Tournage à Prague – jour 2, scène 3

Je me réveille complètement cassée des tournages de la veille et je sens sensiblement mon cul, qui me semble irrité à force d’avoir enchaîner les dilatations. Comment vais-je faire cet après-midi pour la troisième scène hard de suite ? Comme je n’ai rendez-vous qu’à 14 heures, j’ai le temps de reposer encore un peu mon corps. Je ne me fais donc pas trop de soucis et je compte profiter de ma matinée pour découvrir davantage Prague. Je me fais plaisir avec un tour en bateau nostalgique sur la Vltava. C’est fantastique. Les bateaux et les costumes du personnel sont reconstitués comme à la belle époque. On se croirait vraiment propulsé 100 ans en arrière.

Après cette belle découverte, je passe par hasard devant le musée des objets érotiques (oui, vraiment par hasard !). Comme j’ai encore une petite heure à perdre, je profite de l’occasion pour y faire un tour. C’est incroyable, car déjà dans le temps les gens étaient assez coquins et super inventifs pour toutes sortes de jouets sexuels. En principe, ce sont les mêmes objets que l’on trouve aujourd’hui mais dans des matières anciennes : bois, métal, tissu. Les objets actuels sont juste des copies de ce qui se fait depuis des dizaines d’années, mais avec les matières hygiéniques du 21ème siècle. Toutes les grandes marques actuelles n’ont rien inventées.

Oups, j’en ai presque oublié le temps. Finalement je dois me dépêcher pour rentrer à l’hôtel, prendre ma douche, me préparer et retourner dans le studio de Joaquim et sa bande.

Arrivée sur place, les mecs ont encore une scène à faire avant moi avec une autre fille, une scène de pissing. Je l’ai faite la dernière fois et j’étais impressionnée par la préparation et la quantité de l’eau qu’avalent les acteurs avant la scène. Cette fois-ci ce n’est pas mon tour à me faire asperger. Pendant qu’ils arrosent la fille, la maquilleuse ruse me transforme, me rend belle dans la chambre d’à côté. La transformation est à nouveau incroyable. J’ai toujours de la peine à me reconnaître après le relooking (maquillage et coiffure), qui dure toujours plus d’une heure.

Pendant que je pose pour les photos en solo, les mecs se rafraîchissent et se reposent. Nous discutons ensuite du déroulement de la scène. Joaquim me dit vouloir faire quelque chose de simple, vu que j’ai déjà pris cher la veille. « Je ne veux pas t’irriter le cul, par expérience c’est douloureux le lendemain ». C’est trop mignon et attentif de sa part. Mais j’ai quand même des idées. Je suis d’accord de commencer à chauffer les mecs à nouveau avec des godes, mais j’aimerais rajouter quelque chose d’original. Pourquoi pas une bouteille ? Joaquim me donne son feu vert, et je me lance dans une improvisation. Le premier gros gode donne raison à Joaquim, je suis irritée de la veille, mais avec beaucoup de gel ça passe, et après quelques coups ça va même de mieux en mieux. Je change de gode. J’en prends un plus grand, et finalement un plug XXL en forme de grenade. Ce jouet très explosif m’inspire à faire quelque chose que je n’ai encore jamais fait. Je me l’enfile et je le pousse avec mes muscles à nouveau en dehors du cul. C’est marrant à faire et excitant à voir.

Et si on prenait l’apéro maintenant ? Joaquim essaie de m’introduire une bouteille, mais elle bloque un peu à cause de son fond très droit. Pas de souci. Je sais comment faire. Ce n’est pas ma première bouteille dans le cul 😉 Je m’assieds donc dessus et dans cette position accroupie, je l’aspire carrément dans mon anus qui s’ouvre comme par magie. Le verre est agréablement frais, ça fait du bien. Quand je me tourne à quatre pattes sur le divan, la bouteille tient toute seule dans mon cul. Les mecs tiennent leur verre dessous, et avec un petit mouvement de rein, je verse à chacun un peu de grappa dans leur verre. Je n’ai malheureusement pas de photo prise à ce moment de cet apéro unique, ni du moment où les mecs posent les verres sur mon cul, qui maintient toujours la bouteille. Il faudra donc patienter et découvrir cela avec le film dès qu’il sortira.

Le spectacle a chauffé mes partenaires. Moi qui avait peur qu’ils seront fatigués de leur première scène de la journée, je remarque très vite que j’en aurai pour mon plaisir. Comment ils font ? Ce sont de vraies sexmachines.

Je les suce à tour de rôle, et ensuite c’est parti. Je me mets en Doggy sur le canapé et ils me baisent chacun le cul à tour de rôle. Ce n’est que le prélude pour enchainer ensuite les doubles, une fois en double classique, puis surtout des doubles anales, toujours avec une troisième queue dans la bouche. J’adore. Je quitte le sol, j’oublie où je me trouve, j’oublie le temps. Les mecs rigolent. À la base ils étaient partis pour une « petite » scène, mais le spectacle avec la bouteille a déclenché une vraie orgie de sexe. Pour le final de ce scénario inédit, ils jouissent chacun dans mon verre. Sur le sperme présent au fond du verre, ils me versent un peu de Grappa. Ce mélange sera mon apéro. Santé !

Cette troisième scène fut carrément le highlight des scènes vécues depuis 2 jours. Quelle ambiance. Les mecs me soulèvent même devant la caméra, et on part dans un fou rire. Franchement, c’est la folie. Ça fait longtemps que je ne me suis plus éclatée pareillement. MERCI Joaquim, merci les gars, vous étiez au top.

Je quitte le lieu du tournage crevée mais épanouie comme jamais, et là j’ai faim. Je me fais plaisir dans un bon resto. Apérol spritz, crevettes en entrée, pizza quatre fromages et comme dessert un fameux Trdelnik au marché de Noël. J’ai trop mangé. Après deux jours de jeûne ce n’était pas forcément la chose à faire. Je finis avec un immense mal au ventre qui m’empêche de dormir la moitié de la nuit. Pffff. No comment 😉

Tournage à Prague – jour 1, scène 2

Après une bonne douche, me voilà à nouveau propre, et l’idée de faire une seconde scène cet après-midi me booste immédiatement. Mon cul est encore en flammes, mais je sais qu’une fois lancée je vais vite oublier ce fait. La maquilleuse me refait une beauté avant que je ne change de tenue. Toujours avec des couleurs, ça sera ma petite robe pink. J’ai oublié de prendre le string assorti avec moi, mais il parait qu’un noir fera aussi l’affaire. Pendant que je pose pour les photos prises avant la scène, quand la coiffure et le make-up sont encore impeccables, les mecs prennent leur douche et se préparent pour me rejoindre également en pleine forme. Ce sont vraiment des sportifs de haut niveau.

Cette fois-ci, il n’y a pas d’introduction avec des sextoys. Je commence tout de suite par m’occuper des deux belles queues. Les mecs me font baver dès les premiers instants. Je ne sens plus la fatigue et je suis très vite à nouveau dans le jeu. Ce n’est que lors de la première pénétration que je remarque que j’ai déjà pris cher aujourd’hui, mais mon cul s’ouvre finalement à nouveau tout seul par l’excitation et je ne ressens que du plaisir.

Mes partenaires me baisent à nouveau dans toutes les positions. Une queue dans le cul, une dans la bouche, les deux dans le cul, les deux dans la bouche. J’adore avaler les deux queues en même temps même si elles n’ont presque pas de place dans ma bouche. Finalement ça passe quand même et j’en bave. C’est super excitant. Ils me procurent une grande première. C’est la première fois depuis que je tourne sur ce divan blanc que je me fais baiser aussi la chatte pour une double classique. Au début, j’ai un peu de la peine d’accueillir la grosse queue dans ma chatte, mais finalement ça passe. C’est bon, c’est jouissif, ça change comme sensation.

Comme pour la première scène il n’y a pas de pauses, pas d’interruptions, c’est juste une bonne baise très intense, un peu folle et pleins d’orgasmes à la chaîne. Je ne vois pas le temps passer et quand ils annoncent qu’ils vont me jouir sur la langue, je suis presque étonnée. Déjà ? Allez, offrez-moi votre jus. J’avale tout avec plaisir, avant de nettoyer les deux queues avec ma langue.

Ce n’est qu’à ce moment-là que je remarque la fatigue. Wow, quel après-midi. Je suis contente le soir d’aller boire un verre et manger quelque chose, mais … seulement une petite soupe car je reviens demain pour tourner encore une scène. Je préfère garder le ventre vide. À suivre.

Tournage à Prague – jour 1, scène 1

Après avoir profité d’un jour et demi pour visiter Prague, c’est enfin le jour J pour le tournage. Je n’ai rendez-vous qu’à 12 heures. Comme d’habitude la matinée est réservée pour me préparer et comme d’habitude je suis impatiente, excitée et très nerveuse. Qu’est-ce qu’il va m’arriver ? Est-ce qu’il y aura une autre fille ou non ? Est-ce que ça sera les mêmes mecs que la dernière fois ?

Je suis très heureuse de revoir Joaquim et le reste de son équipe. Je connais déjà un des mecs présents. L’autre, un black parisien, m’est inconnu. Dès mon arrivée je passe entre les mains expertes d’une maquilleuse russe qui me maquille pour me rendre plus belle. Après une heure de relooking je choisis également ma tenue. Comme Joaquim aime les couleurs, je lui propose un ensemble rose en latex qui lui plaît beaucoup. Je me réjouis de porter cette tenue, car ça fait longtemps que je la possède, mais je n’ai pas souvent l’occasion de la porter, vu qu’elle est vraiment très particulière.

J’en sais maintenant un peu plus sur le scénario. Joaquim m’avait demandé à l’avance de prendre des godes avec moi qui me serviront pour une première partie. Outre ma batte de baseball, j’ai également amené mon gode XXL que je n’ai essayé qu’une seule fois jusqu’à présent (Lien vers l’article dans le blog). Aujourd’hui ça sera sa grande inauguration en public 😉

Après la séance de photos posées initiale, c’est parti. Je me dilate juste le cul avec mes doigts avant la scène, afin d’être prête. De tout de façon je commence la scène en jouant avec la batte de baseball, qui entre sans problèmes et sans préliminaires dans mon cul. Le manche métallique est frais et agréable à sentir et je m’excite en me baisant moi-même avec ce jouet original. Les mecs assistent de loin avant qu’un volontaire me baise le cul en m’enfonçant la batte bien profondément. Et si on essayait maintenant le gros frère de la batte ? Je me dilate encore un peu moi-même avec les mains et je m’assieds sur le gode XXL pour le faire entrer à mon rythme. J’avais oublié à quel point il est large, mais le gel le rend bien glissant, et centimètre par centimètre il disparait dans mon cul. Je bouge d’abord moi-même sur le gode XXL, en essayant de le prendre le plus profondément possible dans mon cul. Puis les mecs viennent m’aider et je me mets à quatre pattes sur le divan, afin qu’ils puissent me baiser le cul avec le gode. La scène vient de démarrer que je suis déjà sur une autre planète par l’intensité des sensations.

Et ce n’est que le début. Le spectacle avec les godes inspire les mecs à me fister. J’ai le cul tellement dilaté que la main de Joaquim, qui me fiste en premier, glisse tout seule en moi. Ses complices le suivent et je me fais fister par les trois mecs, à tour de rôle. Le jeu atteint son sommet quand ils me demandent de me mettre la tête sur le sol et le cul en l’air, les jambes bien écartées, pour me baiser à tour de rôle dans cette position avec le gode XXL et leur poing. C’est extrêmement intense. Quand je me relève, j’ai la tête qui tourne. Je suis déjà essoufflée, voire exténuée par ses explosions de plaisirs à la chaîne.

Après cette introduction infernale, c’est au tour des mecs de me baiser. Je vais enfin goûter à ces belles queues. Je me mets d’abord à genoux, au milieu des 3 mecs, pour les sucer. Ils me font des gorges très profondes jusqu’à ce que je bave. Un des trois me force à avaler sa queue jusqu’aux couilles et même avec les couilles. Je m’étouffe presque, mais cela m’excite. J’aime me faire malmener pendant les jeux sexuels et ça me fait tout oublier autour de moi. Je me fais prendre ensuite à tour de rôle et dans toutes les positions, uniquement dans le cul. Ma chatte est complètement mise de côté. Je prends tout par derrière, une queue à la fois, deux, et même trois queues. Ils y arrivent sans problème. C’est une position très sportive et ce n’est faisable qu’avec les grandes et longues queues de mes partenaires. C’est incroyablement excitant de me faire dilater le cul à ce point. Quand le troisième mec se retire, les deux queues restantes dans mon cul semblent presque banales comme diamètre. C’est vraiment un traitement à l’extrême.

Pour mon plus grand bonheur, la scène est quasiment jamais interrompue. Je me fais baiser non-stop, sans mise en scène ou changements de positions qui prennent du temps et coupent l’intensité. C’est comme une rencontre libertine torride, avec la seule différence que la scène est illuminée par 8 spots lumineux et qu’il y a un mec qui tourne autour de nous avec sa caméra. J’adore. Je prends mon pied et je ne compte pas mes jouissances.

À la fin de la scène les mecs jouissent tous dans mon cul. C’est une sacrée portion et je repousse le jus pour le faire couler. Je m’écroule en rigolant. Quelle scène explosive et surtout quelle superbe ambiance. Je me suis super bien amusée et je suis sûr que les mecs aussi.

Après une bonne douche, Joaquim me demande si j’ai encore de l’énergie pour une deuxième petite scène, seulement avec deux mecs ? Quelle question, bien sûr que oui …

Prague, le retour

Vous allez me prendre pour une folle, mais cette semaine je suis de nouveau à Prague. Le réalisateur de mes dernières scènes tournées là-bas m’a demandé si j’avais le temps et l’envie de revenir en République tchèque pour tourner à nouveau pour lui. Je n’ai pas hésité longtemps à lui dire oui, même si c’était un peu stressant de rentrer à la maison après deux semaines à Paris, de refaire mes valises et de repartir lundi matin.

J’aurais pu rester un jour de plus à la maison au Cap d’Agde, mais si je me rends jusqu’à Prague, je veux également profiter pour voir autre chose de la ville qu’un appartement de tournage. Surtout qu’en ce moment, c’est la période des marchés de Noël et que la ville déjà tellement idyllique en temps « normal » se transforme en un conte d’hiver digne de la « Reine des neiges ».

Je profite de l’occasion pour vous rappeler mes premières vidéos pragoises pour Legal porno:

CLIQUE SUR LA PHOTO POUR OUVRIR LE LIEN

Je me réjouis pour les nouvelles scènes de mercredi, et comme c’est souvent le cas pour les tournages ça sera pour moi une grande surprise car je ne demande aucuns détails au préalable. Je me réjouis de tout vous raconter prochainement. À suivre …

Sauna à Prague

Même avec tous les tournages prévus, j’ai quand même envie de faire une sortie coquine libertine dans un sauna. Quelqu’un m’a dit qu’il y a pas mal de clubs échangistes à Prague, mais en cherchant sur internet Vincent trouve davantage de clubs pour hommes seuls, avec services d’escort. Finalement en cherchant bien, nous trouvons un établissement qui semble être entre les deux. Il y a des services pour hommes seuls, mais aussi un espace pour couples. En plus, il ne se trouve pas loin du centre-ville où nous logeons. Nous décidons de nous y rendre en début de soirée, avant d’aller manger au restaurant. Je suis comme toujours nerveuse quand je ne sais pas ce qui va m’attendre.

C’est un sentiment bizarre de payer l’entrée, de découvrir les vestiaires, de croiser quelques regards. Mais qu’est-ce qu’il va m’attendre ? Est-ce qu’il y aura du monde. Au pire je profiterai du sauna et du jacuzzi. L’endroit est joli, propre et assez grand. Dans l’espace couple se trouve un grand jacuzzi. Chouette, c’est idéal pour commencer la soirée. Il y a déjà quelques couples présents. Nous trouvons avec Vincent un petit coin pour nous installer et observer tout ça. Comme souvent dans les jacuzzis, c’est calme, on a l’impression que les couples viennent surtout pour être entre eux, mais on a le temps et j’aime aussi parfois observer …

… Mais comme toujours, je n’ai pas le temps d’observer longtemps. Il y a un jeune couple, qui se trouve à côté de nous. La fille, qui semble plus jeune que moi, me plait beaucoup. Une belle blonde. Elle a l’air sympa et pas superficielle, ce que je déteste chez une femme. Même si je viens d’arriver dans le jacuzzi et que je ne voulais qu’observer, je commence à trouver le temps long de regarder les autres immobiles dans le jacuzzi. J’ai très envie de m’amuser. Comment aborder la fille, le couple, d’autant qu’ils parlent tchèque ou russe, moi pas. Je regarde toujours plus dans la direction de la fille, je lui souris. Je comprends vite que finalement, je n’ai pas besoin d’échanger de mots, elle me comprend et me retourne le sourire. Je laisse aller ma main sur sa jambe. Elle est très réceptive. Son mec, à côté d’elle, bande comme un taureau par la situation excitante. Je m’approche encore plus, je la caresse, en laissant trainer mon autre main vers son homme. Quand je l’embrasse, je sais que c’est gagné, qu’elle n’attendait que ça.

Mes doigts glissent vers sa chatte, elle ouvre les cuisses et gémit légèrement. Son mec commence à son tour à me caresser, pendant que Vincent s’approche également. Les mains de la fille se baladent vers lui. Nous nous touchons et nous embrassons tous, c’est un mélange de corps très sensuel. Je ne vois pas passer le temps. Je ferme les yeux. Je frissonne de la tête aux pieds. La fille me fait jouir avec ses doigts pendant qu’elle me suce les tétons et pendant que j’embrasse son homme. Celui-ci s’approche de moi avec sa queue en érection. En principe, nous devrions sortir de l’eau pour continuer de jouer, mais nous sommes tellement excités que nous passons à l’acte directement dans ce coin du jacuzzi. La fille se fait baiser par Vincent et moi par son copain. C’est excitant de voir Vincent s’occuper d’elle pendant que je me fais prendre à mon tour. Quel moment érotique.

Lorsque chacun en a eu pour son plaisir, nous nous embrassons, nous disons merci et au revoir en anglais, avant que nous ne sortions du bassin pour passer sous la douche. Nous faisons encore un petit tour dans l’établissement et au bar, avant de décider de quitter les lieux pour aller manger au restaurant. C’était un début de soirée très excitant et une superbe découverte. Même si je dois avouer que la conversation m’a un peu manqué. J’aime bien échanger, même si c’est juste quelques phrases ou une petite blague. Il faudra que je prenne des cours de tchèque 😉

Encore quelques photos inédites: