Pluralité masculine avec mon amie, Amantelilli

Je connais mon amie libertine Amantelilli et son mari Mr. Sirban depuis une dizaine d’années. Nous communiquons ensemble sur les réseaux sociaux, nous nous apprécions et nous nous croisons régulièrement au Cap d’Agde en été. Jusqu’à aujourd’hui nous n’avons jamais partagé de moments intimes ensemble. Incroyable. L’automne dernier nous avons décidé d’y remédier et le jour J est enfin arrivé. Nous allons vivre avec Amantelilli un gangbang commun. Une grande première. J’ai organisé le lieu de la rencontre (je crois que c’était le plus simple …), et Amantelilli s’est occupé du casting. Je lui fais entièrement confiance, car elle a les mêmes goûts que moi concernant les mecs: Beaux gosses, plutôt virils, dominants, pas timides. Que ça claque, quoi.

Le jour J, je suis comme à mes habitudes extrêmement nerveuse. Je passe la matinée à me préparer, un fait que même Vincent ne comprend pas après toutes ces années, mais les hommes n’ont aucune idée de tout ce qu’il faut faire pour être à la hauteur à l’heure de la rencontre. Amantelilli sait de quoi je parle, n’est-ce pas, hihihi. Et que vais-je choisir comme tenue ? Avant de me casser trop la tête je choisis deux cadeaux que j’aime beaucoup, reçus de la part d’internautes, un harnais qui fait soumise et un porte-jarretelle en vynil.

Après deux heures de route, nous découvrons la chambre de l’appart’hôtel que nous avons réservée. L’accueil est plutôt discret. Tant mieux. L’arrivée d’un groupe de mecs ne fera pas scandale. De tout de façon, Mr. Sirban, le mari d’Amantelilli, est un organisateur expérimenté qui a tout prévu en communiquant aux invités un minutage pour des arrivées décalées, afin que les mecs n’arrivent pas en troupeau.

En attendant Amantelilli et Mr. Sirban, nous profitons avec Vincent de l’escalier sympa dans l’appartement pour faire quelques photos. Nous nous arrêtons après quelques prises, car Vincent est souffrant. Il vient de se casser des côtes en se prenant un pied de table à la déchetterie, mais c’est une autre histoire.

Nos amis ne tardent pas à arriver. Je suis très heureuse de les revoir mais je suis surtout impatiente que nos invités arrivent également car ma nervosité est à son summum. Nous discutons de tout, de rien, mais surtout du gangbang à venir et enfin c’est le moment. Je découvre au fur et à mesure des arrivées le superbe casting d’Amantelilli. Finalement, sur les 11 invités, il n’y en a que 7 qui se déplacent, mais quelle belle brochette. Ils sont tous très sympas et souriants. Peut-être presque trop gentils ?

Les apparences sont trompeuses. Dès que nous montons dans la chambre à l’étage, je réalise qu’ils sont tous très très joueurs. Amantelilli et moi nous installons sur le lit. Nous sommes vite entourée par les hommes présents et chacune allons faire notre gangbang, l’une à côté de l’autre. Je suis à quatre pattes sur le lit et je commence à sucer les mecs qui sont autour de moi. Dès la première minute, ils sont déterminés et me prennent par la tête pour me forcer à des gorges profondes qui me font baver. Le premier mec se met derrière moi pour me prendre avec des coups forts dans la chatte. Pendant qu’il me baise, il m’offre des fessées violentes jusqu’à ce que ma peau brûle. Cela commence vraiment fort. À peine arrivée, j’ai la tête qui tourne avec ces sensations excitantes. Celui qui me baise, laisse sa place au prochain, qui lui également prend d’abord ma chatte. C’est dès la troisième queue que je vais encaisser fort dans le cul. Oh c’est trop bon. Les mecs me baisent bien fortement et intensivement, pendant qu’ils me claquent les fesses et me tirent les cheveux. J’adore.

Je n’ai pas vraiment le temps de voir ce qu’Amantelilli fait pendant que j’encaisse queue après queue. Dans un coin de l’oeil, je remarque qu’elle prend également très cher de son côté. Nous avons les deux toujours trois ou quatre hommes qui s’occupent bien de nous. C’est génial. En remarquant qu’elle comme moi adorons ce traitement dominant et violent, les mecs se sentent encouragés. J’aime les biffles et les gifles, et j’en réclame. J’adore quand on me traite de salope et de chienne, et quand on n’a pas peur de me secouer un peu, beaucoup. Amantelilli fait de même de son côté, et j’ai l’impression que cela provoque une superbe dynamique chez les mecs. Ils sont vraiment très joueurs et se motivent entre eux en s’encourageant. Ils sont tous aussi dans le partage, en offrant la place pour baiser quand un des collègues est prêt.

L’ambiance est formidable. Finalement, 7 coquins en grande forme, c’est le bon chiffre pour Amantelilli et moi. Il n’y a personne qui est mis de côté. Tout le monde profite et j’ai l’impression d’être occupée tout le temps. Je me fais baiser sans pause, pendant que je suce également sans pause. Ma salive coule, je suis défaite et couverte de liquide de toute sorte. Des mecs se révèlent comme de vrais machines de baise, avec une énergie qui décoiffe ou secoue. Quand un d’entre eux s’apprête à me doigter la chatte pour me faire couler, je n’en peux presque plus. C’est quelque chose qui me tue tout de suite. Mais ce n’est pas fini.

Je viens de constater qu’Amantelilli a déménagé au sol sur un matelas, que nos maris viennent de monter. Il parait que j’ai pris toute la place sur le lit. Oh, je ne l’ai même pas remarqué dans le feu de l’action. Désolé ma belle, mais je crois que tout va bien pour elle aussi, en tout cas selon les bruits que j’entends, elle subit le même traitement que moi. Elle ne peut donc qu’être aux anges 😉

Ma tenue disparait au cours du gangbang, puisque les fermetures se défont dans le défoulement. Je ne garde que les bas. J’adore cette intensité et j’encourage les mecs à me cracher dessus et à m’étrangler. Cela m’excite beaucoup. Quelque chose qui m’excite aussi est un participant irlandais qui me parle en anglais. C’est très sexy. Se faire traiter de « slut » en anglais est plus sexy que de se faire traiter de « Schlampe » en allemand 😉

Je jouis, j’explose, je perds les pédales. Quand Amantelilli signale d’avoir la chatte en feu pour se retirer gentiment, je continue encore un petit peu car j’aimerais beaucoup réaliser une double, mais c’est une position qui n’est pas si facile à réaliser. C’est assez sportif et à la fin du gangbang, je suis presque trop mouillée. Les queues glissent et ont de la peine à rester bien dans mon cul. Ce n’est pas grave. Je me fais encore bien prendre par une queue après l’autre. Tout le monde commence à fatiguer après ce long moment très intense. Pour la finale je demande une douche de sperme sur mon visage et ma bouche, que je reçois des trois derniers participants qui ont encore du jus à m’offrir.

Je finis dégoûlinante, défaite, k.o., mais super heureuse. C’était vraiment un moment magique et intense comme je les adore.

La rencontre se termine autour d’un apéro avec tous les participants, avant que nous allions boire un verre et manger quelque chose juste avec Amantelilli et Mr. Sirban. Ils nous font découvrir la superbe ville du sud-est de la France où nous sommes, que l’on reviendra visiter cet été. Mr. Sirban rigole quand je commande un Virgin Moijto à l’apéro. « C’est quoi ça ? », me demande-t-il ? Puis je perds toute son estime en commandant dans une crêperie, qui fait une superbe cuisine « fait maison », une … salade. Je crains d’avoir héritée définitivement le titre de sa part de « Miss salade », mais je peux lui assurer que la salade était excellente.

Merci à tous les participants du gangbang pour ce superbe moment, et merci à Amantelilli et Mr. Sirban pour leur amitié et leur gentillesse. Je me réjouis de lire le compte-rendu d’Amantelilli sur son magnifique blog.

9 thoughts on “Pluralité masculine avec mon amie, Amantelilli

  1. Je crois qu’on peut dire que c’était un grand moment et un gangbang réussi. Je pense qu’avec ADELINE, même un homme moyen peu devenir « un très bon coup ». Tout est dans la motivation et dans la partenaire. Bravo Adeline pour ce grand moment.

  2. Im delight you enjoyed being called a dirty little cum slut in my Irish accent as much as I enjoyed calling you a filthy cock crazy slut.
    Wonderful afternoon spend in good company with two amazing gangbang living sluts

    • Je suis ravi que vous ayez aimé être appelé une sale petite salope de sperme dans mon accent irlandais autant que j’ai aimé vous appeler une sale salope folle.
      Après-midi merveilleux, passez en bonne compagnie avec deux incroyables salopes qui aiment le gangbang

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.