Gangbang: Limousine et l’autre factory

Ce matin je me réveille de très bonne heure et je tourne toute la matinée au rond. Ma nervosité prend une nouvelle fois le dessus. Je me dis souvent qu’avec toutes mes expériences, je devrais apprendre à être plus calme, mais il n’y a rien à faire, je n’arrive pas à gérer mes nerfs. C’est enfin l’heure. Je descends de ma chambre pour attendre sur le trottoir devant l’hôtel le chauffeur de Z. (www.gangbangshards.com). Il a l’amabilité de venir me chercher pour le gangbang qu’il m’a organisé aujourd’hui. Le chauffeur a du retard. C’est un vrai supplice pour moi. Je fais les aller-retours sur le trottoir, puis je dis à Vincent que je dois retourner à l’hôtel pour faire pipi. Aux toilettes je remarque que je ne dois pas faire pipi du tout. C’est juste la nervosité qui me joue un tour. Je ressors de l’hôtel, et là … une longue, très longue limousine toute blanche se trouve devant l’entrée de l’hôtel. Qu’est-ce que c’est ça ? C’est mon chauffeur ? Et oui, ce dernier vient dans ma direction pour me faire la bise et m’inviter à entrer dans la voiture. Alors que je réalise à peine ce qu’il m’arrive, que je me retrouve dans cette énorme voiture, je découvre la deuxième surprise qui se trouve à l’intérieur: Deux beaux gosses. Je rigole intérieurement. Z. est vraiment un cachottier et un organisateur hors-pair.

Je me mets à l’aise. Je fais la bise aux deux complices de Z., qui me font vite comprendre qu’ils ne sont pas venus que pour me tenir la main lors du trajet. Dès que la limousine démarre, nous commençons à nous embrasser et nous nous retrouvons vite nus dans la limousine en plein milieu de Paris. Je découvre les belles queues et je commence à déguster la première pendant que je me fais lécher la chatte. Ma nervosité initiale est vite oubliée.

Je me détends et je me laisse aller. Je me tourne pour me mettre à quatre pattes pour sucer la queue devant moi pendant que le mec qui m’a léché commence à me baiser. Une pensée me traverse l’esprit. Je souffre d’habitue d’un horrible mal du voyage mais je décide d’oublier ce fait et de me concentrer sur le plaisir. Etonnement ça fonctionne pas mal. L’habitacle de la limousine est serré pour une rencontre sexuelle à trois, mais nous arrivons à nous amuser comme il le faut sur la banquette. Les deux mecs me prennent en double, je suce et je me fais baiser la chatte et le cul à tour de rôle. C’est très excitant de voir les rues parisiennes, les voitures, les bâtiments et les passants à travers les vitres. C’est presque même flippant, mais je me calme. Les vitres ne laissent rien apercevoir depuis l’extérieur. La température monte, il fait chaud et humide. Nous nous arrêtons essoufflés et réchauffés pour boire une petite coupe de champagne. Quel voyage de luxe. C’est seulement à ce moment-là que je commence à ressentir mon mal des transports. Mon ventre et ma tête commencent à tourner. Du coup, j’abandonne ma coupe de champagne après la première gorgée. Le chauffeur ouvre la séparation entre lui et nous pour nous prévenir que l’on arrive bientôt et qu’il faut nous rhabiller. Cela tombe à pic, car je ne pourrais plus coquiner pendant que le véhicule est en route, mais quelle entrée en matière.

Cela fait du bien de sortir de la voiture et de respirer un bol d’air frais avant de rentrer dans une cour. Je traverse l’entrée de la fameuse « factory » de Z comme dans un rêve en aillant encore la tête qui tourne. Le gangbang qui va suivre n’a pas lieu dans la factory, mais dans « l’autre factory », un superbe studio photo qui se trouve au premier étage. Un lieu magique que je ne connaissais pas encore. Pendant la montée des escaliers et en arrivant au studio, je suis à côté de la plaque car je ne me suis pas encore remise de mon mal de voyage. Je découvre les hommes qui m’attendent pour la partie gangbang. Je suis surprise du nombre, une bonne dizaine au moins. Wow, ça promet. Je suis désolée pour les mecs que je n’arrive pas belle et fraîche comme j’ai quitté ma chambre d’hôtel, mais de tout de façon je ne vais réfléchir longtemps sur mon état et les mecs sont là pour autre chose …

Z. me demande si je veux boire quelque chose ? Non. Comme d’habitude je n’ai rien envie de boire mais peut-être que j’aurais dû accepter pour me remettre du voyage mouvementé. Trop tard car je me retrouve encerclée par les mecs. Je n’ai même pas le temps de changer mes bottes contre les escarpins qui se trouvent dans mon sac. Il n’y a déjà que des queues autour de moi et pendant que je les suce une après l’autre, quelqu’un me doigte mon cul et ma chatte. J’ai toujours la tête qui tourne. Mes bottes lourdes ne sont vraiment pas pratiques. Je les enlève donc rapidement. On me guide vers le grand lit qui se trouve au centre du studio spacieux et très clair.

Je commence enfin à me sentir un peu mieux et dès que je suis à quatre pattes, une queue dans la bouche et une dans la chatte je suis dans mon élément. J’adore me retrouver là avec toutes ces queues autour de moi. Comme je suce une queue après l’autre, je n’arrive pas à voir tout le monde. J’essaie, mais la plupart du temps je ne vois que la personne que je suce. J’aime aussi fermer les yeux pendant l’acte et je sens surtout les corps, les mains, les queues …

Les mecs me baisent à tour de rôle, un après l’autre, la chatte mais surtout le cul. Oh là là, qu’est-ce que c’est bon. Quelqu’un commence à me doigter le cul. Je lui dis vouloir avoir d’abord des queues, parce qu’avec tout ce monde j’ai peur de me faire casser le cul trop tôt avec un fist.

La tournante continue. Un des mecs se met sous moi, je m’assieds sur lui, et avec le second mec qui vient par derrière, je prends mon pied pendant une première double classique. En même temps je suce la queue qui se trouve devant moi. C’est extrêmement excitant de se faire remplir par tous les côtés et d’avoir trois queues en même temps en moi.

Je me fais baiser sur le dos, à quatre pattes, et encore en double classique et anal. Les premiers mecs me jouissent sur la langue. Est-ce que je n’ai pas vu passer le temps ou ils sont pressés ? Mais ils ne jouissent pas pour partir, car la plupart reste pour continuer à s’amuser.

Ils me retournent dans tous les sens en profitant de mes orifices. Quand à nouveau une main s’apprête à me fister, je suis maintenant prête et j’ai très envie de sentir sa main en moi. Il entre facilement. C’est bon de sentir mon cul s’ouvrir et se faire dilater. Quand il bouge la main trop vite, je l’arrête. J’aime bien les mouvements plutôt lents pendant le fist. Ah oui, là c’est excellent. Je lui dis de rester dans mon cul, pendant que je me tourne de ma position sur le dos dans une position à quatre pattes. Le mec continue à me fister pendant qu’une autre main me doigte la chatte. C’est explosif. Je jouis intensivement. Le spectacle excite apparemment les mecs qui regardent, car il y en a plusieurs qui me jouissent dans cette position sur le visage. J’ai tout le côté gauche de mon visage qui est plein de sperme. Un autre me jouit sur le cul bien ouvert. Je sens le jus chaud couler à côté de mon trou.

Les participants partent l’un après l’autre, car leur pause de midi touche à sa fin, mais ceux qui restent, continuent à me baiser encore et encore le cul, la chatte et la bouche. Finalement tout le monde vide ses couilles sur ma langue. Je suis vidée, crevée, mais super heureuse. C’est seulement maintenant que je découvre vraiment le studio photo et les participants. Enfin … ceux qui sont encore là, car pendant les ébats je n’ai pas vu grand chose.

Après une bonne douche et des gouttes pour les yeux pour rincer et sauver mon œil qui a à nouveau attrapé du sperme, je discute encore autour d’un verre avec le restant des participants, ainsi que l’assistant de Z et le photographe du studio photo, qui sont tous très très sympas. Merci à tous les participants qui sont déjà partis et à qui je ne pouvais pas le dire personnellement: J’ai passé un superbe moment entre vos mains.

Avant de rentrer à l’hôtel, je me fais plaisir culinairement car j’ai faim. Dans un restaurant de la rue Montorgueil, près des halles, je me commande un double hamburger fait maison, avec des frites et un monstre dessert. Miam, ça fait du bien. Le ventre plein et la tête encore dans les étoiles je m’écroule ce soir tôt au lit …

Samedi 2ème partie – Pluralité hard

Après un après-midi très intense passé dans la cave de Maître Patrick Le Sage pour la session photo de la couverture de mon livre ainsi que pour la session de domination « dilatation anale » (voir le blog précédent), je prends une douche et je m’écroule sur le divan. C’était magnifique et intense. Le Maître attend ce soir une autre soumise ainsi que plusieurs hommes pour une séance de « domination » suivi d’une partie « pluralité masculine ». Il m’invite à rester pour la deuxième partie. Les mecs arrivent après la fille l’un après l’autre et nous discutons ensemble pendant que l’autre femme se trouve loin de notre vue entre les mains du Maître. De temps en temps ses cris de jouissance interrompent la discussion. C’est marrant de se trouver une fois de l’autre côté. Normalement c’est moi qui me trouve dans la cave et qui devine les invités masculins qui arrivent à la fin de la séance « domination » pour la deuxième partie de la soirée. Là je suis tranquillement entrain de papoter avec les mecs en attendant mon tour.

Tout à coup le Maître remonte et me demande de descendre pour m’occuper de la soumise. Mais qu’est-ce que je vais en faire ? « Ne vous en faites pas, ce n’est que pour quelques minutes, les messieurs suivront », me rassure-t-il. En descendant d’un étage je découvre une très belle brune, grande et svelte. Elle est très vite réceptive à mes caresses et j’ai énormément de plaisir à la faire frissonner avec ma langue et mes mains. Elle a les yeux bandés et je sais que ça doit être très fort pour elle de me sentir sans me voir. Après l’avoir caresser et lécher, je lui demande de me lécher à son tour. Mmmh, c’est bon, c’est doux, c’est intense. Après avoir pris mon pied sous ses coups de langue, j’ai vraiment envie de queues et je suis contente quand enfin les mecs nous rejoignent.

Chacune de notre côté, nous commençons à nous occuper des hommes autour de nous, six beaux mâles, tous bien membrés et tous en grande forme. Très vite, l’ambiance devient chaude, voir hard. Les gorges profondes s’enchaînent, pendant que je me fais baiser par derrière. Je bave, je coule, je n’ai plus le temps de voir ce que fait ma copine du soir. J’entends juste ses gémissements tout près de moi, pendant que je me fais baiser, un peu la chatte, mais surtout le cul, encore et encore.

Un des mecs m’introduit des doigts dans mon cul pendant que je suce une belle queue devant moi. Il veut vraiment déjà me fister ? me traverse l’esprit, mais avant que je finisse d’y penser, la main se trouve entièrement en moi. Il me baise en même temps ma chatte avec sa belle queue. De me sentir remplie ainsi est super excitant. Je continue à sucer pendant que la main bouge en moi, et là j’entends les mecs parler. « C’est du jamais vu, il se branle avec la main dans le cul, wow, vous avez vu ça ? » Je ne vois rien du tout, mais il parait que le mec arrive à se branler la queue à travers mon cul. J’attends impatiemment la vidéo pour voir cela, parce que je ne peux pas m’imaginer comment c’est possible. Je sens juste que c’est bon de me faire baiser ainsi et je décolle grave.

La main sort de mon cul et je me fais directement prendre en double anale. Oh là là, j’adore. « J’aurais envie de lui pisser dessus », propose un des invités. Il me prend par les cheveux et me tire ainsi à quatre pattes dans la salle de bain. J’adore me faire traiter de la sorte et perdre le contrôle de la situation. Quand on me démonte et me dirige avec une énergie pareille, je me laisse complètement aller pour me retrouver corps et âme dans le jeu. Un premier mec me pisse sur la tête, les cheveux et dans la bouche. J’avale une grande gorgée. Le Maître assiste à la scène et me demande de frotter ma tête sur le sol dans l’urine. « Vous n’êtes qu’une serpillière », me lance-t-il. Á cet instant même je ne veux être que ça. Ma tête arrête de penser. Là, le Maître himself s’apprête à m’uriner dessus. Je me tourne sur le dos et me laisse asperger, j’ouvre la bouche et j’avale tout ce que je peux avaler. Dès qu’il a fini, j’aspire la dernière goutte, et là le troisième mec présent me donne son sperme sur la langue. Je colle de la tête aux pieds.

J’ai droit à une douche au Karcher. Un des mecs me gicle comme si on nettoierait un jouet. C’est marrant et va très bien dans l’ambiance. Une fois à nouveau propre, je rejoins les autres, qui sont toujours en train de s’amuser. L’orgie continue, les doubles se suivent, je me fais baiser encore et encore. Á un moment donné, je me retrouve le cul sur le lit avec un pied qui me plaque la tête sur le sol, pendant que je me fais sodomiser. Ce soir les mecs sont vraiment déchainés et savent ce qu’ils veulent. Je n’ai plus perdu le contrôle comme ça depuis longtemps. Je suis aux anges. La finale avec une douche de sperme sur la langue n’est que le point sur le i.

Je suis complètement ko et surtout j’ai le cul en flamme. Je sens que j’ai encaissé bien fort pendant de longues heures aujourd’hui. Merci à tous pour cette soirée de folie.

Samedi 1ère partie – Photos et jeux de domination

J’ai rendez-vous samedi après-midi pour réaliser la photo qui servira de couverture de mon livre. Mon éditeur souhaite une photo bien spécifique, dont je ne peux pas encore dévoiler le contenu. Mon ami Patrick Le Sage m’aide une fois de plus dans la réalisation du projet de mon livre en mettant les lieux et son savoir-faire à disposition. Le shooting photo sera réalisé par le photographe Ressan, qui est très connu dans la scène libertine pour ses magnifiques livres de photos érotiques. J’ai vraiment la chance et l’honneur d’avoir Monsieur Patrick Le Sage comme ami et je le remercie infiniment pour son soutien dans ce projet très important pour moi.

Pour la photo parfaite, j’ai envie d’un maquillage parfait. J’ai donc pris rendez-vous chez le maquilleur que je connais de mes récents tournages à Paris. Entre parenthèses, c’est pour me rendre chez lui que j’ai appris à me promener en ville sans le moindre maquillage. Longtemps, je n’aurais jamais eu ce courage, ni de publier des photos de moi complètement au naturel. C’est une belle expérience et je la conseille vivement à mes lectrices. Je crois qu’on a juste pas l’habitude de se voir ainsi, à force de se maquiller tous les jours.

Méconnaissable avec mon maquillage presque exagéré, j’arrive à la fameuse cave dans Paris de Patrick Le Sage, où aura lieu le shooting. Je fais la connaissance du photographe Ressan, qui est un homme surprenant, humble, extrêmement sympathique et très cultivé. Une belle découverte. Le courant passe vite et il m’explique son idée: Patrick Le Sage s’occupera de moi en tant que Maître afin de me procurer des sensations fortes, pendant que lui captera l’expression sur mon visage pour réaliser la photo souhaitée par l’éditeur. Je suis un peu surprise, car je m’attendais à des photos posées mais l’idée me plait énormément. Je suis très vite dans le jeu, et c’est assez surprenant de me laisser aller entre les mains du Maître, pendant que le photographe illumine la scène et tourne autour de nous pour photographier. Parfois les sensations sont tellement fortes que je l’oublie complètement. À la fin de la séance, Ressan me dit qu’on aura certainement LA photo. Je suis très curieuse et je me réjouis de découvrir le résultat, mais je devrai patienter encore un peu.

La session photo terminée, Ressan nous quitte. Patrick Le Sage propose de continuer la session de domination. Est-ce que je suis partante ? Et comment. Le Maître me bande les yeux, afin de me plonger dans ce noir qui me fait tout oublier autour de moi et qui renforce chaque sensation. Il me guide vers un banc, m’y attache dans une position à quatre pattes. Juste le fait de sentir les cordes et ses mains me fait frissonner. De l’entendre s’agiter à côté de moi est toujours si excitant. Qu’est-ce qu’il va prendre comme objet de plaisir ou de torture ? Qu’est-ce qu’il va me faire ? Je le saurai très vite. Ses mains qui me caressent mes fesses et qui me procurent encore des frissons ne sont que le prélude d’une longue session de dilatation anale. Il poursuit le jeu qu’il a commencé pour la session photo. En m’introduisant des godes de toutes tailles. Il commence par un objet de taille moyenne, suivi par de toujours plus gros. Il y en a que je ne peux pas deviner, mais j’adore les boules de pétanque que je reconnais de la session photo. Ce détournement de boules est nouveau pour moi mais tellement excitant. Le métal frais me dilate un maximum, et quand il joue pendant la dilatation en plus avec le vibromasseur très puissant sur mon clito, je quitte le sol. J’explose de plaisir.

Le Maître m’introduit ensuite un autre objet également très grand. Je n’arrive pas à deviner ce que c’est. Il me détache et me demande de me lever. J’ai peur de perdre l’objet qui est enfoncé dans mon cul, mais il me dit juste de bien serrer les fesses. Je sens agiter ses mains, qui me posent ensuite un objet lourd dans ma main. Il reprend le poids pour le laisser pendre à une ficelle au bout du plug qui se trouve dans mon cul. « Oh mon dieu, ça ne va jamais tenir », me traverse l’esprit. Le poids doit faire au moins un kilo. « Serrez les fesses, Madame, et marchez », m’ordonne le Maître. Il m’enlève le bandeau afin que je puisse voir où je mets les pieds. J’ai peur de perdre l’objet dans mon cul, mais je serre comme je peux, et finalement il ne bouge pas. C’est très excitant de marcher en sentant ce gros truc dans mon cul. Quand le Maître m’ordonne d’écarter les jambes pour me procurer du plaisir avec le vibromasseur, je n’arrive plus à me contrôler. Je jouis et je lâche mes fesses. Du coup, je sens le gode tomber de mon cul, et là je découvre qu’il s’agissait d’une quille. Franchement, il fallait y penser. J’aurai eu droit à pleins de jeux de boules cet après-midi …

Je suis satisfaite, crevée et très heureuse. Mais ce n’était que le début de cette journée de folie. Bientôt tu sauras tout de la deuxième partie …

Histoires de rencontres sans paillettes

Vendredi matin je me réveille tôt le matin, car j’ai un rendez-vous coquin à midi. Le temps de prendre ma douche, douche anale incluse, de laver et sécher mes cheveux, de raser mes jambes (je dois me raser car je ne supporte pas l’épilation, j’en fait des boutons horribles), me maquiller, choisir une tenue. Et badoum, à la minute où je suis prête de la tête aux pieds, Vincent me dit qu’il n’y aura pas de rendez-vous à midi.

Au moins je serai prête et belle pour aller visiter Paris. En même temps, le fait de ne pas avoir de rendez-vous à l’hôtel m’arrange presque, car c’est toujours délicat de recevoir dans un hôtel. En tout cas pour moi et Vincent, car nous aimons la discrétion et passer inaperçu. Ce n’est pas évident d’aller chercher un homme à l’entrée, directement devant la réception qui est toujours occupée, sans éveiller les soupçons.

Ces derniers temps, nous trouvons rarement quelqu’un qui puisse recevoir chez lui ou qui organise le lieu pour la rencontre ou nous recevons des invitations trop loin du lieu, où nous nous trouvons. Aujourd’hui il est devenu presque normal que nous devions recevoir et c’est très (très, très) rare que quelqu’un pense à amener quelque chose, une bouteille pour l’apéro par exemple. Est-ce que ça ne se fait plus ? Est-ce que la politesse s’est perdue avec les années ? Peut-être que nous sommes devenus trop exigeants ? Est-ce que d’autres couples libertins connaissent le même problème ?

Je suis une princesse et je veux aussi des paillettes …

Maintenant que je suis à Paris je reçois des dizaines de demandes de rendez-vous par jour mais sans aucune poésie, sans aucun charme, juste le « tu es à Paris, je t’aime bien, tu aimes le sexe, tu peux recevoir, donc je veux coucher avec toi ». Il me semble qu’il y a quelques années, je recevais pas mal de propositions pour des lieux et/ou des scénarios originaux, par des hommes seuls ou – encore mieux – par des groupes d’amis. Je suis toujours preneuse pour vos idées, vos lieux, vos scénarios inédites. N’hésitez pas à m’écrire à contact@adelinelafouine.com. MAIS N’OUBLIEZ PAS QUE JE SUIS TOUJOURS ACCOMPAGNÉE PAR VINCENT (je ne fais JAMAIS de rencontres seule) ET QUE LA RENCONTRE EST TOUJOURS FILMÉE (sans le visage du mec ou de la fille).

C’est clair que je ne pourrai peut-être pas réaliser la rencontre dès demain, mais pourquoi pas après demain … En ce moment je suis dans une phase où je privilégie certains projets personnels qui me prennent beaucoup de temps et dont j’ai été privée pendant 5 ans, mais je retiens toujours une proposition intéressante, en oubliant vite les autres sans poésie.

Du coup après mon rendez-vous manqué, j’ai fait un programme de jour de pluie. L’exposition de Bansky et le film « Joker » au cinéma. Les deux sont fantastiques et impressionnants. Puisque j’aurai samedi une longue journée très coquine, j’avais plutôt envie de me faire plaisir culturellement au lieu de cul-turellement.

Voilà quelques photos prises ce matin, avant que je me rhabille pour aller à l’exposition de Bansky 😉

Paris

Décidément, je n’ai pas le temps de m’ennuyer depuis que j’ai quitté la Suisse le 1er juin dernier. Après un mois de juin où j’ai rénové entièrement mon logement au Cap, puis 2 mois d’été de folies au Cap d’Agde, depuis septembre je multiplie les voyages à Paris, à Prague ou ailleurs. Je viens à peine de rentrer de 4 jours en Suisse, et après un court passage au Cap avec juste le temps de laver, ranger et refaire une valise, que je me retrouve dès aujourd’hui à nouveau à Paris.

Samedi j’ai un shooting photo professionnel pour la couverture de mon livre. Il se fera à la cave de Maître Patrick Le Sage. Celui-ci m’a ensuite invité à rester après le shooting pour une soirée domination ou pluralité. Une invitation que je n’ai pas pu décliner bien évidemment. La semaine prochaine j’ai un tournage pour Jacquie et Michel TV, pour lequel je me réjouis particulièrement. J’ai toujours aimé le petit grain de folie des scènes, et surtout J&M est et restera toujours dans mon cœur, car J&M représente pour moi mes débuts dans le porno amateur. Ensuite l’highlight de mon séjour sera le méga gangbang avec Frenchbukkake le 24 novembre. Il y aura pas moins de 100 mecs rien que pour moi !! Cela risque d’être extrêmement chaud.

À part ça, j’ai prévu des rendez-vous coquins filmés pour mon site et peut-être que mon programme changera encore car j’ai du temps libre pour d’autres tournages mais je me réjouis aussi d’avoir le temps de profiter des restaurants, des théâtres et des musées parisiens. Le côté culinaire et culturel a clairement été négligé lors de mes derniers séjours.

C’est amusant car j’ai pris ce matin un billet aller pour Paris, mais pas de billet de retour car honnêtement je ne sais pas encore quand je retournerai au Cap. J’ai des propositions de tournages en Belgique et en Allemagne, même énormément en Allemagne. Je vais donc peut-être continuer mes aventures aussi dans ces pays.

C’est assez compliqué en ce moment de ne pas pouvoir discuter de ma vie avec ma famille. On me pose régulièrement la question de ce que je fais de mes journées, si je ne m’ennuie pas, si mon ancien job ne me manque pas, et surtout la question « tu fais quoi aujourd’hui » ou « tu as fais quoi cette semaine » ? Comme je ne peux rien dire, mes proches ont l’impression que je suis continuellement en vacances. La sortie de mon livre fera en sorte que tout le monde sera au courant de la partie cachée de ma vie. Il y aura certainement de mauvaises réactions, mais je me réjouirai de ne plus devoir me cacher et de jouer la comédie vis-à-vis de mes proches. Le plus important c’est que je suis plus épanouie que jamais depuis le mois de juin dernier, et ça tout le monde le remarque …

Voilà une première série des photos que j’ai faites jeudi dernier en Ardèche. Pour une fois toute sage et toute habillée 😉

Golden Shower

Après le début de soir très agité et le succulent repas du soir à l’hôtel, nous retournons dans notre chambre. Vincent me demande si j’ai envie de profiter encore de l’eau chaude du jacuzzi ? Bien sûr que j’en ai envie.

Nous continuons donc de nous amuser comme s’il n’y avait pas eu de pause pour le repas du soir. Au début de soirée, j’ai suggéré à Vincent que la belle douche de la chambre de l’hôtel serait idéale pour une « golden shower ». C’est une pratique qu’il ne m’a plus faite depuis longtemps. Il a bien retenu ma remarque et me dit tout à coup que la réalisation de mon idée est maintenant ou jamais.

Nous quittons donc le jacuzzi pour nous rendre sous la douche, où il m’offre son jus doré. Il me baise ensuite encore longuement et intensivement sous la douche et fini par me jouir sur le visage. Quelle soirée excitante. Je finis crevée et satisfaite comme après une rencontre hard avec plusieurs mecs. J’ai quand même épousé un sacré numéro et c’est génial de pouvoir s’amuser de cette manière après 22 et demi de vie commune …

Jacuzzi

Me voilà de retour après un séjour très stressant en Suisse. En quatre jours j’ai vu tout le monde, les amis proches, ma famille et celle de Vincent. Nous avons fêté les 50 ans de Vincent puis l’anniversaire de ma mère, en passant les nuits chez nos proches. Je n’avais donc malheureusement pas une minute pour m’occuper de mon blog. J’ai du rattrapage à faire car au début de notre long week-end, j’ai passé la première nuit en amoureux dans l’Ardèche et j’ai bien profité de Vincent.

Le séjour en Ardèche a commencé jeudi soir avec des photos dans la baignoire et un fist anal. Et quel fist anal ! J’ai adoré. Cela a tellement excité Vincent qu’il me demande de sortir de la baignoire pour me baiser le cul qui est déjà bien dilaté par sa main. Et si on continuait nos jeux dans le jacuzzi extérieur ? Il faudrait aussi en profiter …

Nous nous rendons donc sur la terrasse, où se trouve le jacuzzi. Il n’y a aucun vis-à-vis et en cette saison personne dans les chambres voisines. Si ce n’est pas une invitation aux pêchés. J’ai prévu une bouteille de champagne pour fêter l’anniversaire de Vincent. Nous nous calmons d’abord avec une coupe de champagne en profitant des bulles du jacuzzi, mais nous ne restons pas longtemps sages.

À part la bouteille de champagne, j’ai également sorti un gode. Quand je commence à me caresser, je remplace vite mes doigts par le gode. Vincent se rapproche et nous nous faisons plaisir à tour de rôle. Je le caresse, je le suce, il me baise uniquement le cul. C’est tellement bon que nous oublions le temps. Après de nombreux orgasmes, nous avons la peau toute fripée et devons nous dépêcher afin de ne pas être trop tard au restaurant de l’hôtel pour le repas gastronomique du soir.