Doggy le retour et sortie au camp natu

Après nos retrouvailles très agitées de la semaine passée, j’ai envie de revoir Doggydogg avant qu’il ne retourne à Montbéliard.

Je l’invite donc samedi soir. Il a le rythme du sud dans la peau, qui ne correspond pas toujours à mon rythme car je suis une vraie montre suisse avec plutôt 5 minutes d’avance que d’être en retard. Même avec un déplacement de plusieurs heures, tu peux toujours compter sur moi à l’heure précise. Bon, je sais que pas tout le monde fonctionne de la même façon, mais comme je suis très nerveuse avant les rencontres – je tourne en rond, j’ai peur de ne pas être prête pour tous les jeux improbables -, donc si tu me laisses attendre 1 heure 30, je pète presque les plombs. Heureusement que j’avais des trucs à faire sur mon ordinateur 😉

Il finit quand même par arriver et je lui pardonne tout de suite. Beau gosse, avec son grand sourire sur les lèvres et avec une attitude très coquin. Comment être fâchée contre lui ? Je le taquine donc juste, s’il était empêché par une autre fille ? Mais non, il se reposait rien que pour moi. Bon je ne le crois qu’à moitié et il ouvre à peine arrivé les jeux en s’occupant de ma bouche et de mon cul directement à la cuisine avec ses doigts.

Il me traite de chienne dès la première minute, et me pousse la tête contre la gamelle du chat. Je suis amusée et excitée en même temps. J’adore me faire traiter de la sorte, mais je suis une chienne entre ses mains, pas un chat 😉 Je réussis à le convaincre de poursuivre nos ébats dans la chambre à coucher, plus discrète pour les oreilles de mes voisins. Là, il se lâche complètement. À un moment donné, je me pose la question si c’est moi qui est devenu plus chochotte ou si c’est lui qui est devenu plus hard encore ?

Il me défonce le cul, essayé avec ma chatte si serrée aussi, me gifle, me crache dessus, me retourne sur le lit, sur le sol, contre le mur. Les gorges profondes, très profondes, afin de me couper le souffle et me faire baver s’enchainent jusqu’au point de presque me faire perdre conscience, se mélangent à la baise profonde et intense du cul. Par moment, je suis tellement épuisée que j’en tremble de tout mon corps. Mes muscles ne m’obéissent plus. Je suis complètement à côté de la plaque.

Puis il m’enfonce sa queue dans la bouche et me dit d’arrêter de bouger et de fermer les yeux. J’obéis et il me pisse dans la bouche. J’ai tout de suite pensé, pas ici, pas dans ma chambre, pas sur mon lit. Je me suis donc concentrée afin de bien tout avaler, absolument tout, sans perdre une goutte, afin de sauver ma chambre. Le salaud. Je suis sûre qu’il l’a fait exprès.

Puis les claques, les gifles, les injures tout en me baisait se suivirent, suivi d’un bon fist dans mon cul déjà bien abusé avant de se mettre sur moi, qui suis plié sur le dos couchée sur le sol, le cul bien en l’air, pour me remplir le cul d’abord avec son urine puis par son sperme. Un superbe remplissage complet.

Les photos de la deuxième rencontre avec Doggydogg

Après ce délire incroyable et une bonne douche, nous discutons dans la bonne humeur autour d’une bière pour les mecs et d’un verre de rosé pour moi. C’est à ce moment-là que j’ai remarqué que j’ai des bleus sur ma joue droite en forme de doigts, un bon souvenir de la gifle de Doggy. Tant mieux, j’adore les souvenirs.

Comme nous ramenons Doggy dans le camp natu, nous décidons de profiter pour sortir, et je prends avec le cadeau pour Amantelilly dans mon sac à dos, qui avait son anniversaire la veille . C’est un vibromasseur made by Patrick Lesage. Peut-être que je la croiserai par hasard. À la maison, j’ai encore fait une petite démonstration du vibromasseur à Doggy comme tu peux le constater sur les images.

Samedi soir, le camp natu est bourré du monde. Dingue. Par chance nous trouvons quand même une place de parking. En se promenant pour trouver un restaurant, je tombe sur Amantelilly et son mari. Quel hasard et quelle chance. Je suis heureuse de lui offrir alors son cadeau. Elle est contente et j’attends son retour après essayage 🙂

Nous trouvons ensuite une place pour manger à la Canne à sucre, avant de continuer la soirée au Melrose. J’adore aller y danser et observer les gens. C’est juste embêtant que je ne peux pas regarder et sourire aux mecs ou aussi aux filles sans qu’ils ou elles ne prennent ça pour une invitation et deviennent très/ trop collant(e)s. Comme je suis de nature très souriante tout le temps, je dois presque me concentrer pour ne pas le faire, et ne pas regarder quelqu’un trop longtemps, afin qu’il ne l’interprète pas mal, et que je puisse continuer à danser.

La nuit s’est terminée avec un petit tour au Tantra. J’adore le coin câlin sombre en bas, et je ne me suis pas privée pour un petit gangbang improvisé. J’ai quand même vite ressenti que j’avais déjà pris cher dans la soirée avec Doggy. Quand nous sommes rentrés vers 3 heures du matin, j’étais crevée. En marchant en direction du parking, on a encore profité d’un passage couvert pour faire quelques photos. Le spectacle a attiré deux hommes qui se promenaient. J’ai dû leur expliquer que nous ne faisions que des photos et que je ne pouvais plus faire quoi que ce soit, car ma chatte et mon cul étaient hors service.

3 réflexions au sujet de « Doggy le retour et sortie au camp natu »

  1. Récit très très excitant ….il y manque juste quelques images pour nous faire grimper aux rideaux ….hihihi mais tes photos de fin de soirées me font tant d’effets…..10 000 et un kiss 😘💋😘💋

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s