Invité surprise et promenade sexy

Jeudi après-midi je dois me rendre à Béziers pour un nouveau test VIH, car la semaine prochaine je retourne à Paris entre autres pour une journée de tournages. En rentrant de Béziers, Vincent me propose une rencontre spontanée. Il me dit que nous aurions encore le temps de rencontrer un jeune homme, avant de sortir dîner avec nos amis à 20 heures. Soyons fou. Je suis toujours partante pour des petites coquineries en fin d’après-midi, début de soirée. C’est vraiment mon horaire favori.

En rentrant à la maison je dois me dépêcher pour me préparer, et à peine sortie de la douche et habillée de dessous rouge, mon hôte arrive déjà. Je n’ai même pas le temps de devenir nerveuse.

C’est un jeune homme très sympathique, mais très timide. Il a de la peine à bander, même si je fais absolument tout pour l’exciter. Je le suce longuement, je frotte ma chatte contre son corps et sa queue, puis il a envie de me lécher. Normalement ce n’est pas mon truc préféré lors de rencontres, mais je fais une exception et lui offre ma chatte en me laissant complètement aller. Après quelques aller-retours avec sa langue sur mon clitoris je jouis très intensivement. C’est trop bon. Comme il est gourmand avec sa langue, il me demande également de me lécher le cul pendant que je le suce. C’est une sensation très agréable de sentir sa langue chaude et humide entre mes cuisses.

Comme j’ai envie de sentir quelque chose dans mon cul. Je sors un petit plug en verre pour jouer avec celui-ci devant le jeune homme. La vue de mon anus qui se fait ouvrir par le plug le fait bander, et il me baise enfin la chatte pendant que je laisse le plug dans mon cul. Cela me fait une bonne double. J’adore.

Excitée par cette double et bien dilatée j’ai envie de sentir quelque chose de plus grand dans mon cul et je remplace le petit plug avec un plug XXL. Je rigole que le premier plug est celui des débutantes. Je fais ensuite un petit show avec ce gros jouet avant que mon invité ne me défonce à son tour mon petit trou avec le plug. Cela lui donne envie de me baiser à nouveau. Je lui offre mes orifices, et il s’apprête à me prendre la chatte et le cul à tour de rôle bien fortement comme j’adore. Je suis complètement mouillée par le jeu de godes. Finalement il jouit dans ma chatte pour la remplir avec une bonne dose de sperme.

C’était un début de soirée très sympa et super jouissif. Je remercie mon invité pour sa spontanéité.

C’est déjà l’heure de rejoindre nos amis, avec lesquels nous allons manger au restaurant. Je passe une superbe soirée avec ce sentiment de satisfaction dans le ventre que j’ai à chaque fois après une rencontre coquine. En plus je n’ai même pas pris de douche avant de sortir et j’ai encore la chatte qui dégouline. Si les personnes autour de moi savaient …

Pour digérer le repas copieux (crevettes aïoli, filet de dorade et fromage) et finir la soirée tranquillement, Vincent et moi décidons de rentrer à pied du restaurant. Le chemin qui longe la côte est désert et nous profitons pour faire quelques photos rigolotes. Je remarque seulement en partant le monsieur qui a observé discrètement notre session photo improvisée depuis son balcon. J’espère qu’il a apprécié le spectacle 😉

Bateau coquin

Comme il fait beau et chaud, je décide spontanément d’aller manger à la Canne à sucre dans le camp natu, avant sa fermeture de fin de saison. J’aime bien ce bistrot à midi. Je le fréquente depuis des années et le patron est devenu un ami. Je m’y fais souvent les mêmes plaisirs: MojitoS avec un grand S, une bonne bouteille de rosé, souvent le tartare de poisson qui est une tuerie et quand j’ai le temps, je couronne le tout avec un bon cigare que je fume au bar après le repas. C’est toujours un moment d’énooormes péchés mignons.

Les gens à la plage, qui se situe juste à quelques mètres de moi, me font envie et je me dis que je pourrais aussi profiter des derniers jours d’été. En rentrant à la maison pour chercher les serviettes de bain, le ciel se couvre et le vent se rafraîchit. Pour un après-midi baignade et bronzette c’est loupé. Vincent me propose alors un tour en bateau. Je suis vite partante et je n’oublie pas de prendre une veste chaude.

En pleine mer, il me demande si j’ai envie de faire quelques photos coquines. Je suis un peu réticente au début car il fait vraiment froid, ou juste une en vitesse pour montrer mes seins, un petit cliché volé que l’on gardera pour nous. Mais en me déballant et en rigolant, j’enlève toujours plus d’habits pour finir complètement à poil. Je ne remarque plus la fraîcheur du vent emportée par le jeu. Je commence même à me caresser et quand Vincent me tend la gaffe se trouvant sur le bateau, je n’hésite pas à me pénétrer ma chatte avec … Mmmh, j’aurais vraiment envie de continuer avec Vincent, mais il se fait pour une fois désirer. « Non, pas aujourd’hui. Il fait frais. Il y a trop de vent. Je dois m’occuper du bateau, etc. » Il trouve toutes les excuses mais avec mon gode improvisé, je suis déjà bien servie, donc je n’insiste pas 😉

Fin d’après-midi coquine

Lundi midi, Vincent me demande si j’ai envie d’un rendez-vous coquin en début de soirée. Bien sûr que oui. Quelle question ? Cela fait déjà quelques jours que je n’ai plus eu de rencontre coquine. J’ai du plaisir à me préparer, à choisir ma tenue, et beaucoup trop tôt avant l’heure convenue je suis prête. Les minutes passent, et mon invité m’écrit qu’il viendra avec du retard. Il ne sait pas ce qu’il me fait subir, car je suis toujours nerveuse et entrain de tourner en rond avant une rencontre. Après 30 minutes de retard, je lui écris que c’est malpoli de laisser attendre une femme si longtemps. Il arrive finalement avec 45 minutes de retard. Je dois être franche que ma première réaction est de lui dire que ce n’est plus la peine qu’il vienne et je ne lui ouvre pas le portail de la résidence. Oui, je l’avoue, je fais ma diva un peu vexée. À ma place, qu’auriez-vous fait ?

Le mec insiste car il s’est déplacé. Il est devant le portail entrain de négocier sa venue depuis 10 minutes. Comme je suis déjà prête et que je n’ai pas d’autres plans de la soirée, je lui laisse une chance. En arrivant chez moi, le pauvre m’explique qu’il s’est pris une branche d’arbre dans l’oeil en partant de chez lui. Il a dû passer d’urgence à la pharmacie, et qu’ensuite il est encore resté coincé dans les bouchons à l’entrée du Cap d’Agde. En voyant son oeil enflé, je ne peux plus lui en vouloir pour le retard. Je le soigne même avec quelques gouttes dans l’œil, que je possède encore dans ma pharmacie. Heureusement qu’il arrive à en rire et que son état ne l’empêche pas de bander.

Après les soins, il commence à m’embrasser et déballe sa belle queue. Quelle bonne surprise, une superbe queue bien épaisse et bien dure. Je le suce au salon, puis lui demande de me suivre dans la chambre à coucher. Nous continuons sans interrompre le jeu. Mon invité aime me parler crûment: « T’es une grosse salope, montre-moi comment tu suces, fais ta chienne ». J’adore, surtout qu’il sait exactement ce qu’il veut.

Il me demande de me mettre à quatre pattes et de lui offrir mon cul comme une bonne chienne. Il me lèche d’abord ma chatte puis mon cul, mais il me dit très vite qu’il va m’enculer directement et m’enfonce sa grosse queue sans hésitation dans mon cul. Sans lubrifiant et sans doigt qui me l’a ouvert auparavant, c’est presque douloureux au début. Heureusement mon cul s’ouvre rapidement et c’est tellement jouissif de le sentir rempli, que je mouille immédiatement. Il me baise avec des coups forts et profonds, tout en continuant de me traiter de salope. « Dis comment tu aimes les grosses queues, et comme tu aimes te faire défoncer ton cul », m’ordonne-t-il. Je le répète avec plaisir. Il me tourne dans tous les sens et reste quasiment que dans mon cul.

À un moment donné il doit faire une petite pause et je profite de le sucer langoureuse-ment pendant qu’il reprend des forces en restant couché. Je ne dois pas m’appliquer très longtemps qu’il bande à nouveau et qu’il m’annonce qu’il a encore envie de me baiser le cul. Inutile de me le dire deux fois. Je m’assieds sur lui et j’enfonce sa queue profondément dans mon petit trou pour bouger à mon rythme. Cela le fait décoller immédiatement. La tension monte et il finit par jouir dans mon cul.

Je lui montre mon cul complètement dilaté et trempe par sa grosse queue et par tant de plaisir, avant de lui nettoyer sa queue avec ma langue. C’était une courte rencontre mais tellement intense, et j’ai presque loupé ça. Heureusement qu’il a eu le culot de ne pas se faire renvoyer et d’insister fermement. Merci pour ce bon moment.

Une fois parti, je suis toujours excitée que je me caresse encore moi-même …

Samedi soir au camp natu et beaucoup d’orgasmes …

Samedi, c’est encore la tempête au Cap d’Agde. Je profite du mauvais temps pour faire la grasse matinée. Je m’approche de Vincent, qui est toujours très réceptif les matins par rapport à moi, car je ne suis pas du matin. De ce côté-là nous sommes complètement décalés, mais pas aujourd’hui. Je suis encore toute chaude de mes orgasmes de la veille, car Vincent a dû me consoler de mon lapin 😉

Après 22 ans de vie commune nous baisons pratiquement tous les jours, parfois même deux fois dans la même journée et les cunnis de Vincent sont absolument torrides. C’est dans ces moments-là que j’ai mes plus gros orgasmes.

Ce matin je me frotte contre lui et je sens son sexe se durcir immédiatement. Cela démarre très vite en galipettes sous la couette. Il me caresse d’abord juste mon clitoris jusqu’à ce que j’explose. Je suis donc toute mouillée quand il me baise la chatte par derrière, pendant que je suis couchée sur le ventre. J’adore cette position dans laquelle je le sens bien profondément en moi.

Il me demande de choisir un gode dans le tiroir de ma table de nuit pour me l’enfiler dans le cul pendant qu’il me baise la chatte, maintenant par devant. Cela me fait décoller tout de suite. J’adore. Le week-end commence bien.

Voilà le gode que j’ai choisi. J’en ai fait des images après la sauterie, rien que pour vous 😉

Le temps est tellement mauvais que j’ai des doutes sur ma sortie de samedi soir. Je ne suis plus sortie au camp natu depuis un petit moment, vu que mes derniers rendez-vous coquins se sont déroulés en privé, soit chez moi ou chez mes complices afin de pouvoir filmer les rencontres.

Je rigole intérieurement d’avoir attendu le premier soir pourri pour sortir à nouveau dans le camp natu mais comme j’ai rendez-vous avec une amie non libertine, qui souhaite fêter mon anniversaire une seconde fois je ne vais pas réfléchir plus longuement sur la météo. Mais que vais-je mettre ? J’ai tellement peur d’avoir froid que je décide de mettre des collants sous une tenue « presque » d’hiver.

La soirée commence avec un apéro dans un bistrot du port dans le camp natu. Mon amie connait absolument tout le monde dans le camp et dans chaque établissement où nous passons, elle connait le patron et les employés. Cette fille est un sacré phénomène. Après avoir mangé quelque chose, nous passons au « Melrose » avant de continuer au « Jeux de mains ». Mon amie se moque de mes collants. « Des collants !? C’est complètement interdit de sortir au camp natu avec des collants ». « J’ai eu froid », j’essaie de me défendre en rigolant, mais je dois avouer que j’ai trop chaud à l’intérieur du club et ce n’est pas pratique du tout. Je décide donc de les enlever, ainsi que mon string. Au « Jeux de mains », il n’y a pas énormément de monde, et surtout pas beaucoup d’hommes seuls, mais ce n’est pas grave car j’adore danser. Je fais même un striptease improvisé à la barre. Sans collants ni string je finis vite complètement nue. Quand je descends du podium, un homme me demande si je suis stripteaseuse professionnelle. Mais non, quelle idée.

Avant de quitter la boîte je fais encore quelques photos avec le dj du club, que je connais depuis longtemps.

Au prochain établissement, le patron me dit dès mon arrivée qu’il y a une barre au milieu de la piste de danse. Je pense intérieurement que j’irai certainement danser plus tard. Je n’ai pourtant pas le temps de réfléchir que le vigile du club me prend par la main pour me montrer le chemin jusqu’au podium. En un rien de temps je me retrouve à la barre sur un petit podium, et dès que j’y suis, le dj passe la chanson traditionnelle pour un striptease, « You can leave your hat on » de Joe Cocker. C’est un vrai complot. Je n’ai pas le temps de réaliser ce qui m’arrive mais je joue le jeu. Ce soir avec l’effet de surprise j’adore me retrouver au milieu du public entrain de faire le show, même si normalement je déteste me mettre en avant, et me sentir observée me rend toujours mal à l’aise. Mais j’adore danser et à un moment donné, mon envie dépasse ma pudique retenue car je me dis toujours que de tout de façon, le ridicule ne tue pas. Heureusement. Je finis alors une seconde fois de la soirée à poil. À la fin de la chanson et de mon striptease improvisé, les gens applaudissent quand je redescends du podium. Cela me met extrêmement mal à l’aise et j’ai une grande envie de vite disparaître, mais malgré ça j’ai trop kiffé ce moment surréaliste.

Au bar, je danse encore avec une belle fille très sympathique. Nous nous embrassons et nous caressons tout en dansant et en rigolant. En discutant, elle m’avoue qu’elle connait bien mon blog. Je lui fais alors un énorme bisou par cet article, en sachant qu’elle le lira. Tu es tout simplement magnifique. Merci pour ce petit moment très sensuel et un gros bec à ton mari.

La nuit se poursuit au club « Le Jules ». Je danse, je discute et je décide de faire un tour dans les coins câlins. Il n’y a pas beaucoup de monde, quelques couples et un jeune homme qui me plait beaucoup. Je lui fais signe de me suivre dans un coin et je commence à le sucer, puis me tourne afin qu’il puisse me baiser pendant que je suce Vincent, qui est tout excité par le spectacle. Malheureusement le jeune homme débande en voulant mettre sa capote. Ce n’est pas grave, je le rassure.

Nous restons pour observer les couples et le jeune homme se rapproche à nouveau. Je lui fais un clin d’œil. Est-ce que l’on veut essayer une deuxième fois ? Il est partant, et cette fois-ci il arrive sans difficultés à mettre sa capote et me baiser avec sa queue bien dure. Mmmh, je prends vachement mon pied en me faisant baiser pendant que je m’occupe de Vincent.

Plus tard je me fais encore allumer par pleins d’autres mecs, mais la nuit est avancée et il me semble que tout le monde est plus ou moins bourré. Après le rosé à l’apéro, je suis restée au Schweppes toute la soirée. Je remarque donc encore plus l’état douteux de nombreuses personnes. Le seul homme qui m’attire vraiment ce soir, et qui est presque à jeun, a un petit problème. En travaillant dans le camp natu, il connait tous les habitués et a peur du « qu’en-dira-t-on » s’il se fait découvrir dans les coins câlins. Cela l’empêche de bander. Je comprends absolument. C’est une réaction normale, et ce n’est pas grave, car je passe une superbe soirée. Je rentre à 6 heures du matin, crevée mais heureuse.

Mon amie ne m’a pas seulement offert une seconde soirée d’anniversaire géniale, mais également un cadeau d’anniversaire. Elle est folle et à elle aussi, je lui dis encore une fois « MERCI » par mon blog.

Semaine tranquille

Coucou les loulous, j’espère que vous allez bien. Au Cap d’Agde, c’est la tempête aujourd’hui mais franchement j’adore. Cela change du beau temps, et j’aime bien un peu de pluie et de vent de temps en temps, d’autant plus que ça me rappelle la Suisse. Ce que j’adore surtout c’est d’entendre la tempête pendant la nuit, quand je suis emmitouflée dans mon duvet. Cela fait aussi du bien de ne pas avoir l’impression de devoir courir à l’extérieur pour profiter du soleil et de pouvoir rester tranquillement à la maison, sans mauvaise conscience.

Hier, j’avais un rendez-vous coquin, et … le mec m’a posé un lapin. Grrr. Encore une fois, ce n’est pas grave de changer d’avis ou d’avoir un imprévu de dernière minute, ou même d’avoir peur, mais de tout simplement ne pas apparaître n’est vraiment pas cool. Lorsque j’ai une rencontre, je me prépare en investissant beaucoup de temps pour me doucher, me maquiller, et tout ce qu’il faut pour être prête afin de faire des folies. Je préfère alors une excuse bidon de dernière minute que pas d’excuse du tout. Vincent s’est moqué de moi, en disant que je deviens trop vieille et que le gars a dû trouver un autre plan cul avec une femme plus jeune. Heureusement que je sais qu’il rigole, sinon je ferais ma dépression de la quarantaine 😉 En plus il a loupé la tenue que j’avais prévue pour lui:

Mais à part le temps investi pour rien, ce n’est pas la fin du monde. Toute ma vie ne tourne pas autour du cul, et j’aime aussi les apéros entre amis non-libertins, ce que j’ai finalement fait hier soir, les promenades en amoureux avec Vincent, visiter la région, ma passion pour les tatouages, et surtout j’ai pleins d’autres choses à faire. À part la parution de mon livre qui me prend énormément de temps dans sa phase finale, il faut finir l’aménagement de mon nouveau chez-moi au Cap d’Agde. Ensuite, ma chatte Mili me cause des soucis en ce moment. Elle est vieille et depuis plusieurs semaines, elle a de la peine à garder la nourriture. En discutant avec le vétérinaire, j’ai même songé à la faire piquer, mais je ne peux pas. C’est ma petite boule de poil, souvent chiante, souvent exigeante, mais qui partage ma vie depuis si longtemps. J’ai donc décidé de tout donner pour la remettre en forme. C’est ma mission « pimp my cat », et je crois que mes efforts portent leurs fruits, vu que depuis quelques jours elle va beaucoup mieux.

Ce soir je vais sortir avec une amie au camp natu, malgré la tempête. Faudra que je mette des bottes de pluie et un manteau d’hiver. J’aurai un sacré look pour aller m’amuser 😉

Voilà encore quelques images inédites de ma dernière promenade à la tour médiévale de Valros.

Promenade coquine


J’ai profité hier après-midi du beau temps pour faire une promenade et aller à la tour médiévale de Valros, qui offre une vue imprenable sur la région et ses environs. La tour est à l’écart du village et il y a rarement quelqu’un. Ce qui était à nouveau le cas ce jour-là. J’ai donc pû tranquillement faire des photos dans les différents recoins de l’endroit.

En arrivant j’enlève mon slip sous ma robe et je demande à Vincent de prendre quelques photos coquines. Inspirée par l’ambiance érotique du moment, je me caresse même tout en haut de la tour. Avec le vent chaud qui souffle autour de mes cuisses, c’est très sensuel …

Canal du midi

Ce midi, junior est reparti en Suisse. La séparation est toujours un moment triste, mais je me console par le fait que j’ai voie libre pour toutes mes envies et mes projets. Bon, mes envies sont limitées cette semaine car je suis toujours en zone rouge …

Pour fêter ma liberté retrouvée, Vincent m’emmène au bord du canal du Midi pour une promenade mais surtout pour faire quelques photos. Ce n’est pas le canal de l’Hérault comme je l’ai mentionné par erreur sur Twitter et Instagram. Pffff, moi et la géographie. C’est toute une histoire. Je suis nulle, et même pour me retrouver au Cap d’Agde j’ai encore de la peine. Après plus de dix ans que je fréquente l’endroit, je me perds toujours dans les ronds-points qui se ressemblent tous. Quand je suis en route, je rigole toujours que Vincent est mon GPS sur deux pattes.

C’est bientôt la fin de la saison, mais il y a toujours pas mal de touristes dans la région. notamment beaucoup de cyclistes et de bateaux qui sont en route sur respectivement au bord du canal.

Heureusement que j’ai mis une combinaison très facile à ouvrir et à refermer lorsque des personnes se rapprochent. Je l’enlève même complètement, mais à deux reprises je dois me rhabiller d’urgence, ce qui nous fait éclater de rire. C’est toujours dans ces moments que l’on s’emmêle avec l’habit, qui s’accroche aux chaussures, et ainsi de suite. Mais ouf, personne n’a remarqué quelque chose

Braderie, Canne à sucre et bateau

Mon fils vient de débarquer au Cap d’Agde avec sa copine et le papa de celle-ci. Ils vont rester jusqu’à mardi matin. D’un côté je suis très contente de retrouver mon petit prince. Malgré que c’est un grand jeune homme de 20 ans, il me manque énormément depuis mon départ au Cap.

Mais d’un autre côté, il y a eu tellement de monde chez nous pendant tout l’été, que c’est un peu lourd de devoir à nouveau écrire et préparer des photos en cachette, d’être obligée de m’habiller pour aller dans la salle de bain. Ce sont pleins de petites choses, qui peuvent aussi être énervantes 😉

Ce week-end a lieu la « grande braderie » au Cap d’Agde, un énorme marché de tous les commerçants du Cap d’Agde, qui font leurs soldes de fin de saison. Je voulais y faire un tour ce matin, mais il y avait vraiment trop de monde. Je pouvais à peine avancer dans la masse de gens. J’ai donc décidé spontanément de quitter le port bondé pour aller manger tranquillement à la « Canne à sucre », un bistrot sympa dans le camp natu. C’était la bonne idée car j’y ai rencontré des amis libertins suisses et j’ai passé une pause de midi superbe. Cela m’a fait du bien de discuter « entre adultes », mais pas folies en ce moment car je suis en « zone rouge », ou « semaine de la pipe » comme aime l’appeler Vincent 😉

Avant de rentrer et de retrouver la famille, Vincent m’a encore emmené faire un petit tour en bateau pour profiter du beau temps.

Ce soir, je dois consacrer du temps à mon livre qui n’attend qu’à être publié. Je suis toujours entrain de comparer les différentes possibilités d’éditions, mais le projet se concrétise de plus en plus. Je suis déjà hyper nerveuse car je me mets entièrement à nue dans ce livre. Je raconte toute ma vie, ainsi que l’épisode de 2014. J’ai écrit ce livre après cette phase turbulente, où j’ai fait la une des journaux pour mon fameux selfie. Mais est-ce que le livre va intéresser quelqu’un ? Je ne peux pas encore le savoir, mais pour moi l’essentiel est ailleurs.

Je me pose encore une question concernant le titre du livre. Si parmi les personnes qui lisent mon blog, il y a un avocat-conseils, je serais ravie qu’il me contacte par courriel.

Le port du Cap d’Agde avec la braderie en arrière-plan

Photos parisiennes

Je tiens tout d’abord à exprimer encore une fois mon énorme joie d’avoir retrouvé ma liberté de partager mes aventures érotiques en mots et en images sur internet, et surtout d’avoir retrouvé à travers mon blog et mes comptes Twitter, Instagram et Facebook mes fidèles followers que vous êtes.

Vous êtes nombreux à m’avoir connu déjà avant mon affaire en août 2014, et il y a également beaucoup de nouvelles personnes qui me découvrent depuis mon retour. Tous vos messages me touchent énormément et je vous remercie infiniment pour votre fidélité et vos adorables commentaires. J’essaie de répondre à tout le monde, mais il m’est impossible de de le faire dans l’heure qui suit votre message. Ce n’est en aucun cas un geste malintentionné ou hautain, mais juste un manque de temps. Après à peine 2 mois depuis mon retour sur les réseaux sociaux, vous êtes déjà plus que 10’000 à suivre mes aventures quotidiennement.

Je répondrai surtout en premier aux personnes qui font des phrases (même avec des fautes d’orthographe), posent des questions, font des compliments, etc. Mais je ne peux pas répondre aux personnes qui écrivent juste « cc », « ça va? » ou « on baise », car je ne saurai pas quoi répondre.

Concernant les demandes de rendez-vous pour baiser, j’ai calculé que si je devais répondre par l’affirmative à mes 10’000 followers actuels sur les différents médias sociaux, je ferais une rencontre toutes les 8 secondes et demie. Cela serait un peu compliqué pour l’homme de jouir en 8 secondes et demie, et pour moi de prendre mon pied. Il faut donc être réaliste que je ne peux malheureusement pas satisfaire tous les messages qui me sont adressés et qui me demandent un rendez-vous pour coucher avec moi. D’autant plus que j’ai déjà fait de mauvaises expériences sur Facebook, Twitter ou Instagram, et que je ne fais que des rencontres par l’intermédiaire de wyylde, avec des personnes expérimentées et confirmées par des témoignages.

Sinon, je n’ai pas encore publié la petite série de photos que j’ai réalisé dans ma chambre d’hôtel à Paris. Je tiens à préciser que même après mes sauts, le lit était encore entier …

Mardi en deux parties

Mardi, il pleut au Cap d’Agde. C’est la première fois depuis très longtemps. Je ne sais même plus à quoi ressemble la pluie. Comme j’ai prévu de rester à la maison pour faire la lessive, ranger et surtout écrire, je trouve que c’est plutôt agréable. À midi, je descends juste au bistrot du coin pour un apéro entre amis, et ça me fait bizarre d’enfiler des jeans. Depuis 3 mois et demi je n’ai plus mis de pantalons, même pas à Paris. Mes jambes se sentent carrément prisonnières.

En fin d’après-midi, j’ai rendez-vous avec un jeune homme qui est en vacances dans le camp naturiste. Je suis comme toujours mon rituel d’avant mes rencontres et je ne mange rien toute la journée. Je connais mon corps et c’est mieux pour les jeux anal. Certes, je pourrais aussi une fois y renoncer, mais ça serait tellement dommage.

J’arrive fraîche et prête chez mon hôte, qui se révèle comme une agréable surprise. Il n’est pas seulement beau, mais également très charmant, souriant et drôle. Il me fait pleins de compliment sur ma tenue qui fait vite effet sur lui. Nous ne tenons pas longtemps à échanger des politesses. En me caressant et en se faisant sucer, il essaie tout à coup de parler allemand. Il ne connait que deux expressions: « Ja, ja » et « Achtung ». J’éclate de rire. Quel clown.

Il me caresse les fesses et demande à me lécher. Pourquoi pas ? Pour commencer. Je lui tends mes cuisses, et pendant que je suce sa belle queue, il me dévore la chatte et mon cul avec sa langue en me massant en même temps les fesses pendant que ses doigts entrent dans mes trous déjà humides.

Je me retourne pour pouvoir encore mieux m’occuper de sa queue. Je suis gourmande et j’adore la prendre jusqu’aux couilles dans ma gorge. Mon hôte ne cesse pas d’être de bonne humeur et d’exprimer sa joie de se retrouver avec moi. C’est très communicatif et nous nous amusons sexuellement, tout en rigolant. Mais là j’ai envie de le sentir enfin en moi. Je me tourne pour lui offrir mes fesses. Sa queue est parfaite pour ma chatte, et il s’occupe d’abord d’elle, avant de changer dans mon cul.

Il me prend longuement à quatre pattes avec des coups forts et profonds. Il fait froid et gris dehors, mais dans le studio la température monte rapidement. Nous commençons à transpirer les deux. Je lui demande de se coucher afin qu’il puisse se reposer et je m’assieds sur lui. Je mets sa queue dans mon cul et je bouge à mon rythme. C’est trop bon. Je me tourne pour faire la même chose cette fois-ci avec sa queue dans ma chatte. De le sentir à tour de rôle dans mon cul et dans ma chatte me fait rapidement jouir. Je suis toute mouillée. Je le suce encore et il me baise la bouche pendant que je suis couchée sur le dos. J’adore quand le jeu devient encore plus sauvage avec ses bifles sur le visage.

Il fait maintenant vraiment très chaud et nous continuons sur la terrasse. Je le suce debout, et quand il bande à nouveau, je me tourne et je me penche pour ouvrir mes cuisses avec mes mains. « Quelle invitation, quelle vue. J’ai la vue sur la mer et une meilleure vue encore sur ton cul. Qu’est-ce que l’on veut de plus », s’exclame-t-il.

De retour sur le lit, il me dilate le cul avec ses doigts. Mon petit trou est déjà bien ouvert et surtout mouillé. Souvent, je mouille plus du cul que de la chatte, c’est dingue. Je me fais prendre encore et encore, avant qu’il ne jouisse à son tour. Je me tourne pour lui donner ma langue et tout avaler jusqu’à la dernière goutte.

Nous allons nous rafraîchir sur la terrasse pour contempler la vue et boire quelque chose. Merci pour cet accueil dans une bonne humeur contagieuse.

Je viens de passer deux heures superbes, mais je dois me dépêcher car j’ai bientôt mon deuxième rendez-vous de la journée. Maître PLS m’a invité chez lui pour passer une dernière soirée avant qu’il ne reparte à Paris.

Je rentre prendre une douche. Je me change, et en route pour me rendre chez PLS, je remarque que je suis complètement lessivée. Je ressens encore la fatigue de mon séjour parisien très intensif pendant lequel je n’ai pas beaucoup dormi. En même temps je sais aussi qu’une fois lancée, j’arrive toujours à mobiliser un reste d’énergie.

Le Maître m’accueille, et autour d’un verre de champagne m’explique ne pas vouloir me dominer ce soir. Par contre, il a prévu une pluralité masculine. « Vous allez encore prendre cher, Madame », dit-il avec un sourire narquois. Je l’adore pour ce sourire. Il ferait fondre n’importe qui. « Est-ce que ça vous va ? ». Quelle question, c’est un grand oui. Ma fatigue s’envole rapidement.

PLS m’installe dans un fauteuil en forme de boule qui, une fois retourné contre le mur, me coupe entièrement la vue. Je n’ai le droit de découvrir les invités que quelques instants après. Cinq hommes, alignés un à côté de l’autre, le dos contre moi. Le Maître a un faible pour les belles mises en scènes. Il m’invite à les découvrir, à leur palper les fesses. « C’est une belle brochette, ça ». Je rigole. Il y en a que je reconnais de soirées précédentes. Après avoir fait le tour des fesses, le Maître suggère que je leur demande de sortir leur queues. Cela me fait bizarre. Je crois que je n’ai jamais dit à quelqu’un si directement « sors ta queue ». Il y a toujours et encore des premières. Je m’exécute et je touche chaque queue avec mes mains. « Maintenant, mettez vous à genoux sur le coussin que j’ai posé sur le sol et priez les invités de se retourner », continue le Maître. Je m’exécute, toujours avec le sourire. Je trouve ce petit jeu très marrant. Tout le monde se met autour de moi et j’ai toutes les queues à la hauteur de ma bouche. Je les suce à tour de rôle.

« Et si on continue sur le divan, ça serait plus pratique ». Je propose. C’est partie pour une belle pluralité et je me fais baiser la chatte et le cul à tour de rôle, pendant que je suce les autres queues. J’ai toujours une queue dans la bouche et une dans un de mes orifices. Je profite intensivement d’une belle et longue double pénétration. C’est génial. Mon corps fatigué réagit encore et je jouis intensivement. Je me fais retourner dans tous les sens. C’est superbe, je me régale. Malgré la fatigue, je serais à nouveau partie pour la nuit.

Mais ça ne va pas durer la nuit. Finalement, je reçois le sperme des mecs sur ma langue. Gourmande comme je suis je ne refuserais jamais cette offrande et je n’en perds pas une goutte.

En me levant et en remerciant tous les participants, je vois que des pizzas ont été livrées. J’étais tellement occupée que je n’ai rien remarqué. Comme je n’ai rien mangé de toute la journée, sauf du sperme, ça tombe très bien. Nous finissons la soirée tous ensemble en mangeant des pizzas, en buvant du champagne et en discutant. C’était une très belle soirée et je remercie Maître PLS pour l’invitation et l’organisation. Au plaisir de le retrouver à Paris début octobre.