maintenant, et que tu m’en veux, mais il a quand même continué, jusqu’à ce que sa main disparaisse dans mon cul. Le décollage total. Je ne savais plus où j’étais.

Mais ce n’était même pas la finale. Le délire a continué. Il m’a baisé encore et encore, jusqu’à ce que je lui demande de me jouir dessus. J’étais crevée. Tu en veux encore ou tu veux mon jus ? J’ai opté pour le sperme. Et après m’avoir offert son sperme sur la langue, il m’a posé ses lunettes de soleil sur les yeux, et ni vu ni connu, m’a pissé dans la bouche. Directement ici, à côté du lit. Garde ta bouche ouverte, et moi j’avais intérêt de tout avaler, afin d’éviter une grosse flaque dans la chambre à coucher.

Je me suis relevé en riant. Putain, ce furent des sacrées retrouvailles. Welcome back Doggy, et vivement la prochaine fois.

Tu trouves les images de la rencontre ici et sur ma page « Photos »:

3 réflexions au sujet de « Doggydogg »

  1. Évidement magistral….
    Encore un amant au naturel, puissant vigoureux et terriblement dominant. Quel bonheur de lire vos ébats, de découvrir les images puissantes.
    Peut être une vidéo de ces saillies anales et naturelles pour encore plus de délices ????

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s