Mardi en deux parties

Mardi, il pleut au Cap d’Agde. C’est la première fois depuis très longtemps. Je ne sais même plus à quoi ressemble la pluie. Comme j’ai prévu de rester à la maison pour faire la lessive, ranger et surtout écrire, je trouve que c’est plutôt agréable. À midi, je descends juste au bistrot du coin pour un apéro entre amis, et ça me fait bizarre d’enfiler des jeans. Depuis 3 mois et demi je n’ai plus mis de pantalons, même pas à Paris. Mes jambes se sentent carrément prisonnières.

En fin d’après-midi, j’ai rendez-vous avec un jeune homme qui est en vacances dans le camp naturiste. Je suis comme toujours mon rituel d’avant mes rencontres et je ne mange rien toute la journée. Je connais mon corps et c’est mieux pour les jeux anal. Certes, je pourrais aussi une fois y renoncer, mais ça serait tellement dommage.

J’arrive fraîche et prête chez mon hôte, qui se révèle comme une agréable surprise. Il n’est pas seulement beau, mais également très charmant, souriant et drôle. Il me fait pleins de compliment sur ma tenue qui fait vite effet sur lui. Nous ne tenons pas longtemps à échanger des politesses. En me caressant et en se faisant sucer, il essaie tout à coup de parler allemand. Il ne connait que deux expressions: « Ja, ja » et « Achtung ». J’éclate de rire. Quel clown.

Il me caresse les fesses et demande à me lécher. Pourquoi pas ? Pour commencer. Je lui tends mes cuisses, et pendant que je suce sa belle queue, il me dévore la chatte et mon cul avec sa langue en me massant en même temps les fesses pendant que ses doigts entrent dans mes trous déjà humides.

Je me retourne pour pouvoir encore mieux m’occuper de sa queue. Je suis gourmande et j’adore la prendre jusqu’aux couilles dans ma gorge. Mon hôte ne cesse pas d’être de bonne humeur et d’exprimer sa joie de se retrouver avec moi. C’est très communicatif et nous nous amusons sexuellement, tout en rigolant. Mais là j’ai envie de le sentir enfin en moi. Je me tourne pour lui offrir mes fesses. Sa queue est parfaite pour ma chatte, et il s’occupe d’abord d’elle, avant de changer dans mon cul.

Il me prend longuement à quatre pattes avec des coups forts et profonds. Il fait froid et gris dehors, mais dans le studio la température monte rapidement. Nous commençons à transpirer les deux. Je lui demande de se coucher afin qu’il puisse se reposer et je m’assieds sur lui. Je mets sa queue dans mon cul et je bouge à mon rythme. C’est trop bon. Je me tourne pour faire la même chose cette fois-ci avec sa queue dans ma chatte. De le sentir à tour de rôle dans mon cul et dans ma chatte me fait rapidement jouir. Je suis toute mouillée. Je le suce encore et il me baise la bouche pendant que je suis couchée sur le dos. J’adore quand le jeu devient encore plus sauvage avec ses bifles sur le visage.

Il fait maintenant vraiment très chaud et nous continuons sur la terrasse. Je le suce debout, et quand il bande à nouveau, je me tourne et je me penche pour ouvrir mes cuisses avec mes mains. « Quelle invitation, quelle vue. J’ai la vue sur la mer et une meilleure vue encore sur ton cul. Qu’est-ce que l’on veut de plus », s’exclame-t-il.

De retour sur le lit, il me dilate le cul avec ses doigts. Mon petit trou est déjà bien ouvert et surtout mouillé. Souvent, je mouille plus du cul que de la chatte, c’est dingue. Je me fais prendre encore et encore, avant qu’il ne jouisse à son tour. Je me tourne pour lui donner ma langue et tout avaler jusqu’à la dernière goutte.

Nous allons nous rafraîchir sur la terrasse pour contempler la vue et boire quelque chose. Merci pour cet accueil dans une bonne humeur contagieuse.

Je viens de passer deux heures superbes, mais je dois me dépêcher car j’ai bientôt mon deuxième rendez-vous de la journée. Maître PLS m’a invité chez lui pour passer une dernière soirée avant qu’il ne reparte à Paris.

Je rentre prendre une douche. Je me change, et en route pour me rendre chez PLS, je remarque que je suis complètement lessivée. Je ressens encore la fatigue de mon séjour parisien très intensif pendant lequel je n’ai pas beaucoup dormi. En même temps je sais aussi qu’une fois lancée, j’arrive toujours à mobiliser un reste d’énergie.

Le Maître m’accueille, et autour d’un verre de champagne m’explique ne pas vouloir me dominer ce soir. Par contre, il a prévu une pluralité masculine. « Vous allez encore prendre cher, Madame », dit-il avec un sourire narquois. Je l’adore pour ce sourire. Il ferait fondre n’importe qui. « Est-ce que ça vous va ? ». Quelle question, c’est un grand oui. Ma fatigue s’envole rapidement.

PLS m’installe dans un fauteuil en forme de boule qui, une fois retourné contre le mur, me coupe entièrement la vue. Je n’ai le droit de découvrir les invités que quelques instants après. Cinq hommes, alignés un à côté de l’autre, le dos contre moi. Le Maître a un faible pour les belles mises en scènes. Il m’invite à les découvrir, à leur palper les fesses. « C’est une belle brochette, ça ». Je rigole. Il y en a que je reconnais de soirées précédentes. Après avoir fait le tour des fesses, le Maître suggère que je leur demande de sortir leur queues. Cela me fait bizarre. Je crois que je n’ai jamais dit à quelqu’un si directement « sors ta queue ». Il y a toujours et encore des premières. Je m’exécute et je touche chaque queue avec mes mains. « Maintenant, mettez vous à genoux sur le coussin que j’ai posé sur le sol et priez les invités de se retourner », continue le Maître. Je m’exécute, toujours avec le sourire. Je trouve ce petit jeu très marrant. Tout le monde se met autour de moi et j’ai toutes les queues à la hauteur de ma bouche. Je les suce à tour de rôle.

« Et si on continue sur le divan, ça serait plus pratique ». Je propose. C’est partie pour une belle pluralité et je me fais baiser la chatte et le cul à tour de rôle, pendant que je suce les autres queues. J’ai toujours une queue dans la bouche et une dans un de mes orifices. Je profite intensivement d’une belle et longue double pénétration. C’est génial. Mon corps fatigué réagit encore et je jouis intensivement. Je me fais retourner dans tous les sens. C’est superbe, je me régale. Malgré la fatigue, je serais à nouveau partie pour la nuit.

Mais ça ne va pas durer la nuit. Finalement, je reçois le sperme des mecs sur ma langue. Gourmande comme je suis je ne refuserais jamais cette offrande et je n’en perds pas une goutte.

En me levant et en remerciant tous les participants, je vois que des pizzas ont été livrées. J’étais tellement occupée que je n’ai rien remarqué. Comme je n’ai rien mangé de toute la journée, sauf du sperme, ça tombe très bien. Nous finissons la soirée tous ensemble en mangeant des pizzas, en buvant du champagne et en discutant. C’était une très belle soirée et je remercie Maître PLS pour l’invitation et l’organisation. Au plaisir de le retrouver à Paris début octobre.

3 réflexions au sujet de « Mardi en deux parties »

  1. Petite attention certe poetique
    Adeline
    Certe coquine
    Adeline
    Sans paradoxe
    Adeline
    Sans rancune
    Adeline
    Il y en a qu’une
    Adeline
    Adrenaline,sanguine
    Adeline
    Unique,magique
    Adeline
    Adeline….
    Regis..le globe cooker..de retour dans sa ville..Marseille
    Kiss

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s