Gang-bang en deux parties

Samedi matin je me réveille cassée. J’ai mal partout. Je ressens surtout que mon cul a déjà pris très cher lors du tournage pour Jacquie & Michel TV.

J’ai rendez-vous à 11 heures dans ma chambre d’hôtel avec un de mes followers sur Instagram. Le mec me semble vraiment déterminé et sûr de lui et insiste depuis longtemps pour me voir. Le rendez-vous est fixé et confirmé de sa part. Je prends ma douche, je me prépare longuement et à 11 heures, personne ne m’appelle comme convenu. À 11h20, je lui envoie un message par Instagram. Est-ce que l’on n’a pas rendez-vous ? Sa réponse: Il ne peut pas se libérer ce matin, mais ce soir ça joue. Je suis perplexe car il aurait au moins pu avoir la politesse de me prévenir à l’avance, même avec une excuse bidon. Heureusement que je ne me suis pas préparée que pour lui mais cette histoire me confirme que j’ai raison de ne faire mes rendez-vous libertins exclusivement par la plateforme Wyylde, avec des libertins expérimentés et confirmés. Cela évite les fantasmeurs.

Je profite de mon temps libre pour me reposer avant que le chauffeur vienne me chercher pour l’après-midi chez l’organisateur « Gangbanghards Paris ». Z., le patron, m’a concocté un après-midi en deux parties. La première partie avec 5 mecs que Vincent filmera, et une seconde partie avec un plus grand nombre de participants, mais non filmée.

Dans la voiture, la nervosité monte. J’ai un tout petit peu moins la trouille que la veille, mais quand j’arrive sur place j’ai comme toujours l’impression que mon ventre va exploser. Á l’intérieur de la fameuse « Factory », le lieu magnifique et magique des rencontres de Gangbanghards, je retrouve les premiers participants. Je fais des bises (je rappelle qu’en Suisse c’est 3), je me présente, avant de passer aux toilettes et de me changer. Si je veux une coupe de champagne ? En principe non, mais comme Z. me dit de devoir attendre encore un petit moment pour la mise en place au sous-sol, où auront lieu les choses sérieuses, je la prends quand même. Je profite pour discuter un petit moment avec les mecs présents, mais je ne suis pas vraiment détendue. Ces quelques minutes me semblent être une éternité. Tout à coup Z. remonte, vient sans avertissement sur moi et me prend fortement par les cheveux pour me guider en bas. J’ai juste le temps de donner mon verre encore plein à un des mecs et réaliser que ceux qui se trouvent près du bar ne participeront pas à la première partie, mais à la seconde. Mes partenaires se trouvent déjà à l’étage du dessous. En bas des escaliers, Z. me jette quasiment à quatre pattes et me traîne vers les mecs qui m’attendent au centre de la chambre obscure. Il me pousse vers eux. La voilà, maintenant elle est à vous. Cette entrée en jeu me fait frissonner et je remarque tout de suite que c’est parti pour une partie très hard.

Je me retrouve encerclée par des mecs décidés. À genoux je commence à sucer les queues pendant qu’il me traitent de salope et me tiennent par les cheveux. Cette situation, où je me trouve au sol et dominée immédiatement par les hommes debout, m’excite énormément. Je sens des doigts dans mon cul. Une voix s’exclame: elle est déjà bien ouverte. C’est le cas. Mon cul se souvient aussi et surtout des fists de la veille.

Ils m’ordonnent de me lever et d’entrer dans une sorte de boîte en bois avec un couvercle en verre. Seules les jambes dépassent par des trous, et mon cul est placé derrière une ouverture à disposition pour les pénétrations. Le couvercle de la boîte est transparent et au début fermé. C’est une sacrée sensation de sentir les queues me baiser le cul et de presque rien entendre sauf ma propre respiration et mes propres gémissements. Dès le premier coup de queue, je sens que ça passe quand même bien malgré le ressenti de la veille. Ce n’est que du plaisir. Je mouille du cul et les queues tournent. Les mecs se relaient à tour de rôle. Les hommes ouvrent une partie du couvercle pour m’étrangler, me cracher dessus et me traiter de chienne et de salope. J’adore. J’oublie absolument tout autour de moi et je me laisse entraîner dans la folie du moment.

Quand il m’aident à sortir de la boîte pour m’installer sur le grand lit, je suis déjà complètement ailleurs. Bon, installer, c’est un grand mot. Je dirais plutôt qu’ils me jettent sur le lit, où je me fais prendre par derrière et par devant, baiser la bouche et le cul en même temps. De temps en temps, une queue se perd dans ma chatte, mais c’est plutôt rare. Ils me prennent en double, d’abord classique puis en double anale. À tour de rôle ils changent de place derrière moi pendant que le mec en dessous reste en me tenant fortement par les bras et les cheveux. Ceux qui se font sucer en même temps m’encouragent par des gros mots. J’ai envie que ça soit encore plus hard et je leur demande de me cracher dessus, de me gifler, de m’étrangler. Ils se lâchent encore plus. J’adore perdre le contrôle de la situation. Ils me demandent de me tourner, me prennent sur le dos, pendant que d’autres me baisent la gorge avec des gorges très profondes. Je bave. J’ai le visage plein de ma propre salive et de celle des mecs qui me crachent dessus.

Pendant que je suce à quatre pattes, je sens une main s’occuper de mon cul. Je suis tellement excitée que je ne me demande pas une seconde si ça passera, et rapidement elle glisse en moi. Mmmh, c’est vachement bon. Le gel fait glisser la main et je sens chaque centimètre de peau qui se dilate. La main sort et rentre. Je me fais bien travailler le cul. Elle entre si facilement que je suis étonnée quand tout à coup ça tire encore plus. Est-ce que c’est une autre, plus grande ? En tournant la tête, je remarque que c’est bien une autre, mais en plus de la première. Ils sont fous. Ils me font carrément un double fist anal. C’est intense, de la pure folie. À un moment donné je leur demande de sortir les mains doucement de mon cul. C’est super excitant, mais je ne peux pas tenir une éternité. Ils continuent de me baiser sans me laisser souffler. C’est directement parti pour une nouvelle double anale avant que je m’assieds sur un des participants pendant que les autres me baisent la gorge.

Les mecs me demande maintenant de m’installer sur le cheval, une sorte de meuble sur lequel je suis agenouillée à quatre pattes. La baise continue, pendant que je me fais gifler et re-gifler. Un des hommes, le plus dominant, me tape les seins, pendant qu’il me tient par les cheveux. Un autre me fait avaler sa main et tout le temps mon cul encaisse encore et encore. Ils sont déchaînés, je suis déchaînée.

C’est le moment de la grand finale de la première partie. Les hommes me prennent au milieu d’eux, se branlent et jouissent l’un après l’autre sur mon visage. Je prends plein de sperme et je finis complètement souillée, mouillée, mais heureuse.

Vincent a essayé de ne pas perdre une miette avec sa caméra, mais ce n’était certainement pas évident. Plus il y a de monde, plus c’est compliqué pour lui de ne pas filmer les visages. Mais je suis heureuse d’avoir pu partager ainsi chaque moment aussi avec lui et je me réjouis pour la vidéo. Merci à mes complices d’avoir joué le jeu.

Je remonte à l’étage pour me changer et vite me rafraîchir. La « zone d’attente » s’est remplie pendant que j’étais occupée. Je ne compte pas les mecs, mais il y en a beaucoup. J’essaie de me faufiler en direction de la douche, car je dois ressembler à un zombie et je vais faire fuir les mecs suivants. Je dois me dépêcher pour ne pas faire attendre tout ce monde. Vite, vite. Je ne me sauve donc pas vraiment. De tout de façon, je serai vite défaite, donc inutile de me re-coiffer ou de me re-maquiller. Je prends un verre de coca au bar pour reprendre un peu de sucre, je discute quelques instants avec quelques-uns des participants et Z. vient à nouveau me chercher par les cheveux pour me diriger au sous-sol. À nouveau, je n’ai pas eu le temps de boire mon verre et à nouveau je le donne aveuglement à quelqu’un à côté de moi.

Z. me jette pour la seconde fois de l’après-midi devant la meute. Aïe, ils sont (très) nombreux. Une trentaine peut-être ? Quand le premier commence à me doigter le cul, je leur dis que je ne souhaite pas trop de pénétrations avec les doigts, vu le nombre de queues car je crains sinon de ne pas tenir le coup. Je suce toutes ces belles queues autour de moi. C’est une forêt de queues. Je ne vois absolument rien tellement il y a de monde. Wow, ça fait longtemps que je n’ai plus eu ça. Un des mecs me pousse vers le lit et en route j’enlève mes talons hauts. Un des participants exclame son regret pour ça, mais je ne me sens pas à l’aise avec des talons sur les pieds pour baiser. Je sais que ça ferait plus sexy, mais de ce côté je suis très nature. En plus je ne risque pas d’écraser quelqu’un dans le feu de l’action.

De tout de façon, avec ou sans chaussures, c’est partie pour un long moment intense pendant lequel je me fais baiser et que je suce des queues à tour de rôle. Un des hommes comprend complètement l’idée du gangbang et motive les autres mecs à faire tourner. Quand un est prêt, il fait signe, et ceux qui ne bandent pas, font de la place. C’est génial comme il gère ça. Cela m’arrange. Il est vrai qu’avec autant de monde il faut faire tourner afin que tout le monde puisse profiter. Je le remercie. Il se reconnaîtra 😉

J’essaie de voir où se trouve Vincent à travers ces corps. J’aime bien savoir que tout se passe bien pour lui aussi. Mais impossible de distinguer quelque chose. Je suis coupée du monde. C’est la folie. L’ambiance est torride mais joyeuse. Je me sens à ma place de chienne et salope et je suis heureuse comme jamais.

Avec eux aussi c’est parti pour des doubles. Des doubles à la chaîne, classique et double anale aussi. Wow, là, je quitte vraiment la terre. Ils assurent grave. Ce n’est pas évident de faire des doubles, parce que c’est quand même assez technique. Mais aujourd’hui il en pleut. Un des mecs s’installe sous moi, et les autres mecs me prennent à tour de rôle par derrière. Quand celui de dessous fatigue, un autre prend sa place, et la tournante continue.

On me crache dessus, on me gifle, on me claque les fesses. Un des participants, un magnifique jeune black, a une queue énoooorme. Je pense qu’il doit dépasser celle de Doggydogg et de Brownsugar. Lui me pousse dans mes limites du jour. Je sens que mon cul est en flamme après le double fist, et je dois lui avouer que je ne le supporte pas. Il essaie de se faire plaisir dans ma chatte, mais là c’est carrément impossible aussi. Le pauvre. Il n’a pas de chance aujourd’hui. Je suis trop désolée pour lui, et je crois que c’est la toute première fois dans ma vie que je dois refuser une grosse queue dans mon cul. Mais je suis au bout du rouleau. Je n’ai jamais été dans un état pareil.

La baise est longue et intensive. Mon cul prend queue après queue, et vers la fin j’ai l’impression de craquer, tellement je suis lessivée. Presque tout le monde jouit sur mon visage pour revenir après une petite pause une seconde fois. Fais le compte. Finalement, un après l’autre se vide une dernière fois sur mon visage. C’est une vraie douche de sperme. Je n’ai rarement eu autant de sperme sur moi, sur ma langue, dans mes cheveux. Je crois que j’en ai avalé des litres, sans rien boire d’autre.

Mais ce n’est pas fini. Une douche dorée suit dans la salle de bain. Les deux mecs qui ont envie de me faire goûter leur jus, ont un peu de la peine à se vider complètement, mais je bois quand même une grande tasse d’eau salée, avant qu’un dernier mec me jouisse dessus.

Là, je suis vraiment cassée. Je profite de la douche pour essayer de me sauver mais je suis dans un état, dont tu ne t’imagines pas. Quand je sors de la douche, presque tout le monde est parti. Je suis désolée de n’avoir pas eu le temps de remercier personnellement tout le monde pour ce moment unique. Vous étiez vraiment à la hauteur et je me suis super bien amusée. Merci Z. pour ton organisation. C’était dantesque.

En rentrant, j’ai très faim, et Vincent et moi nous nous partageons une planche apéro avec une bouteille de vin blanc car il est encore trop tôt pour aller manger. Mais le soir je me fais plaisir culinairement dans un petit bistrot espagnol dans le quartier Pigalle, avec un repas tapas, un magnifique vin rouge lourd d’Espagne et un verre de whisky. En rentrant, je m’achète encore un dessert, un bubble waffle. Ce soir, je reprends des forces avec pleins de calories et sans regrets 🙂

En arrivant dans ma chambre d’hôtel, je découvre que Z. m’a déposé des fleurs, un parfum et une bouteille de champagne. Franchement il ne fallait vraiment pas, mais ça me fait super plaisir. C’est trop mignon. Merciiiiii.

15 réflexions au sujet de « Gang-bang en deux parties »

  1. Merci pour ce récit et toutes ces photos… De plus en plus fort !!! Où t’arrêteras-tu ??? Un « double fist anal » c’est la première fis que j’en entends parler !!!

    J'aime

  2. Et l’oscar reviiennntttgggggg…aaaaa…(roulement de tamabour)aaaa..
    Adeliiinneeeee..dans le 1er rôle..au titre charmeur de.. »La gourmande acquise »!!!
    😁
    Sur ce..kiss
    Regis..the globe cooker

    J'aime

  3. Putain, je devais venir chez Z pour la seconde partie. Moi qui voulais te rencontrer Adeline. A bientôt j’espère tout de même. Bon dimanche et bon retour en suisse. Bises. 😘😉

    J'aime

  4. Autre chose..a l’occasiin allez sur l’île du levant..la plus grande île de naturiste en Europe..oui..oui..sublime..paradisiaque..et..et..humm..à faire en love story tou et vincinto..vraiment..mais surtout..alone in the world..des hotels..ect..et..pas cher..humm
    Regis..le globe cooker

    J'aime

  5. Quel magnifique récit Adeline ! Tu es vraiment impressionnante. Te voir enchaîner les Gangbangs, double pénétrations, fist et douche de sperme est génial. Mais quel est ton secret ? 😘

    J'aime

  6. dommage pour le lapin de la matinée, le gars a raté quelque chose!
    Super ces gang-bang, vous êtes très désirable en tenue sexy! C’est très intense les relais de double, que ce soit classique ou double anale, j’adore!

    J'aime

  7. Très beau récit comme toujours ! Hâte de lire ton livre..d’ailleurs prévois tu une version audio de celui ci?ta voix et ton accent sont vraiment charmant! t’es « Oh Putaiiin » sont anthologiques, je suppose qu’il y en a eu plusieurs samedi 😉
    bises

    J'aime

  8. Quelle après-midi !!

    Votre double fist m’a fait remonter… un souvenir d’une vidéo de vous. C’est d’ailleurs la dernière que j’ai vue avant votre «disparition» 😉

    C’était sous forme de défi. L’idée était de publier régulièrement une vidéo de votre avancement sur l’enfilage d’une bouteille dans votre cul. Malheureusement je n’ai jamais vu la fin, si fin il y a eu ?

    Fetisso.

    J'aime

  9. J’avoue, je suis un fan de la première heure! J’ai même été inquiet de ne plus avoir de nouvelle pendant ces 5 années d’interruption.
    Je ne me lasse pas de voir ce magnifique anus se dilater avec une aisance inhabituelle, cela m’émeut…
    Bref, content de te retrouver dans tribulations sexuelles. Prends soin de toi et ton anus…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s