Tournage Bukkake

C’est le grand jour pour un tournage spécial. Z., organisateur de gangbang, bukkake, public-disgrâce et soirées libertines entre adultes consentants à Paris, m’a contacté pour la réalisation de son idée d’un film porno de bukkake, selon un nouveau concept. Je suis tout de suite partante, même si je préfèrerais qu’il y ait également une partie gangbang (ce que j’aurai le lendemain – voir mon blog -). Z. reste clair. Il souhaite filmer un bukkake pur, sans gangbang, sans pénétrations. Je dois juste m’occuper des queues avec mes mains et ma bouche, avant de me faire arroser de sperme.

J’ai rendez-vous avec le réalisateur/cadreur dans ma chambre d’hôtel pour faire quelques prises pour l’introduction du film. Le cadre boutique-hôtel de l’hôtel permet de superbes images dans la chambre, ainsi que dans les couloirs.

Je suis plutôt calme par rapport à mes habitudes, certainement parce qu’il n’y a pas de partie gangbang. Par précaution, je me suis quand même préparée de la tête aux pieds, on ne sait jamais.

Arrivés à la Factory, le cadreur prépare les lumières au sous-sol pour un interview. Je me change puis m’installe sur le divan sur lequel aura lieu l’interview et le bukkake. Pendant le réglage des lumières, les participants pour le tournage arrivent à l’étage en dessus. Z. vient me chercher pour leur dire bonjour. Ils ne sont pas au courant de l’identité de l’actrice. Oh là là, quel casting. Ils sont très nombreux et tous très beaux. Une pensée me traverse l’esprit. S’ils n’étaient pas au courant qu’il s’agissait de moi comme actrice pour le bukkake, ils sont peut-être déçus ? Ils s’attendaient peut-être à quelqu’un d’autre, plus connue, plus célèbre, plus belle ? Ah mes doutes, comme avant chaque tournage, chaque rencontre …

Je n’ai pas le temps d’y réfléchir très longtemps. Il faut rejoindre le cadreur pour l’interview. Il tient à faire – comme déjà pour l’introduction – à une version allemande. Hihihi, il parait qu’il adore la langue et que c’est juste pour son petit plaisir à lui 😉

Les hommes qui participeront au bukkake descendent et assistent à la fin de l’interview, puis le cadreur explique son idée qu’un des mecs vient me rejoindre au cours de l’interview pour me prendre la tête, se faire sucer et me jouir dans la bouche. Une introduction qui marquera le départ du bukkake. Un beau black se propose volontaire pour ce rôle. C’est très excitant. Il me force à des gorges profondes, me fait baver, avant de jouir sur mon visage. J’en ai déjà partout sur le visage car il avait une sacrée portion de sperme.

C’est le déclenchement d’une session de pipes à la chaine. Les mecs m’entourent et je ne vois que des queues. Je suis sur les genoux et je branle pendant que je suce. Les premières giclées ne se laissent pas attendre. Les mecs sont nombreux, vraiment très nombreux. Je n’arrête pas de sucer, de lécher, de branler, de prendre tout le sperme qui arrivent en grande quantité. Je n’ai aucune idée de combien de temps je suis déjà en train de m’occuper de tout le monde. La plupart des hommes viennent deux fois. À chaque fois que j’arrive à jeter un coup d’œil autour de moi, le cercle de corps autour de moi ne diminue pas. Je coule. J’ai du sperme partout. Les jambes commencent à me faire souffrir par la position pliée. J’avale des litres de sperme, mais j’en ai aussi dans les cheveux, sur les seins, le ventre, les cuisses. Le liquide coule de mon visage sur le bas du corps. J’en ai aussi dans les yeux, qui brûlent de plus en plus.

Enfin les hommes commencent à se disperser gentiment. Je sens que la fin du bukkake arrive. Je suis fatiguée et presque heureuse quand les deux dernières mecs s’apprêtent à me jouir dessus et me remplir la bouche. Malgré la fatigue, c’était génial comme expérience.

Merci aux participants d’avoir joué le jeu, merci à Z. pour m’avoir fait confiance. J’espère que la vidéo sera à la hauteur de tes attentes.

Vous découvrirez la vidéo de cet après-midi bien arrosé prochainement. Je vous communiquerai où la trouver. En attendant Z. m’a permis de publier quelques images de ces moments.

Tournage Puzzyfun, jour 2

Je me réveille avec des étoiles dans la tête de la soirée de tournages de la veille. Je ne suis pas stressée ce matin. Je n’ai rendez-vous qu’à midi pour la deuxième journée de tournages. J’essaie de trouver une boulangerie ouverte, mais en vain. Tout est fermé le dimanche matin en Allemagne. Pour me consoler du croissant et café loupé, je fais un deuxième tour à la piscine. C’est chouette, il n’y a personne. Vincent et moi sommes tous seuls à faire quelques longueurs, mais je ne peux pas m’éterniser et profiter des chaises longues, car midi approche et j’ai de nouveau rendez-vous dans ce fameux appartement de tournage de Puzzyfun. Dans mon sac, j’ai une surprise. J’ai décidé d’inaugurer le cadeau de Sven, le producteur, les magnifiques chaussures rouges.

Le plan du jour est de faire plusieurs prises courtes. Des « clips », comme disent les allemands. Pendant que nous sommes entrain de papoter et de boire un verre (d’eau), deux magnifiques femmes ainsi qu’un mec font leur entrée en scène. Je suis un peu perturbée. Sven ne m’a rien dit concernant d’autres filles. Le mystère est vite expliqué. Il s’agit d’amis de Puzzyfun, deux actrices et le compagnon d’une d’elle. Le mec participera aux scènes du jour. Les filles ont eu une grosse journée de tournage la veille et nous ne feront juste qu’une petite scène ensemble.

C’est parti pour une première scène de « mini-gangbang », pendant laquelle je prends vachement mon pied avec les quatre participants. C’est une mini suite du gangbang de la veille. Un des participants se montre très sportif et me baise dans une position que l’on ne m’a encore jamais faite jusqu’à aujourd’hui. Je me fais carrément retourner. C’est impressionnant et jouissif. Merci Jojo !

J’avais déjà remarqué la veille le plug XXXXL que Puzzyfun héberge dans sa cuisine, et en rigolant j’ai dit que j’aimerais bien l’essayer. Après la première partie gangbang, je me prépare pour l’essayer et je remarque tout de suite qu’il est grand, très grand. Un mec qui m’assiste serait le bienvenu. Il ne tarde pas à venir m’aider pour l’introduction. Je n’arrive que presque. Presque, car que je ne me suis peut-être pas assez préparée en me dilatant avant avec des jouets plus petits. En tout cas, c’est en défi à refaire et une raison de revenir au nord-ouest de l’Allemagne 😉

Mon « assistant », déguisé avec une barbe, des lunettes et un chapeau afin de passer incognito, car dans la vraie vie il a une situation professionnelle à protéger, est excité par l’essai du gode énorme. Il propose gentiment de le remplacer par sa queue. C’est une excellente idée. Il me baise alors bien fortement et intensivement et me fait jouir en caressant mon clito pendant qu’il me baise le cul.

Nous rigolons, car même penchée sur mes hauts talons, je dépasse d’une tête mon partenaire. En plus il plie exprès encore ses genoux pour les photos. Avec sa barbe pour le déguisement, il ressemble vraiment à un des nains de blanche-neige 😉

Nous faisons une pause pour discuter, rigoler et boire … mais que de l’eau et du coca. Qui aurait cru que les allemands sont tous à la bière ?

Les filles proposent ensuite un scénario vraiment marrant: Un blowjob à trois sur notre « nain à barbe ». C’est chouette. Ensemble, nous le suçons, nous le léchons et le caressons et il finit par jouir dans nos bouches. C’est un plaisir de partager ce plaisir de pipe et de sperme entre copines.

Nouvelle scène, nouveau clip. Et si on faisait une petite scène de pissing? Des adeptes de la douche dorée n’ont pas arrêté de boire depuis mon arrivée et il parait que ça devient urgent. Je dois vite me mettre dans la petite piscine gonflable. Quatre des hommes m’aspergent avec leurs jus et quelle quantité. J’en bois énormément. Il doit s’agir carrément de litres …

Une douche s’impose forcément car j’ai été aspergée de la tête aux pieds. J’adore. Comme les douches de spermes, j’aime aussi les douches dorées. Cela fait un peu salope, un peu chienne, un peu cochonne … Tout moi à ce moment-là !

Je dois avouer qu’ensuite je suis trop flemme pour refaire tout mon maquillage et je décide de rester au naturel pour le reste de l’après-midi. Est-ce que je vais regretter plus tard pour les images ? Peut-être. Mais c’est ainsi. Pour les deux dernières scènes, vous me verrez sans aucun maquillage.

De tout de façon, pour la scène suivante, Sven aimerait faire un peu de fétish des pieds. On verra donc plutôt mes pieds. Il les caresse, les lèche, me suce mes orteils. Wow, je ne connaissais pas trop ça, mais c’est super sensuel. Les frissons montent jusqu’entre mes cuisses.

Il finit par me fister encore une fois. Un plaisir que je ne vais pas refuser. J’adore me faire fouiller le cul, et pour jouer le jeu, je lui caresse la queue avec mes pieds pendant qu’il me fiste. C’est une scène de pieds et de main en même temps 😉

La scène finale sera une petite scène de pluralité avec deux mecs, deux belles queues, et une belle jouissance des 2 mecs, encore rejoint par un troisième mecs qui regardait la scène et trop excité par le spectacle est encore venu éjaculé son excitation.

Que dire ? C’était un après-midi riche en émotions, riche en orgasmes, tout simplement magique. Le temps a passé trop vite. Merci encore une fois pour tout, mais là je suis exténuée et j’ai vraiment très faim. Je suis contente de finir la journée avec un buffet asiatique et je me goinfre. Après la chatte et le cul, je suis vraiment bien remplie aujourd’hui, hihihi.

Merci à mes complices du jour, merci les filles, et je me réjouis de vous revoir très bientôt.

La belle brune @dirtypriscilla1.2 la sexy blonde @kittyblair666 et l’organisateur @puzzyfun

Danke an allen, die ich an diesem Wochenende kennengelernt habe! Ihr zwei Mädels seid wirklich richtig sympathisch und ich freue mich extrem, euch mit Amir und Sven bald bei mir in Südfrankreich zu begrüssen und zusammen ein paar tolle Szenen zu drehen. Bis bald!

Tournage Puzzyfun, jour 1

Je ne peux presque pas le croire que je me retrouve enfin pour de vrai à Gelsenkirchen, une ville dans la Ruhr au nord-ouest de l’Allemagne. C’est un peu la fin du monde, surtout qu’il n’y a pas beaucoup de réseau internet. À l’hôtel il doit y avoir maximal 1 ou 2G en wifi, et même le wifi payant n’excède pas le 2G. Je me retrouve en dehors du monde connecté et je ne peux pas rédiger mon blog. Du coup je suis gravement en retard. À l’aide 😉

La journée de samedi je découvre la ville qui est très tranquille mais chouette, mais partout sans réseau ou en edge. Décidément, moi qui suis adepte des réseaux sociaux, je remarque que c’est vraiment important pour moi d’avoir un bon réseau internet. Bon, de toute manière je passe une grande partie de l’après-midi pour me préparer, et je profite également de la piscine de l’hôtel …

Je me rends vers 17 heures au lieu du tournage. C’est un appartement dans un immeuble locatif, qui a été transformé en studio de tournage pour la production Puzzyfun. C’est une production allemande, qui existe depuis de nombreuses années, et qui m’a contacté en automne passé. Le courant a tout de suite bien passé, et le concept – tournage de gang-bang sans prise de tête et sans scénario fixe – m’a plu. Ma première impression se confirme dès mon arrivée et l’accueil très chaleureux. Je discute avec Sven, le producteur, pendant que les participants au gangbang arrivent les uns après les autres. Je suis surprise du nombre d’hommes. Ils sont au moins une dizaine. L’ambiance est superbe, décontractée. Ils se connaissent tous très bien, rigolent, font des blagues. Cela promet pour la soirée 😉

C’est parti pour une première partie « gangbang ». En tenue sexy, je fais un petit show en solo devant la caméra, mais très vite les mecs me rejoignent. Sven me l’avait dit et il avait raison. Il n’y a pas de scénario fixe, pas de règles, pas de comédie, juste un gangbang pour le fun, mais les mecs sont habitués à la caméra et savent parfaitement se placer pour ne pas gêner le tournage. Pendant que je suce la première queue à quatre pattes, je me fais baiser aussitôt le cul. Et oui, j’ai précisé auparavant que j’aime l’anal et les mecs l’ont bien retenu. J’adore. Malgré l’ambiance très complice entre les amis, ils sont toujours très disciplinés vis-à-vis de la caméra et il n’y a jamais plus de trois mecs avec moi sur le lit. Pendant que je me fais baiser, les autres attendent sagement leur tour. Je ferme les yeux et j’oublie tout autour de moi. Comme tout le monde a fait ses tests complets de dépistage, c’est un gangbang sans capotes et le sperme coule à flot en grande quantité. Le premier mec me jouit dans le cul. Il y a tellement de sperme qu’il coule sur le matelas. Je pousse un peu et je fais ressortir encore plus de liquide. Les autres continuent à me baiser mon cul mouillé et ma chatte. Ils me remplissent à tour de rôle, parfois le cul, parfois la chatte, quelques fois ils jouissent sur ma langue. Tout le monde se vide. Je suis remplie de tous les côtés, ou plutôt inondée 😉

Sven s’apprête à me fister pour la grande finale. Mmmmmh, je n’ai rien contre. Je suis tellement humide et excitée, qu’il entre presque tout seul et sans efforts dans mon cul. J’adore me faire ouvrir et dilater ainsi mon cul, et après quelques mouvements, Sven me fait jouir et exploser. C’est incroyablement bon. Quand il ressort sa main, celle-ci est couverte du sperme qui se trouvait encore au fond de mon cul. C’est très excitant à regarder.

Il est temps de prendre une bonne douche et de faire une pause. Les mecs ont faim et profitent du repas préparé par Sven. Les allemands adorent ces ambiances gangbang, pause et re-gangbang. Moi, je me contente d’un coca pour prendre du sucre. Malgré que l’on rigole et que l’on discute dans une ambiance bon enfant, personne n’oublie qu’il y aura encore une deuxième partie de sexe.

Je décide de changer de tenue pour l’occasion. Comme au début, on fait quelques photos, une petite intro, et hop c’est reparti. Le deuxième round est comme le premier à la fois très intense, très sexe et très fun. Je prends à nouveau mon pied et plein de sperme dans la chatte, le cul et la bouche. Décidément, Puzzyfun a bien choisi son slogan: Hardcore Amateurvideos – With Fun for the Girls!

Je repars en plus couverte de cadeaux, une superbe paire de chaussures et des fleurs. Je me sens comme une princesse. Comment ai-je mérité cela ? Merci mille fois. Vous êtes des amours 🙂

Danke nochmals an alle, die ich in Gelsenkirchen kennenlernen durfte. Ihr seid wirklich ein super Team, und ich hatte extrem viel Spass mit euch!

Zu Beginn ist es ja immer ein bisschen komisch, wenn man sich noch nicht kennt, und nicht so recht weiss, was einen erwartet. Der Kontakt mit Sven hat mich überzeugt, dass ich die lange Reise nach Gelsenkirchen antrete. In Gelsenkirchen angekommen, fragte ich mich trotzdem zuerst mal, was mich wohl gekniffen hat, dass ich mich nun hier befinde… Aber kaum beim Drehort angekommen, fühlte ich mich super wohl. Ihr seid einer nach dem anderen eingetroffen, und einer war netter und sympathischer als der andere. Als die Gangbang dann anlief, habe ich sofort bemerkt, dass ihr ein eingespieltes Team seid. Sich so zu vergnügen, macht wirklich Spass. Ich wurde rasch ganz geil, als ich den ersten Schwanz lutschte, während mich ein anderer direkt in den Arsch fickte. Ah ja, ihr habt gut zugehört, als ich erklärte, dass ich vor allem anal mag… Es war extrem aufregend, mich so vollspritzen zu lassen, und das Sperma überall zu spüren und zu schmecken. Der Faustfick von Sven reichte dann aus, um mich vollends explodieren zu lassen. Runde zwei war genauso heiss wie Runde eins, und ich habe die Orgasmen nicht mehr gezählt…

Dies war richtiger Sex wie ich ihn mag, unkompliziert, spontan, intensiv und mit einer gesunden Dosis guter Laune! Danke auch für die Geschenke, tolle Schuhe und Blumen. Wow, ich hatte noch nie einen solch tollen Empfang für einen Dreh 🙂

Les vidéos seront prochainement disponibles sur le site de Puzzyfun – je vous mettrai le lien -, ainsi que sur mon nouveau compte « Onlyfans », qui sera officiellement en ligne la semaine prochaine.

Dernier tournage de l'année

Je suis comme avant chaque rencontre ou tournage impatiente, nerveuse et excitée. C’est un mélange de sentiments bizarres. D’un côté, je sais plus ou moins ce qui va m’attendre, je connais les personnes qui seront sur le tournage et depuis le temps je connais aussi les pratiques, mais j’ai toujours cette peur en moi de ne pas être à la hauteur, de ne pas assurer, de ne pas être prête, de ne pas être assez belle, pas assez bonne. C’est plus fort que moi et c’est impossible de lutter contre ça. En même temps cela reste sûrement mon moteur et me donne cette énergie pour assurer toute une journée de tournage, surtout avec les pratiques hards que je fais. Mercredi matin, je me réveille aux aurores et je suis prête beaucoup trop en avance. Je n’arrête pas de tourner en rond toute la matinée.

Je ne sais pas non plus quelle tenue choisir et comme d’habitude je prends trop de choses avec moi. Dans l’incertitude j’aime bien avoir le choix. Sur place, le fait de me faire coiffer et maquiller pendant une bonne heure m’aide à me détendre un peu. La maquilleuse tchèque me crée à nouveau un look kitsch à la russe. Je dois avouer que je commence à m’y habituer, mais il est certain que ça ne conviendrait pas à un usage quotidien au Cap d’Agde 😉

Joaquim, le réalisateur, aime ma première proposition de tenue et je ferai donc la scène dans un corsage violet que j’ai depuis très longtemps, mais que je n’ai pas encore porté souvent. C’est marrant, car les tournages à Prague me font ressortir des tenues oubliées dans mon armoire à force de chercher des couleurs inédites pour les différentes scènes que je tourne.

On discute du scénario qui n’est pas compliqué. Le but est avant tout de s’amuser. Je commence à m’amuser avec des sextoys que j’ai amené. Ce sont d’ailleurs des cadeaux que j’ai reçu de la part d’internautes qui suivent mes aventures : Le double-gode que m’a offert Karl, le gode en forme de fist que j’ai reçu de @ConteEzio, ainsi qu’une quille que j’ai reçu de la part de Maître Patrick Le Sage. Ils sont tous magnifiques et surtout d’un bon diamètre. Je commence à me dilater mon cul avec ma main. Je me fiste moi-même, puis je m’élargis à l’aide de deux mains. Une fois bien ouverte, c’est Joaquim qui me sert d’assistant et qui m’introduit d’abord le gros double-gode. Il me met tellement de lubrifiant que celui-ci glisse sans problèmes dans mon cul. C’est bon et excitant de le sentir. Il me baise ensuite avec la quille. Celle-ci est plus large en diamètre et tient bien toute seule dans mon cul avec sa forme en poire. Joaquim me demande de la faire ressortir toute seule en poussant du cul. C’est marrant de le faire et je crois assez excitant à voir. Parfois j’aimerais avoir un miroir en face de moi pour contempler la vue, surtout par curiosité …

Le dernier jouet qui trouve son chemin dans mon cul est le sextoy en forme de fist. Joaquim me baise intensivement le cul avec celui-ci. Il remplace ensuite la main artificielle avec la sienne, qui est plus grosse. Oh là là, il me fait décoller grave, surtout quand il me baise avec les mains à tour de rôle. Il entre et sort avec le poing droit, ensuite avec le poing gauche, et ainsi de suite plusieurs fois. Comme je suis bien dilatée à cause des sextoys, ce n’est que du plaisir. Je décolle et je suis déjà toute essoufflée quand les deux autres complices nous rejoignent.

Je prends mon souffle pendant quelques minutes, avant que nous nous amusons à quatre. Les trois beaux blacks me font avaler leurs grosses queues jusqu’aux couilles et les gorges profondes qui suivent me font baver. Je me fais ensuite démonter le cul à tour de rôle. Je sens que je viens de prendre cher avec les godes et la main de Joaquim, mais j’adore me faire remplir le cul encore par les queues, et surtout me faire dilater un maximum quand ils s’apprêtent à me faire une triple anal. C’est dingue comme sentiment, un vrai délire, le sommet de l’excitation. Les doubles s’enchaînent avant et après la triple, mais que pour mon cul. Ma chatte ne prendra pas une seule queue de l’après-midi. C’est un scénario sur mesure pour moi. L’ambiance est formidable. Nous prenons tous notre pied. C’est à la fois hard, intense, mais aussi joyeux, un peu foufou et très amical. Je suis aux anges.

On pourrait croire que plus intense n’est pas possible, mais pourtant. Le moment le plus fort arrive vers la fin. J’ai parlé la dernière fois de la possibilité de remplacer le fist avec la main par un pied. Mes complices ont bien retenu ma remarque et ont tout prévu pour l’essayer aujourd’hui. Un des trois se dévoue et se met un préservatif sur le pied. La situation fait rire tout le monde, et moi je suis toute excitée mais aussi curieuse. Est-ce qu’il rentrera? Je ne l’ai fait qu’une ou deux fois dans ma vie et cela il y a longtemps. Mes craintes s’avèrent inutiles. Je suis couchée le cul vers le haut, la tête en bas, et le mec m’introduit son pied dans mon cul. Il entre bien, mais je sens que c’est un bon diamètre, plus épais que la main. Je l’encourage à y aller. C’est bon. Je n’ai pas envie que ça s’arrête. La seule chose qui me dérange c’est que j’ai tendance à glisser sur le sol, à cause de la quantité de lubrifiant qui s’est étalé un peu partout. Le mec, qui me fait plaisir avec son pied, le pose alors sur le sol afin que je puisse m’accroupir sur lui et le prendre dans mon cul pendant que je suce les deux autres acteurs. C’est trop bon, trop incroyable, et ça me fait quitter le sol. Et pas que moi. Les trois mecs me jouissent finalement tous les trois sur la langue.

Je ne croyais vraiment pas que ça serait possible d’augmenter encore l’intensité et la folie des tournages chez Joaquim, mais apparemment tout est possible. Cela promet pour les futurs tournages !

J’ai passé un superbe après-midi dans une ambiance de tonnerre. Joaquim nous invite avec les acteurs à dîner dans un restaurant grecque. Comme je ne tourne pas le lendemain, je profite pour me goinfrer un peu, avec du hummus comme entrée et une moussaka comme plat principal. Miam. MERCI à tous et vivement une prochaine rencontre.

Tournage à Prague – jour 2, scène 3

Je me réveille complètement cassée des tournages de la veille et je sens sensiblement mon cul, qui me semble irrité à force d’avoir enchaîner les dilatations. Comment vais-je faire cet après-midi pour la troisième scène hard de suite ? Comme je n’ai rendez-vous qu’à 14 heures, j’ai le temps de reposer encore un peu mon corps. Je ne me fais donc pas trop de soucis et je compte profiter de ma matinée pour découvrir davantage Prague. Je me fais plaisir avec un tour en bateau nostalgique sur la Vltava. C’est fantastique. Les bateaux et les costumes du personnel sont reconstitués comme à la belle époque. On se croirait vraiment propulsé 100 ans en arrière.

Après cette belle découverte, je passe par hasard devant le musée des objets érotiques (oui, vraiment par hasard !). Comme j’ai encore une petite heure à perdre, je profite de l’occasion pour y faire un tour. C’est incroyable, car déjà dans le temps les gens étaient assez coquins et super inventifs pour toutes sortes de jouets sexuels. En principe, ce sont les mêmes objets que l’on trouve aujourd’hui mais dans des matières anciennes : bois, métal, tissu. Les objets actuels sont juste des copies de ce qui se fait depuis des dizaines d’années, mais avec les matières hygiéniques du 21ème siècle. Toutes les grandes marques actuelles n’ont rien inventées.

Oups, j’en ai presque oublié le temps. Finalement je dois me dépêcher pour rentrer à l’hôtel, prendre ma douche, me préparer et retourner dans le studio de Joaquim et sa bande.

Arrivée sur place, les mecs ont encore une scène à faire avant moi avec une autre fille, une scène de pissing. Je l’ai faite la dernière fois et j’étais impressionnée par la préparation et la quantité de l’eau qu’avalent les acteurs avant la scène. Cette fois-ci ce n’est pas mon tour à me faire asperger. Pendant qu’ils arrosent la fille, la maquilleuse ruse me transforme, me rend belle dans la chambre d’à côté. La transformation est à nouveau incroyable. J’ai toujours de la peine à me reconnaître après le relooking (maquillage et coiffure), qui dure toujours plus d’une heure.

Pendant que je pose pour les photos en solo, les mecs se rafraîchissent et se reposent. Nous discutons ensuite du déroulement de la scène. Joaquim me dit vouloir faire quelque chose de simple, vu que j’ai déjà pris cher la veille. « Je ne veux pas t’irriter le cul, par expérience c’est douloureux le lendemain ». C’est trop mignon et attentif de sa part. Mais j’ai quand même des idées. Je suis d’accord de commencer à chauffer les mecs à nouveau avec des godes, mais j’aimerais rajouter quelque chose d’original. Pourquoi pas une bouteille ? Joaquim me donne son feu vert, et je me lance dans une improvisation. Le premier gros gode donne raison à Joaquim, je suis irritée de la veille, mais avec beaucoup de gel ça passe, et après quelques coups ça va même de mieux en mieux. Je change de gode. J’en prends un plus grand, et finalement un plug XXL en forme de grenade. Ce jouet très explosif m’inspire à faire quelque chose que je n’ai encore jamais fait. Je me l’enfile et je le pousse avec mes muscles à nouveau en dehors du cul. C’est marrant à faire et excitant à voir.

Et si on prenait l’apéro maintenant ? Joaquim essaie de m’introduire une bouteille, mais elle bloque un peu à cause de son fond très droit. Pas de souci. Je sais comment faire. Ce n’est pas ma première bouteille dans le cul 😉 Je m’assieds donc dessus et dans cette position accroupie, je l’aspire carrément dans mon anus qui s’ouvre comme par magie. Le verre est agréablement frais, ça fait du bien. Quand je me tourne à quatre pattes sur le divan, la bouteille tient toute seule dans mon cul. Les mecs tiennent leur verre dessous, et avec un petit mouvement de rein, je verse à chacun un peu de grappa dans leur verre. Je n’ai malheureusement pas de photo prise à ce moment de cet apéro unique, ni du moment où les mecs posent les verres sur mon cul, qui maintient toujours la bouteille. Il faudra donc patienter et découvrir cela avec le film dès qu’il sortira.

Le spectacle a chauffé mes partenaires. Moi qui avait peur qu’ils seront fatigués de leur première scène de la journée, je remarque très vite que j’en aurai pour mon plaisir. Comment ils font ? Ce sont de vraies sexmachines.

Je les suce à tour de rôle, et ensuite c’est parti. Je me mets en Doggy sur le canapé et ils me baisent chacun le cul à tour de rôle. Ce n’est que le prélude pour enchainer ensuite les doubles, une fois en double classique, puis surtout des doubles anales, toujours avec une troisième queue dans la bouche. J’adore. Je quitte le sol, j’oublie où je me trouve, j’oublie le temps. Les mecs rigolent. À la base ils étaient partis pour une « petite » scène, mais le spectacle avec la bouteille a déclenché une vraie orgie de sexe. Pour le final de ce scénario inédit, ils jouissent chacun dans mon verre. Sur le sperme présent au fond du verre, ils me versent un peu de Grappa. Ce mélange sera mon apéro. Santé !

Cette troisième scène fut carrément le highlight des scènes vécues depuis 2 jours. Quelle ambiance. Les mecs me soulèvent même devant la caméra, et on part dans un fou rire. Franchement, c’est la folie. Ça fait longtemps que je ne me suis plus éclatée pareillement. MERCI Joaquim, merci les gars, vous étiez au top.

Je quitte le lieu du tournage crevée mais épanouie comme jamais, et là j’ai faim. Je me fais plaisir dans un bon resto. Apérol spritz, crevettes en entrée, pizza quatre fromages et comme dessert un fameux Trdelnik au marché de Noël. J’ai trop mangé. Après deux jours de jeûne ce n’était pas forcément la chose à faire. Je finis avec un immense mal au ventre qui m’empêche de dormir la moitié de la nuit. Pffff. No comment 😉

Tournage à Prague – jour 1, scène 2

Après une bonne douche, me voilà à nouveau propre, et l’idée de faire une seconde scène cet après-midi me booste immédiatement. Mon cul est encore en flammes, mais je sais qu’une fois lancée je vais vite oublier ce fait. La maquilleuse me refait une beauté avant que je ne change de tenue. Toujours avec des couleurs, ça sera ma petite robe pink. J’ai oublié de prendre le string assorti avec moi, mais il parait qu’un noir fera aussi l’affaire. Pendant que je pose pour les photos prises avant la scène, quand la coiffure et le make-up sont encore impeccables, les mecs prennent leur douche et se préparent pour me rejoindre également en pleine forme. Ce sont vraiment des sportifs de haut niveau.

Cette fois-ci, il n’y a pas d’introduction avec des sextoys. Je commence tout de suite par m’occuper des deux belles queues. Les mecs me font baver dès les premiers instants. Je ne sens plus la fatigue et je suis très vite à nouveau dans le jeu. Ce n’est que lors de la première pénétration que je remarque que j’ai déjà pris cher aujourd’hui, mais mon cul s’ouvre finalement à nouveau tout seul par l’excitation et je ne ressens que du plaisir.

Mes partenaires me baisent à nouveau dans toutes les positions. Une queue dans le cul, une dans la bouche, les deux dans le cul, les deux dans la bouche. J’adore avaler les deux queues en même temps même si elles n’ont presque pas de place dans ma bouche. Finalement ça passe quand même et j’en bave. C’est super excitant. Ils me procurent une grande première. C’est la première fois depuis que je tourne sur ce divan blanc que je me fais baiser aussi la chatte pour une double classique. Au début, j’ai un peu de la peine d’accueillir la grosse queue dans ma chatte, mais finalement ça passe. C’est bon, c’est jouissif, ça change comme sensation.

Comme pour la première scène il n’y a pas de pauses, pas d’interruptions, c’est juste une bonne baise très intense, un peu folle et pleins d’orgasmes à la chaîne. Je ne vois pas le temps passer et quand ils annoncent qu’ils vont me jouir sur la langue, je suis presque étonnée. Déjà ? Allez, offrez-moi votre jus. J’avale tout avec plaisir, avant de nettoyer les deux queues avec ma langue.

Ce n’est qu’à ce moment-là que je remarque la fatigue. Wow, quel après-midi. Je suis contente le soir d’aller boire un verre et manger quelque chose, mais … seulement une petite soupe car je reviens demain pour tourner encore une scène. Je préfère garder le ventre vide. À suivre.

Tournage à Prague – jour 1, scène 1

Après avoir profité d’un jour et demi pour visiter Prague, c’est enfin le jour J pour le tournage. Je n’ai rendez-vous qu’à 12 heures. Comme d’habitude la matinée est réservée pour me préparer et comme d’habitude je suis impatiente, excitée et très nerveuse. Qu’est-ce qu’il va m’arriver ? Est-ce qu’il y aura une autre fille ou non ? Est-ce que ça sera les mêmes mecs que la dernière fois ?

Je suis très heureuse de revoir Joaquim et le reste de son équipe. Je connais déjà un des mecs présents. L’autre, un black parisien, m’est inconnu. Dès mon arrivée je passe entre les mains expertes d’une maquilleuse russe qui me maquille pour me rendre plus belle. Après une heure de relooking je choisis également ma tenue. Comme Joaquim aime les couleurs, je lui propose un ensemble rose en latex qui lui plaît beaucoup. Je me réjouis de porter cette tenue, car ça fait longtemps que je la possède, mais je n’ai pas souvent l’occasion de la porter, vu qu’elle est vraiment très particulière.

J’en sais maintenant un peu plus sur le scénario. Joaquim m’avait demandé à l’avance de prendre des godes avec moi qui me serviront pour une première partie. Outre ma batte de baseball, j’ai également amené mon gode XXL que je n’ai essayé qu’une seule fois jusqu’à présent (Lien vers l’article dans le blog). Aujourd’hui ça sera sa grande inauguration en public 😉

Après la séance de photos posées initiale, c’est parti. Je me dilate juste le cul avec mes doigts avant la scène, afin d’être prête. De tout de façon je commence la scène en jouant avec la batte de baseball, qui entre sans problèmes et sans préliminaires dans mon cul. Le manche métallique est frais et agréable à sentir et je m’excite en me baisant moi-même avec ce jouet original. Les mecs assistent de loin avant qu’un volontaire me baise le cul en m’enfonçant la batte bien profondément. Et si on essayait maintenant le gros frère de la batte ? Je me dilate encore un peu moi-même avec les mains et je m’assieds sur le gode XXL pour le faire entrer à mon rythme. J’avais oublié à quel point il est large, mais le gel le rend bien glissant, et centimètre par centimètre il disparait dans mon cul. Je bouge d’abord moi-même sur le gode XXL, en essayant de le prendre le plus profondément possible dans mon cul. Puis les mecs viennent m’aider et je me mets à quatre pattes sur le divan, afin qu’ils puissent me baiser le cul avec le gode. La scène vient de démarrer que je suis déjà sur une autre planète par l’intensité des sensations.

Et ce n’est que le début. Le spectacle avec les godes inspire les mecs à me fister. J’ai le cul tellement dilaté que la main de Joaquim, qui me fiste en premier, glisse tout seule en moi. Ses complices le suivent et je me fais fister par les trois mecs, à tour de rôle. Le jeu atteint son sommet quand ils me demandent de me mettre la tête sur le sol et le cul en l’air, les jambes bien écartées, pour me baiser à tour de rôle dans cette position avec le gode XXL et leur poing. C’est extrêmement intense. Quand je me relève, j’ai la tête qui tourne. Je suis déjà essoufflée, voire exténuée par ses explosions de plaisirs à la chaîne.

Après cette introduction infernale, c’est au tour des mecs de me baiser. Je vais enfin goûter à ces belles queues. Je me mets d’abord à genoux, au milieu des 3 mecs, pour les sucer. Ils me font des gorges très profondes jusqu’à ce que je bave. Un des trois me force à avaler sa queue jusqu’aux couilles et même avec les couilles. Je m’étouffe presque, mais cela m’excite. J’aime me faire malmener pendant les jeux sexuels et ça me fait tout oublier autour de moi. Je me fais prendre ensuite à tour de rôle et dans toutes les positions, uniquement dans le cul. Ma chatte est complètement mise de côté. Je prends tout par derrière, une queue à la fois, deux, et même trois queues. Ils y arrivent sans problème. C’est une position très sportive et ce n’est faisable qu’avec les grandes et longues queues de mes partenaires. C’est incroyablement excitant de me faire dilater le cul à ce point. Quand le troisième mec se retire, les deux queues restantes dans mon cul semblent presque banales comme diamètre. C’est vraiment un traitement à l’extrême.

Pour mon plus grand bonheur, la scène est quasiment jamais interrompue. Je me fais baiser non-stop, sans mise en scène ou changements de positions qui prennent du temps et coupent l’intensité. C’est comme une rencontre libertine torride, avec la seule différence que la scène est illuminée par 8 spots lumineux et qu’il y a un mec qui tourne autour de nous avec sa caméra. J’adore. Je prends mon pied et je ne compte pas mes jouissances.

À la fin de la scène les mecs jouissent tous dans mon cul. C’est une sacrée portion et je repousse le jus pour le faire couler. Je m’écroule en rigolant. Quelle scène explosive et surtout quelle superbe ambiance. Je me suis super bien amusée et je suis sûr que les mecs aussi.

Après une bonne douche, Joaquim me demande si j’ai encore de l’énergie pour une deuxième petite scène, seulement avec deux mecs ? Quelle question, bien sûr que oui …

Prague, le retour

Vous allez me prendre pour une folle, mais cette semaine je suis de nouveau à Prague. Le réalisateur de mes dernières scènes tournées là-bas m’a demandé si j’avais le temps et l’envie de revenir en République tchèque pour tourner à nouveau pour lui. Je n’ai pas hésité longtemps à lui dire oui, même si c’était un peu stressant de rentrer à la maison après deux semaines à Paris, de refaire mes valises et de repartir lundi matin.

J’aurais pu rester un jour de plus à la maison au Cap d’Agde, mais si je me rends jusqu’à Prague, je veux également profiter pour voir autre chose de la ville qu’un appartement de tournage. Surtout qu’en ce moment, c’est la période des marchés de Noël et que la ville déjà tellement idyllique en temps « normal » se transforme en un conte d’hiver digne de la « Reine des neiges ».

Je profite de l’occasion pour vous rappeler mes premières vidéos pragoises pour Legal porno:

CLIQUE SUR LA PHOTO POUR OUVRIR LE LIEN

Je me réjouis pour les nouvelles scènes de mercredi, et comme c’est souvent le cas pour les tournages ça sera pour moi une grande surprise car je ne demande aucuns détails au préalable. Je me réjouis de tout vous raconter prochainement. À suivre …

Grosse journée de tournages

C’est dimanche, et mon réveil sonne à 5 heures du matin. Il faut être folle pour faire une chose pareille ou bien avoir une très bonne raison. Aujourd’hui il s’agit d’une bonne raison. Pascal OP, de French-Bukkake, m’a demandé de tourner trois scènes avec et pour lui. La première commence à 8 heures. Honnêtement au réveil j’ai la tête dans le cul et j’essaie de me faire plus ou moins ce qui s’appelle une beauté. Je me dis que j’aurai certainement sur place encore l’occasion de peaufiner mon maquillage. Par expérience, le temps d’installer les lumières et tout le matériel pour le tournage prend assez de temps aux mecs afin que je puisse finir de me coiffer sur place. Arrivée sur le lieu du tournage, je tombe des nues. C’est un squat, qui dispose de toilettes et de douches pour mecs célibataires avec un seul miroir à hauteur du sol dans la salle des douches. Mon essai de me faire vraiment belle doit être marrant à voir. Je suis agenouillée sur le sol crasseux et à 2 cm du miroir j’essaie de tirer mon eye-liner plus ou moins droit. Je suis hyper positive dans la vie et j’en rigole. Dommage que personne n’a pris de photo à ce moment-là. Cela aurait été un collector.

J’en rigole et en espérant faire l’affaire, on attaque la première scène de la journée, un duo avec Pascal. C’est marrant, car je l’ai déjà fréquenté souvent sur des tournages, mais je n’avais jamais eu l’honneur de faire une scène de cul avec lui. Après une petite intro, le concept de la scène est simple: Je le suce, puis il me baise la chatte et le cul dans toutes les positions. J’adore la scène car il n’y a pas beaucoup d’interruptions, et de temps en temps Pascal sort une bêtise qui me fait rigoler. Je m’amuse vraiment bien, car il est cool, pas compliqué et ne se prend pas au sérieux. A la fin de la scène, il me fait la surprise du jour avec un petit clin d’œil à mon tournage de vendredi … un concombre nous tient compagnie quelques instants. C’est une idée signée Pascal tout craché. C’est surtout marrant car je n’avais pas encore parlé du tournage précédent sur mon blog, mais il faut croire qu’il est bien informé.

Comme Pascal me jouit entre autre aussi sur le visage, je dois me refaire une beauté avant la deuxième scène du jour, qui est un « petit » gangbang. Je retourne donc dans cette fameuse salle de douches, qui n’est pas aux normes pour une fille, devant le miroir presque aveugle. En tout cas c’est un endroit mémorable.

Les complices pour ce premier gangbang de la journée arrivent les uns après les autres. Je suis enchantée par le casting très prometteur, douze jeunes hommes en pleine forme et très sympathiques. Avant de faire plus ample connaissance des participants, il faut réaliser une série de photos et un interview comme introduction. Pour les photos, j’essaie de me souvenir des poses que j’ai apprises à Prague. Je me sens toujours comme une débutante, car les séances photos faites avec Vincent se passent toujours au feeling. Je ne prépare jamais trop mes poses ni mes expressions à l’avance. Du coup, même avec mes années d’expériences, je me sens souvent maladroite dans le monde des professionnels.

Enfin j’ai le feu vert pour lancer le gangbang. Je fais le tour des participants en touchant leur queue, avant de commencer à les sucer. Dès que je suis en train de m’occuper de la première queue avec ma langue, la température monte et les mecs ne tardent pas à me baiser pendant que continue à sucer.

Ce gangbang est très différent de ceux que j’ai l’habitude. Le fait de tourner une scène pour un film professionnel et de devoir gérer les participants pour un déroulement plus ou moins ordonné, afin qu’il n’y ait jamais trop de monde autour de moi et que le cadreur puisse bien capter les pénétrations, freine automatiquement l’intensité. C’est un gangbang superbe et je me fais bien baiser à tour de rôle par de belles queues bien dures qui me démontent surtout le cul, mais il manque le petit grain de folie que j’adore. En même temps c’est tout à fait normal, vu que le réalisateur impose une certaine discipline pour assurer le tournage. Un acteur pro est présent pour assurer quelques belles prises en vidéos dans des positions qui offrent une bonne vue sur les pénétrations. Je m’assieds sur l’acteur, afin qu’il me baise le cul face à la caméra, pendant que je suce des mecs qui offrent leur queues à la hauteur de ma bouche. Je me tourne ensuite contre lui et trois des autres mecs viennent l’un après l’autre derrière moi pour me prendre en double. Quelques participants complètement déchaînés me font carrément monter au plafond et je jouis intensivement avant que je ne prenne tout le sperme sur ma chatte ou sur mes seins. Je finis satisfaite et très contente de cette expérience.

A peine de retour de la salle de bain pour me changer une troisième fois, les élus du casting de la dernière scène arrivent au compte-goutte. Pascal a invité une centaine de mecs, mais seul une quarantaine se sont déplacés. C’est dommage, mais le nombre est déjà assez impressionnant comme ça. Pascal demande à chacun des nouveaux arrivés de se laver la queue correctement et leur répète également les règles pendant le gangbang: Préservatifs, uniquement la queue dans la chatte et le cul, jamais de doigts. Je suis impressionnée par ce geste. C’est très respectueux, et franchement les doigts dans la chatte c’est vraiment un geste que je déteste et qui peut amener des soucis, quand les mains ne sont pas lavées. Je devrais le répéter aussi plus souvent avant mes propres gangbangs en privé.

Clique sur la photo pour voir la vidéo chez French-Bukkake

Une deuxième fille est présente. Elle sera mon « assistante » pour le bukkake final et aura la tâche de me tenir la tête pendant les éjaculations.

Après un autre interview sur le divan, Pascal me demande de faire un petit show devant les participants avec deux concombres. Décidément, c’est la saison de ce légume. Je vais en faire une overdose 😉 J’improvise un petit spectacle en m’introduisant un concombre dans mon cul pendant que je suis à quatre pattes sur le divan. C’est un peu compliqué de mettre le deuxième dans la chatte, et c’est mon assistante Ludivine qui vient m’aider pour tenir un des légumes. Finalement ça passe, et je me baise avec les deux concombres en même temps. J’espère que la vue excite les spectateurs, qui se trouvent en demi cercle autour de moi. En tout cas, ça me donne très envie de remplacer les concombres par autre chose.

Ça ne va pas tarder, car je suis invitée à faire un tour des queues. Je passe devant tout le monde en touchant au fur et à mesure les queues. Afin de passer incognito dans la vidéo, les mecs sont tous masqués, soit avec des cagoules, des écharpes ou des masques. Arrivée à la fin du demi-cercle, je fais le retour sur les genoux en suçant chaque mec quelques secondes, l’un après l’autre. Cela en fait du monde, et à la fin de ma tournée mes genoux sont en compotes.

Je vais reposer mes genoux sur le divan sur lequel je me mets à quatre pattes. Pascal donne des instructions aux participants. Il crée une queue derrière moi pour me baiser, et une autre devant moi pour se faire sucer. Chacun passe alors son tour en se faisant sucer et en me baisant, jamais trop longtemps par personne, et « quand on ne bande pas, on laisse sa place ». Je rigole intérieurement, car c’est comme au service militaire ou à l’école, mais avec autant de personnes et le fait qu’il faut pouvoir sortir un film de la scène, c’est tout à fait normal d’imposer une certaine discipline.

Quand je suis à quatre pattes, les mecs ne me baisent que le cul. C’est bon et je préfère. Pendant que les queues défilent, je suce une queue après l’autre. Il y a des participants qui sortent du lot, qui sont un peu plus courageux que les autres, ceux que je reconnais de la première partie gangbang en petit comité, il y a des mes plus âgés et des jeunes. Je n’arrive qu’à deviner les visages derrière les cagoules ou les écharpes. C’est assez excitant comme impression. La pensée que ce scénario se prêterait bien pour un gangbang complètement déchaîné me traverse l’esprit, mais aujourd’hui tout se passe dans l’ordre.

On me demande de me tourner sur le dos et je me fais baiser la chatte à tour de rôle pendant que je continue à sucer. Ils continuent à venir et aller en faisant la queue. C’est trop marrant à voir. Pendant ces scènes, le réalisateur demande aux hommes de rester à l’écart du champ de vision de la caméra. J’en prends des queues à la chaîne. Incroyable. Vers la fin, le réalisateur me demande si j’ai envie qu’on me fasse un fist. Ça fait très longtemps que je n’ai plus dit non à cette pratique, mais aujourd’hui je dois refuser. Je sens que j’ai pris très cher toute la journée et que j’encaisse des coups de queues depuis 8 heures du matin. Je suis fatiguée et je ne suis pas sûr de pouvoir supporter encore un fist. Je suis désolée mais je dois décliner.

Tout le monde m’a au moins baisé une fois, mais la plupart je les ai vu passer plusieurs fois. C’est le temps de prendre la position finale pour la douche de sperme finale, le bukkake. Tous les mecs peuvent encore passer se faire sucer quelques instants avant que je ne doive rester la bouche grande ouverte pour accueillir tout le sperme. Ce n’est pas facile de rester immobile sans bouger et sans perdre des gouttes. Je tiens un bol dans les mains pour récupérer le sperme qui coule à côté. Mon assistante me tient la tête et me remet le sperme qui coule sur mon visage dans ma bouche. A deux reprises, quand j’ai la bouche vraiment pleine de sperme, on me donne le signal de tout avaler. Quelle quantité. A la fin, j’avale encore tout le sperme qui a atterri dans le bol. J’ai le visage plein de sperme et les yeux rouges, brûlants et douloureusement enflés.

C’est une première expérience très spéciale mais superbe. Je me sauve dans la salle de douches pour rincer mes yeux et prendre une douche. J’ai les yeux tellement enflés à cause du sperme que je ne vois presque plus rien. Cela s’arrange rapidement avec les gouttes que je reçois de Pascal. Merci pour le service 😉

Malheureusement quand je reviens dans le local où a eu lieu le bukkake, tous les mecs sont déjà partis. Je n’ai pas pu dire merci et au revoir personnellement à tout le monde, je le fais donc ici pour ceux qui suivent mon blog. Vous étiez tous superbes et respectueux, merci pour le déplacement, et vivement la sortie de la vidéo. Je me réjouis également de la voir car avec le nombre de personnes présentes, je n’ai pas vu grand-chose autour de moi.

Tournage: Les cours de cuisine Jacquie et Michel

J’ai rendez-vous à 10 heures dans le 16ème arrondissement de Paris. Le tournage a lieu dans un superbe appartement prêté par une personne privée. Je ne découvre qu’en arrivant sur place les scénarios prévus ainsi que mes partenaires du jour. Je suis enchantée d’apprendre que mon complice pour la première scène est Olivier, que je connais depuis mon dernier tournage pour J&M, un super beau mec très sympathique. Mes autres complices de la matinée sont … un concombre et deux courgettes. Dans la petite histoire prévue, je dois expliquer l’usage coquin des légumes à Olivier, et bien évidemment cela tourne en partie de sexe très chaude.

De nouveau j’improvise mes dialogues et je raconte n’importe quoi pendant que je suis dans la cuisine pour préparer les légumes. Quand Olivier me rejoint, la température monte très vite. Nous abandonnons rapidement le cours de cuisine et nous déplaçons de la cuisine au salon, où je me fais directement baiser par Olivier, tout en jouant avec les légumes en même temps. Puis je le suce pendant que je me baise moi-même avec le concombre, puis il me re-baise pendant je suce le légume, avant qu’il ne me prenne en double avec le concombre et les courgettes. Cela m’inspire bien sûr pour lui demander une double anale avec la courgette et sa queue. Est-ce que ça ira ? Oui, ça passe et c’est vraiment trop bon. J’adore me faire dilater ainsi et le sentir bouger dans moi. J’en prends tellement goût que je lui demande de me baiser ainsi dans toutes les positions. Olivier assure grave et me démonte mon cul avec le légume dans les règles de l’art.

Dès le début j’ai une idée en tête et je compte bien la réaliser. Pour cela je dois me rendre à la cuisine pour découper les courgettes. Je coupe une petite pointe au bout de chacune des courgettes afin de créer une forme conique qui facilitera l’introduction anale des légumes. L’équipe, restée au salon, ne sait certainement pas ce que je fabrique, mais ils comprennent vite quand j’en fais la démonstration. Avec ma petite astuce, je m’enfile les deux courgettes en même temps dans le cul. C’est trop excitant et aussi une première pour moi. En me baisant avec les deux légumes, je suce Olivier avant qu’il ne me baise la chatte. Cette triple pénétration me fait carrément grimper aux rideaux et excite Olivier qui finit par jouir sur ma langue. Le concept « cours de cuisine by Jacquie et Michel » est né 🙂 Quelle première scène.

Après m’être rafraichie, nous partons tous ensemble faire une pause de midi dans un bistrot du coin. Les mecs mangent rapidement un sandwich pendant que je me contente d’un coca. Je n’arrive pas à manger avant ou pendant une journée de tournage. Après cette rapide pause, on retourne à l’appartement pour le tournage de l’après-midi.

Clique sur la photo pour voir la vidéo sur Jacquie et Michel TV

La deuxième scène que l’on attaque en ce début d’après-midi est une pluralité avec quatre mecs cagoulés. Je sors seule avec le réalisateur et le cadreur dans la rue pour filmer l’introduction. Jacquie et Michel est aussi connu pour ses introductions osées en pleine rue, mais je crois qu’aujourd’hui ça sera encore une fois vraiment étonnant à l’écran. Pour me rendre à mon rendez-vous « pluralité » je dois accomplir un défi: Me mettre toute nue sous mon manteau en pleine rue. Je suis surprise par la demande, mais je décide de jouer le jeu, malgré les nombreux passants dans la rue. Derrière moi, il y a deux ouvriers particulièrement intéressés par le spectacle même avant que je n’enlève mes habits. La jupe c’est facile. Mais le haut ? J’essaie de me tourner dans tous les sens pour enlever mon pull sans enlever ma veste, mais ça ne marche pas. « Enlève ton manteau pour te mettre à poil », me propose le réalisateur. Allez, je me lance. J’enlève tout, me retrouve nue en pleine rue du 16ème arrondissement de Paris, puis je remets le manteau sans le fermer. Derrière moi j’entends des « waaaooow ». Vêtue seulement avec des bas et un porte-jarretelle, le manteau grand ouvert, je me tourne pour faire signe et un grand sourire à mes admirateurs du moment qui sont enchantés par le spectacle. J’essaie quand même de cacher plus ou moins ma nudité devant d’autres personnes quand ils approchent de trop près.

Après ce début érotico-marrant je monte quasiment nue les escaliers de l’immeuble pour me rendre à l’appartement. Heureusement qu’il n’y a pas de voisins curieux qui nous surprennent …

À l’intérieur de l’appartement les quatre mecs m’attendent, tous vêtus d’un t-shirt Jacquie et Michel ainsi qu’une cagoule. Il parait qu’il fait chaud ainsi équipé et le fait de ne pas pouvoir ouvrir la fenêtre n’arrange pas les choses. Les pauvres. Après quelques minutes ils arrivent tous à se mettre en marche et c’est parti pour une belle pluralité hard. J’adore me faire démonter à tour de rôle. Je leur ai demandé de me traiter de salope et ils comptent bien me faire plaisir. Je me fais tirer les cheveux, claquer les fesses, gifler, bifler, et bien sûr le fist ne manque pas non plus. Le mec qui se lance, se révèle comme un amateur très doué. Il le fait sans tourner la main dans tous les sens, mais juste en me baisant comme j’aime avec sa main. De ma position à quatre pattes il me demande de me tourner sur le dos et me baise la chatte en laissant son poing dans mon cul. C’est génial. Je prends mon pied avant qu’un orgasme me fasse frissonner tout mon corps.

Après la douche de sperme finale, un des mecs à l’idée de faire une « Golden Shower », de me pisser dessus pour nettoyer le sperme. Ils me proposent alors une douche spéciale devant la caméra. Mais une fois installée dans la baignoire, ils ont de la peine à s’exécuter. Ce n’est pas évident d’uriner sur commande. On attend, mais il n’y a rien à faire. Comment sauver la fin du tournage ? Comme mes complices ont parlé d’une « douche spéciale » devant la caméra, il en faudra bien une. La solution est simple, deux des mecs m’offrent finalement un service de douche en me savonnant le dos. Hihihi, ce n’est pas ce qui était prévu. C’est bien plus soft et romantique que le pissing, mais ça me va très bien aussi 😉

Merci à tous les participants, à mes complices du jour, et surtout au propriétaire de l’appartement. Je suis impressionnée par son attitude cool durant toute la journée alors qu’il s’est fait squatter son appartement cosy par pleins de personnes, et que son canapé ainsi que son lit ont subit pas mal de liquides et tâches suspects.

Après une journée très remplie, je me fais plaisir le soir dans un petit bistrot très sympa du 9ème arrondissement de Paris. Au menu, foie gras poêlé avec une crème de lentilles, faux-filet aux cèpes avec des frites ainsi qu’un baba au rhum. Miam. Je me suis régalée 🙂